Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le cours du baril de pétrole pourrait aller au-delà des 150 dollars en 2012

Publié par wikistrike.com sur 25 Décembre 2011, 16:17pm

Catégories : #Economie

Le cours du baril de pétrole pourrait aller au-delà des 150 dollars en 2012

1

5629901-baril-de-p-trole-sur-le-fond-blanc.jpgEn 2011, l'évolution du prix du brent a varié entre 105 et 125 dollars. 
Le prix devrait demeurer élevé en 2012 mais avec des variations plus ou moins importantes sur quelques jours ou quelques semaines. 
La demande de pétrole en 2012 est destinée à demeurer robuste. 

Selon la dernière projection datant de la mi-décembre de l’Agence internationale de l’énergie, la consommation pétrolière l’année prochaine devrait s’établir à 90,3 millions de barils par jour ce qui représente une augmentation de 1 ,3 million de barils par jour. 

Si ceci est peut paraître un peu optimiste au regard des graves difficultés des pays de la zone euro, pour autant, il est quasiment certain que nous n’observerons pas en 2012 une correction de la demande analogue à celle qui a prévalu en 2008-2009 atteste Francis Perrin, directeur de la rédaction du magazine Pétrole et Gaz arabes. 

«2008 et 2009 avaient été deux années exceptionnelles. En 2012, la part des pays non OCDE dans la demande pétrolière mondiale sera d’environ 50%, ce qui est historique. C’est un tournant majeur qui implique que, même si la demande n’augmentait plus du tout dans les pays de l’OCDE, ce qui est possible, la demande mondiale suivrait une ligne ascendante, sous l’impulsion des pays non-OCDE du fait de leur dynamique économique». 

Les répercussions récurrentes du manque d’investissement par les compagnies pétrolières au cours des ces dernières années vont selon de nombreux experts également se faire sentir : «aujourd’hui le taux de déclin naturel des champs pétroliers dans le monde fait que l’on perd 4 millions de barils par jour, c’est la production de l’Iran : tous les ans quoi qu’il arrive, quelque soit le prix du pétrole et les conditions géopolitiques, il faut mettre en production l’équivalent de l’Iran pour stabiliser la production. Cela représente une somme équivalente au programme de la navette spatiale américain tous les ans». 

Au déséquilibre offre-demande qui milite pour un maintien du prix du baril élevé, s’ajoute des risques géopolitiques qui, s’ils se concrétisaient, pourraient bien conduire à une flambée du cours de l’or noir. 

L’Iran représente une production de pétrole brut d’environ 3,5 millions de barils par jour. C’est le deuxième producteur de l’OPEP. 

Le pays exporte un peu moins de 2,5 millions de barils par jour. 

Une question importante pour 2012 est de savoir à quelle vitesse la Libye comblera les 800 000 barils par jour restants pour revenir à son niveau d’avant le conflit de 2011. 

La Syrie et le Yémen sont deux pays touchés par des troubles politiques et sociaux depuis plusieurs semaines. 
Source: alterinfo
Commenter cet article

Maverick 26/12/2011


Ce qui rend la situation compliquée, c'est que :


- L'Iran est le second producteur de l'OPEP


- Il peut perturber le trafic dans le détroit d'Ormuz (40 % du pétrole transporté dans le monde)


- Même si c'est un gros producteur de Pétrole brut , l'Iran importe quelque chose comme 70 % de son essence ? Leurs capacités de raffinage sont insuffisantes. (Ils ont même
acheté des produits pétroliers à des sociétés israéliennes  )


Par contre, certains esprits chagrins se demandent si le "Peak Oil" n'aura pas lieu en 2015, au lieu de 2050 prévu initialement ? Ce qui expliquerait que les USA et le Canada "mettent le
paquet" sur le gaz de schiste, extraction par fracturaction, et autres sables et schistes bitumineux. Les USA vont bientôt produire plus de 50 % de leurs besoins en pétrole, si ce n'est déjà pas
le cas. Et ils ont les capacités de raffinage qui vont avec. Eux ne paieront pas leur baril au même prix que nous en cas de flambée des cours...


Et ça, ça veut dire qu'une guerre au Moyen Orient Pétrolier les affecterait moins que nous. La Chine se rabattra sur le pétrole Indonésien, et les Russes ont leur propres gisements. Donc un
conflit autour de la question Iranienne reste tout à fait possible, même si ça mettrait encore plus le souk dans les marchés. Mais comme c'est déjà foutu, pourquoi ne pas déclecncher une
guerre pour "purger" la dette et les actifs toxiques ???? Les années qui viennent sont lourdes de danger...

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog