Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le cœur embaumé du roi Richard Cœur de Lion dévoile ses mystères

Publié par wikistrike.com sur 2 Mars 2013, 00:02am

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

 

Le cœur embaumé du roi Richard Cœur de Lion dévoile ses mystères


 

 

organe-de-richard-coeur-de-lion-est-le-plus-vieux-c-ur-emba.jpgUne équipe française a analysé les restes du cœur embaumé du roi anglais Richard Cœur de Lion, plus de 800 ans après sa mort. Ils ont ainsi découvert une procédure de conservation très élaborée, inspirée par les textes bibliques.

Figure emblématique du Moyen-âge, le roi Richard Cœur de Lion est mort en 1199, à 41 ans, des suites d'une blessure à l'épaule par un carreau d'arbalète. Les restes du cœur embaumé du roi ont été analysés par une équipe de scientifiques français. Intervenant 800 ans après sa mort, cette étude porte donc sur le plus vieux cœur embaumé jamais étudié en France.

Publiés dans la revue Scientific Reports, les résultats montrent qu’il s’agissait d’"un embaumement extrêmement complexe, extrêmement élaboré", a expliqué Philippe Charlier, qui a mené l'équipe de médecins légistes, anthropologues et scientifiques à s’être penchée sur la question. C’est ce même chercheur, spécialiste d'anthropologie médico-légale, qui est à l'origine de l'authentification de la tête momifiée du roi de France Henri IV.

Cette fois, lui et son équipe ont passé au peigne fin un échantillon de 2 grammes, sur près de 80 grammes de restes du cœur de Richard Ier, des restes retrouvés en 1838 dans une boîte de plomb dans la cathédrale de Rouen avec l'inscription "Ci-gît le cœur de Richard roi des Anglais".

Une prouesse technique pour l'époque

Les différents examens et analyses ont révélé "énormément de résidus différents" parfois surprenants : du mercure, du créosote (une sorte de goudron végétal), des végétaux, des aromates et épices (myrte, menthe, encens et marguerite), et probablement de la chaux. "On imagine que le cœur a été ouvert, pour être vidé de son sang, puis recousu, et placé ensuite dans une toile de lin", a expliqué le Dr Charlier cité par l'AFP.

Il s’agit donc sans conteste d’"une prouesse technique" pour l'époque, la toute fin du XIIème siècle. Les premiers embaumeurs, à cette période, furent les cuisiniers et les bouchers, "qui avaient l'habitude d'ouvrir des carcasses et avaient des aromates à portée de main". Pour le Dr Charlier, la présence d'encens révèle également "une référence christique". "L'encens est un produit réservé à l'élite, mais surtout directement d'inspiration divine", a-t-il souligné, rappelant qu'il avait été apporté par les rois mages à Jésus à sa naissance.

L'embaumement du cœur de Richard Ier aurait d’une part servi à assurer sa conservation de Châlus (Limousin) où est mort le roi, jusqu'à Rouen, à plus de 500 km de là. Par ailleurs, conformément aux pratiques de l'époque et à ses souhaits, le corps du roi a été fragmenté : ses entrailles ont été enterrées à Châlus, en territoire ennemi, son cœur déposé dans un cercueil à la cathédrale de Rouen, en territoire anglais, et le reste de son corps inhumé à l'Abbaye de Fontevraud, en Anjou, auprès de son père Henri II et sa mère Aliénor d'Aquitaine.

Des bactéries à l'origine indéterminée

D’autre part, selon le Dr Charlier, "l'extrême soin donné au cœur et l'usage d'aromates lui donnant une odeur se rapprochant de l'odeur de sainteté" auraient pu avoir pour objectif d'accélérer l’accession du souverain au paradis. En effet, pour certains religieux de l'époque, le chevalier avait commis assez de crimes, notamment en Terre Sainte, pour justifier un séjour de 33 ans au purgatoire.

L'équipe du Dr Charlier a observé sur les restes du coeur des bactéries et des champignons, sans être en mesure de déterminer s'ils sont liés à la blessure et donc à l’origine de la mort (septicémie, gangrène), ou à une dégradation post-mortem. "On n'a rien appris de plus sur la cause de la mort de Richard Cœur de Lion", a indiqué M. Charlier. Mais il n’en a pas fini avec les Anglais puisqu’il travaille actuellement sur les restes du duc de Bedford ou Jean de Lancastre, celui "qui a mis Jeanne d'Arc au feu".

 

Source: Maxisciences

Commenter cet article

OTOOSAN 02/03/2013 18:20


"...références bibliques..." mdr, c'est les produits qui servaient à assainir à l'époque ...Et pourquoi il est mort à Chalus ce noble personnage ?, celui qui sait sans regarder le web gagne
une tringle à rideau ...

deschamps 02/03/2013 14:14


bonjour, à titre indicatif Richard coeur de Lion était Francais de la dynastie des Plantagenet (ce que les Anglais ont toujours en travers de la gorge vu que c'est leur roi le plus celèbre) il ne
parlait pas Anglais et n'a pratiquement jamais mis les pieds en angleterre.

Archives

Articles récents