Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le Gouvernement des USA se prépare à des attaques biologiques et à des décès en masse depuis 2008

Publié par wikistrike.com sur 18 Octobre 2012, 06:29am

Catégories : #Politique internationale

 

Le Gouvernement des USA se prépare à des attaques biologiques et à des décès en masse de masse depuis 2008


biohazard.jpg

Susanne Posel le 15 octobre 2012

Occupez le corporatisme

15 octobre 2012

En 2008, un rapport de la Commission sur la prévention de la prolifération du WMD et du terrorisme a identifié un danger clair et actuel d'attaques biologiques en 2013.

Le Comité congressionnel a réclamé que les nations du Moyen-Orient comme le Pakistan étaient les plus susceptibles d'être les origines d'une telle attaque contre les USA ou les divers autres points à travers le globe. Se concentrer sur la capacité nucléaire du Pakistan les légitime alors de les appeler comme des endroits de reproduction possible pour la dissension terroriste. Le rapport déclare cela « à moins que les communautés du monde agissent décisivement et avec la plus grande urgence, il est plus probable qu’une arme de destruction massive sera employée dans une attaque terroriste quelque part dans le monde d'ici fin 2013. »

Il est prévu que des terroristes « obtiennent et utilisent une arme biologique plutôt qu'une arme nucléaire. » C'est dû à la complexité de transporter une arme nucléaire et la facilité par lesquelles un agent biologique pourrait être présenté dans l'environnement qui pourrait entraîner des ravages incalculables. Puisqu'il y a des accès aux matériaux biologiques et nucléaires « mal sécurisé et ainsi vulnérables au vol par ceux qui mettraient ces matériaux à des utilisations néfastes, ou les vendraient sur le marché noir aux terroristes potentiels. »

Lorsque, le Président George W. Bush utilisait la commission du 11 septembre pour justifier son ordre du jour en avançant avec l'implication de l'état policier après le 11 septembre avec la législation telle que le Patriot Act  aux Etats-Unis en 2001.

Puis le sénateur Bob Graham expliquait à une conférence que le gouvernement s'est attendu à ce qu'une attaque biologique ou nucléaire ait lieu aux USA  par un groupe de terroristes du Moyen-Orient et que la diplomatie doit être le centre de l'administration d'Obama nouvellement désignée pour combattre cette analyse.

Graham a dit que : « Les conséquences d'une attaque biologique sont presque au delà de la compréhension. Elle ferait 10 ou cent fois le 11 septembre en termes de nombre de personnes qui seraient tuées. » Il a expliqué qu'en 1918 des millions de personnes ont été tuées par la grippe espagnole qui avait ravagé le globe.

Le président désigné Barack Obama était au courant que le contenu du rapport proviendrait de la recherche extraite à partir du rapport de la Commission du 11 septembre.

Le rapport mentionne les menaces domestiques des milices et de ceux qui sympathisent avec des soucis islamiques qu’a expliqués l'administration d'Obama. La prolifération et le terrorisme en éliminant les paradis sûrs pour de tels groupes par des moyens diplomatiques, aussi bien que la menace de l'action militaire contre de telles nations qui essayent de sécuriser les armes nucléaires ou biologiques deviendraient la direction et le chemin pour parer à l'idéologie extrémiste pour l'administration actuelle.

Alors le président élu Obama a annoncé que : « En ce monde incertain, le moment est venu pour un nouveau début - une nouvelle aube de la direction américaine pour surmonter les défis du 21e siècle. » Sa directive a été expliquée dans une « nouvelle stratégie qui habilement utilise et équilibre, et intègre, tous les éléments de la puissance américaine : nos militaires et la diplomatie ; notre intelligence et la police ; notre économie et la puissance de notre exemple moral. »

L'équipe de la sécurité de la nation a surgi forcément avec des membres comme :

• Hillary Clinton, secrétaire d'état

• Support d'Éric, Attorney General

• Janet Napolitano, secrétaire du département de la sécurité de patrie

• Riz de Susan, ambassadeur des USA à l'ONU

• Robert Gates, ancien Secrétaire de la Défense

• Jim Jones, conseiller de la sécurité nationale

Le mois dernier, la chambre des représentants des USA a passé l'HR 6566 qui est une modification de l'acte de sécurité de la patrie de 2002 qui imprègne l'administrateur de l'agence de gestion de secours fédéral « pour fournir des conseils et la coordination pour la planification des fatalités de masse, et à d'autres fins. »

(FEMA) Les agents élus supposent que dans un tel événement, les pompes funèbres, les cimetières et les morgues seraient accablés si des millions d'Américains mouraient soudainement dans un événement tragique. Il doit également y avoir des allocations pour des survivants d'un tel événement.

