Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le fonds de sauvetage euro, censé garantir la solvabilité de la Grèce, est utilisé pour sécuriser les banques créancières contre les conséquences de la faillite désormais inéluctable de l’

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 14 Octobre 2011, 18:14pm

Catégories : #Economie

Le fonds de sauvetage euro, censé garantir la solvabilité de la Grèce, est utilisé pour sécuriser les banques créancières contre les conséquences de la faillite désormais inéluctable de l’État Grec.

Depuis le temps qu’ils nient, il semble que le fonds de sauvetage euro, censé garantir la solvabilité de la Grèce, est utilisé pour sécuriser les banques créancières contre les conséquences de la faillite désormais inéluctable de l’État Grec.

Compte tenu de sa dette, de son budget, de ses déficits et de son manque lamentable de compétitivité, la Grèce ne peut échapper au piège de la dette. L’austérité empilés sur l’austérité sans relance de croissance va simplement mener à le pays à sa destruction pure et simple. Les plans de sauvetages grecs ont été liés à trop de mesures drastiques de réduction des coûts, ce qui d’emblée exclu la relance de la croissance grecque, il parait pourtant évident que la récession provoquée par les mesures d’austérités abusives annulent les économies budgétaires. Ainsi, pour gérer la faillite du pays et l’impact de cette faillite sur les banques, le Financial Times appelle à une recapitalisation coordonnée des banques au cout global à la auteur de la future dotation du FESF soit 2000 milliards. Ces fonds seraient récupérés sous la forme de nouvelles réductions et de mesures d’austérité auprès des travailleurs européens.

Les ministres ont chargé l’Autorité bancaire européenne (EBA) de procéder à un nouveau « Stress Test » pour vérifier la résistance des banques européennes si la Grèce venait à faire défaut sur ses paiements. A ce propos, les experts estiment que les banques européennes ont besoin d’au moins 200 à 300 milliards € de capitaux supplémentaires pour survivre à une faillite de l’Etat grec. En d’autres termes, plutôt que de sauver les pays de la zone euro face à la faillite, les fonds du plan de sauvetage de la zone euro et de la BCE sont désormais utilisés pour renflouer les banques sur le dos des contribuables lorsque les pays endettés ferons faillite. Les gouvernements de la zone euro avaient déjà accepté en Juillet l’augmentation du fonds de sauvetage de la zone euro (FESF) et d’étendre ses pouvoirs au risque d’en faire l’outil du totalitarisme bancaire plutôt que de fournir simplement des garanties de crédit pour les pays en difficulté de la zone euro. le FESF peut désormais acheter des obligations d’État des États vulnérables sur le marché et ainsi éliminer les risques auxquels les banques sont exposée.

 

Maintenant, les institutions financières doivent être prises en charge avec l’argent des contribuables.

Les préparatifs de faillite de l’Etat grec marque une nouvelle étape dans l’assujettissement progressive des classes les plus bases de l’Europe à la dictature des banquiers, c’est une honte.

 

Jordan Minary

Le Vendredi 14 Octobre 2011

Archives

Articles récents