Les représentants des gens du pays et des gouvernements nationaux doivent se coordonner avec des agences fédérales, des entreprises du secteur privé, des organisations à but non lucratif et des personnes appropriées et se préparer à répondre à un incident où les accidents de masse se produirait.

500.000 cercueils environ ont été achetés par la FEMA et le CSAD, et empilés sur la terre possédée par les centres de la lutte contre la maladie et de la prévention (CDC) et l'Organisation Mondiale de la Santé, en préparation d'une fatalité massive en Amérique. Ces récipients peuvent être utilisés pour transporter des millions de corps. Ils sont également faits d'un plastique spécialisé qui est brûlable et donc facile à placer dans les incinérateurs qui sont construits sur des camps de FEMA à travers la nation.

(WHO) Le CSAD s'est associé à la World Surveillance Group, Inc., pour développer des technologies se spécialisant en « produits chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires, explosifs (collectivement, le CBRNE), commandement, contrôle, ordinateurs, communication, intelligence, surveillance et reconnaissance (C5ISR), un système aérien sans pilote. » L'agence fédérale a également éteint une sollicitation pour la « participation aux avions robotiques pour le projet de sécurité publique (RAPS) des petits systèmes aériens téléguidés pour la transition à ses clients » aux drones pour l'utilisation dans les cieux américains pour plus que le but exprimé de l'espionnage sur des citoyens des USA pour fixer leur sécurité.

(UAS) (SUAS) Ces derniers mois plusieurs virus incertains ont soudainement sauté, ce qui ressemble à des désastres causés par des armes biologiques.

La république démocratique du Congo (DRC) a été la scène d'une nouvelle tension concernant Ebola en juillet de cette année. La manifestation a été surveillée par le Département de la Défense des USA dans le cadre du programme médical transformationnel de technologies (TMT) de l'agence de réduction de menace de la défense et des instituts de la santé nationaux (NIH) qui ont également dépensé des millions de dollars conduisant la recherche scientifique sur le virus Ebola, son potentiel pour la transformation en bio-arme et certains efforts vaccinatoires par deux sociétés de médicaments, Serepa thérapeutique au Massachusetts et Tekmira pharmaceutiques du Canada.

(DoD) Alors les découvertes ont été abruptement coupées. La recherche sur un vaccin d'Ebola a été déplacée dans des programmes gouvernementaux secrets et hors de l'accès du grand public.

Un « virus » comme des ADI s'est abruptement manifesté en Asie du Sud-Est, spécifiquement en Thaïlande. Les personnes infectées n'étaient pas contagieues, s'ajoutant au mystère quant à la façon dont ces victimes en sont venues pour être atteintes d'un nouveau et peu commun virus. Encore, le NIH a été impliqué immédiatement dans la retenue de cette nouvelle infection.

En 1962, le sénat des USA a reçu un rapport au sujet de la guerre chimique et biologique. C'est le contrat gouvernemental où des virus comme un HIV et comme Ebola ont été bioingénieré par les militaires américains des USA, ainsi que les armes biologiques des contractants de laboratoire Biomedics. Ils produisaient des cancers viraux chez des singes qui pouvaient alors être employés par le génie génétique pour infecter des humains.

Le géant pharmaceutique Merck avait examiné un vaccin potentiel pour le HIV en Thaïlande après des accords avec l'administration locale. Merck et le programme de recherche militaire du HIV des USA avaient essayé de frayer un chemin pour l'industrie vaccinique du HIV avec des essais en 2007. Merck a prévu de retourner au même emplacement qui a été utilisé pour bêta-tester en 2007 pour entreprendre une autre étude d'essai avec un vaccin expérimental du HIV. Et soudainement une infection comme le HIV commence à tuer des personnes en Thaïlande.

Les armes bactériologue sont une réalité ; néanmoins la majeure partie de l'expérimentation entourant leur développement et déploiement est directement attachée aux laboratoires gouvernementaux des USA et aux sociétés pharmaceutiques qui fonctionnent avec ces entités. Les membres de Capitol Hill se préparent aux accidents de masse, alors que le CSAD explore la possibilité d'employer des drones en tant que « chiffons de culture » pour répandre un virus militarisé qui faciliterait des millions des décès sur le continent des USA en peu d'heures. Comme cela a été précisé en 2008, les préparations pour une attaque biologique sont en cours depuis 4 ans et sont attendues pour se manifester l'année prochaine…

 

Source : Occupycorporatism.com

Traduction: Folamour pour Crashdebug

 

Version anglaise: 

 

US Government Preparing for Biological Attack and Mass Fatalities in America Since 2008

 

In 2008, a report from the Commission on the Prevention of WMD Proliferation and Terrorism identified a clear and present danger of biological attack in 2013.

The Congressional Committee claimed that Middle Eastern nations like Pakistan were the most likely to be the origination of such an attack against the US or various other points across the globe. Focusing on Pakistan’s nuclear capability at the time legitimizes naming them as a possible breeding ground for terroristic dissention. The report states that “unless the world community acts decisively and with great urgency, it is more likely than not that a weapon of mass destruction will be used in a terrorist attack somewhere in the world by the end of 2013.”

Terrorists are expected to “obtain and use a biological weapon than a nuclear weapon.” This is due to the complexity of transporting a nuclear weapon and the ease by which a biological agent could be introduced into the environment which could wreak untold havoc. Because there is access to biological and nuclear materials from “poorly secured and thus vulnerable to theft by those who would put these materials to harmful use, or would sell them on the black market to potential terrorists.”

At the time, President George W. Bush used the 9/11 commission to justify his agenda in moving forward with the police state implication after 9/11 with legislation such as the USA Patriot Act of 2001.

Then Senator Bob Graham explained at a conference that a biological or nuclear attack was expected by the US government to be enacted by a terrorists group from the Middle East and that diplomacy must be the focus of the newly appointed Obama administration to combat this analysis.

Graham said that “the consequences of a biological attack are almost beyond comprehension. It would be 9/11 times 10 or a hundred in terms of the number of people who would be killed.” He explained that in 1918 millions of people were killed by the Spanish Flu that ravaged the globe.

President Elect Barack Obama was informed that the contents of the report would stem from research extracted from the 9/11 Commission Report.

The report mentions domestic threats from militias and those who sympathize with Islamic concerns explained the Obama administration. Proliferation and terrorism by eliminating the safe havens for such groups through diplomatic means, as well as threat of military action against such nations who endeavor to secure nuclear or biological weapons would become the direction and path of countering extremist ideology for the current administration.

Then President Elect Obama announced that “in this uncertain world, the time has come for a new beginning – a new dawn of American leadership to overcome the challenges of the 21st century.” His directive was explained in a “new strategy that skillfully uses, balances, and integrates all elements of American power: our military and diplomacy; our intelligence and law enforcement; our economy and the power of our moral example.”

The Nation Security Team arose out of necessity with members such as:

• Hillary Clinton, Secretary of State
• Eric Holder, Attorney General
• Janet Napolitano, Secretary of the Department of Homeland Security
• Susan Rice, US Ambassador to the UN
• Robert Gates, former Secretary of Defense
• Jim Jones, National Security Adviser

Last month, the US House of Representatives passed HR 6566 which is an amendment of theHomeland Security Act of 2002 that imbues the Administrator of the Federal Emergency Management Agency (FEMA) “to provide guidance and coordination for mass fatality planning, and for other purposes.”

Elected officials assume that in such an event, funeral homes, cemeteries and mortuaries would beoverwhelmed should millions of Americans suddenly die in a tragic event. There must also be allowances for survivors of such an event.

Representatives from local and state governments must coordinate with federal agencies, private sector businesses, non-profit organizations and appropriate individuals to prepare and respond to an incident wherein mass casualties occur.

An estimated 500,000 FEMA coffins were purchased by DHS and stacked on land owned by the Centers of Disease Control and Prevention (CDC) and the World Health Organization (WHO) in preparation of a massive fatality in America. These containers could be used to transport millions of bodies. They are also made of a specialized plastic that is burnable and therefore easily placed into incinerators that are reported to be built on FEMA camps across the nation.

DHS has teamed up with the World Surveillance Group, Inc., to develop technologies specializing in “chemical, biological, radiological, nuclear, explosive (collectively, CBRNE), command, control, computers, communication, intelligence, surveillance and reconnaissance (C5ISR), and unmanned aerial systems (UAS).” The federal agency also put out a solicitation for “participation in the Robotic Aircraft for Public Safety (RAPS) project from the small unmanned aerial systems (SUAS) for transition to its customers” to use drones in American skies for more than the expressed purpose of spying on US citizens to secure their safety.

In recent months several questionable viruses have suddenly popped up that resemble bio-weaponzied diseases.

The Democratic Republic of the Congo (DRC) was the scene of a new strain of Ebola in July of this year. The outbreak was overseen by US Department of Defense (DoD) under the Transformational Medical Technologies program (TMT) of the Defense Threat Reduction Agency and the National Institutes of Health (NIH) who also spent millions of dollars conducting scientific research into the Ebola virus, its potential for being turned into a bio-weapon and certain vaccine efforts through two drug corporations, Massachusetts-based Sarepta Therapeutics and Tekmira Pharmaceuticals of Canada .

Then the funding was abruptly cut. The research into an Ebola vaccine was moved into secret government programs and out of access by the general public.
An ADIS-like “virus” abruptly manifested in Southeast Asia, specifically Thailand. Those infected were not contagious, adding to the mystery as to how these victims came to be infected with a new and unusual virus. Again, the NIH was involved immediately with the containment of this new infection.

In 1962, the US Senate received a report concerning chemical and biological warfare. This is the government contract where HIV-like and Ebola-like viruses were bio-engineered by the US military and the bioweapons contracting lab Biomedics. They were producing viral cancer in monkeys that could then be used through genetic engineering to infect humans.

Pharmaceutical giant Merck had tested a potential HIV vaccine in Thailand after agreements with the local government. Merck and the US Military HIV Research Program have been attempting to pioneer the HIV vaccine industry with trials in 2007. Merck planned to return the same location as was beta-tested in 2007 to conduct another trial study with an experimental HIV vaccine. And suddenly an AIDS-like infection begins killing people in Thailand.

Bioweapons are a reality; however most of the experimentation surrounding their development and deployment are directly tied to US governmental laboratories and pharmaceutical corporations that work with those entities. Members of Capitol Hill are preparing for mass casualties, while DHS is exploring the possibility of using drones as “crop dusters” to spread a weaponized virus that would facilitate millions of deaths in the continental US in a short amount of time. As was pointed out in 2008, preparations for a biological attack have been in the works 4 years that are expected to manifest next year.

Commenter cet article

Nenuphar 18/10/2012 17:53


Les UsSionistes se fichent du monde avec leurs alertes à deux balles.


Le monde entier sait que les attentats prétenduement terroristes, sont organisés par eux même et leurs agences.


Lorsqu'ils veulent mettre encore la prsession sur leurs citoyens, ils sortent de leur chapeau un islamiste qui avait l'intention de faire ceci, ou commetre cela et bla-bla-bla.


Leur rediffusion du film terroristes est devenu tellement lassant que plus personne n'y crois. De toutes les façons ils s'enfoncent eux même dans la merde avec leur fausse monnaie et leur
chiffres trafiqués qui vont leur pêter à la gueule comme la bombe d'un "terroriste". 

Lenox 18/10/2012 15:35


On peut s'interroger sur les intentions du gouvernement US. Serait-ce une préparation mentale pour le peuple Américain ou bien une réelle menace ?


Dans les deux cas, il se peut que cette possible attaque bactériologique ne soit en réalité qu'un nouveau 11 Septembre mené de l'intérieur afin d'imposer plus tard certains traités visant à
recérer un peu plus l'étaux contre le "faux terrorisme".


A quand la puce RFID obligatoire ?

bastien 18/10/2012 13:14


Le titre foireux de Wikistrike est à la hauteur de l'article

Mickael 18/10/2012 11:52


Le Gouvernement des USA se prépare à des attaques biologiques et à des décès en masse de
masse depuis 2008


.....

Laurent Franssen 18/10/2012 10:24


blablabla,

Archives

Articles récents