Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le manuel d’assassinat de la CIA (traduction française)

Publié par wikistrike.com sur 21 Novembre 2013, 08:03am

Catégories : #Politique internationale

 

Le manuel d’assassinat de la CIA (traduction française)

 

telechargement-24.jpg

Voici la transcription traduite en Français d’un document de la CIA intitulé « Une étude de l’assassinat ».

 Ce document non signé et non daté (date de publication estimée: 31 décembre 1953) de 19 pages est un dossier dactylographié qui faisait partie d’une collection de documents de la CIA concernant les projets PBFORTUNE et PBSUCCESS et a été déclassifié par la loi FOIA, « Freedom of Information Act », le 15 mai 1997. Un extrait de ce manuel d’assassinat apparaîtra sur la page Op-Ed du New York Fois, le samedi 31 mai 1997. Voici le document original au format PDF, consultable sur le site « George Washington University’s National Security Archive » (www.gwu.edu/~nsarchiv/), un des sites des archives nationales Américaines (Lien) et sa retranscription en version originale (où un paragraphe du chapitre 7 est répété deux fois, Lien). On en trouve une bien meilleure retranscription avec une publication des Editions Ebook and Revised de 2002 (Lien).

Après des années à répondre aux demandes FOIA avec son habituelle: « nous ne pouvons ni confirmer ni nier que ces dossiers existent », la CIA a finalement déclassifié quelques 1400 pages sur plus de 100.000 pages estimées de ses archives secrètes sur le programme de déstabilisation du Guatemala.

PBFORTUNE et PBSUCCESS étaient les noms de code des opérations de 1952-1954, qui étaient des tentatives de renverser le gouvernement guatémaltèque, celui du président démocratiquement élu Jacobo Arbenz Guzman.

L’effort de la CIA pour renverser le président Guatémaltèque – une collaboration entre la CIA et le dictateur Nicaraguayen Anastasio Somoza pour soutenir un opposant expatrié, nommé Carlos Castillo Armas, recruté par l’opération PBFORTUNE, autorisé par le président Truman avait eu lieu en 1952 (1).

Dès Février de la même année, le siège de la CIA a commencé à produire des mémos avec des titres tels que « sous réserve du personnel communistes du Guatémala d’être éliminés lors d’opérations militaires » décrivant les catégories de personnes à neutraliser par des « Executive Action » (concrétement l’ordre d’assassiner) ou par l’emprisonnement et l’exil. La première liste de ceux qui devaient être assassiné contenait 58 noms, et il y en aura une seconde avec 74 noms (tous ont été censurés dans les documents déclassifiés).

L’opération PBSUCCESS, avait été autorisée par le Président Eisenhower en août 1953 pour « la guerre psychologique et l’action politique » et la « subversion », parmi les autres composantes d’une action paramilitaire pour réaliser un coup d’état. Mais, selon une propre étude interne de la CIA des plans de l’agence, des opérations d’assassinats avaient été envisagés (2).

Bien que le président Arbenz et ses principaux collaborateurs avaient réussi à fuir le pays, après l’arrivée de Castillo Armas au pouvoir, des centaines de Guatémaltèques (sympathisans ou militants communistes) avaient été raflés et supprimés.

 

UNE ÉTUDE DE L’ASSASSINAT

 

DÉFINITION

L’assassinat est un terme que l’on croit dérivé de « haschisch », une drogue siimilaire à la marijuana, déclaré avoir été utilisé par Hasan-ibn-Sabah pour induire la motivation à ses disciples, qui ont été affectés pour mener à bien des assassinats politiques et autres, généralement au prix de leur vie. Il est ici utilisé pour décrire le massacre planifié d’une personne qui n’est pas sous la juridiction du tueur, qui n’est pas physiquement dans les mains de l’assassin, qui a été choisi par une organisation de résistance, et dont la mort offre des avantages positifs à cette organisation.

 

EMPLOI

L’assassinat est une mesure extrême qui n’est pas normalement utilisée dans les opérations clandestines. Il faut supposer qu’il ne sera jamais ordonné ou autorisé par aucun quartier général américain, si celui-ci peut dans de rares cas donner l’accord à son exécution par les membres d’un service étranger associé. Cette réticence est partiellement dûe à la nécessité de réaliser des communications sur papier. Aucune instruction d’assassinat ne devrait jamais être écrites ou enregistrées. En conséquence, la décision de recourir à cette technique doit presque toujours être prise sur le terrain, à l’endroit où l’acte aura lieu. Décision et instruction devraient être limitées à un minimum absolu de personnes. Idéalement, seulement une personne sera impliquée. Aucun rapport ne peut être fait, mais le plus souvent l’acte sera correctement couverts par les services de presse normaux, dont la publication est accessible à tous les concerné.

 

JUSTIFICATION

Assassiner n’est pas moralement justifiable. L’auto-défense peut être soutenu si la victime a connaissance de ce qui peut détruire l’organisation de résistance en cas de divulgation. L’assassinat de personnes responsables d’atrocités ou de représailles peut être considéré comme un juste châtiment. Tuer un leader politique dont la carrière naissante est un danger clair et présent pour la cause de la liberté peut être une aide nécessaire. Mais l’assassinat peut rarement être utilisé avec une conscience claire. Les personnes qui en sont moralement dégoûté ne doit pas tenter cela.

 

CLASSIFICATIONS

Les techniques utilisées varient selon que le sujet est inconscient de son danger, conscient mais non gardé, ou protégé. Elles seront également affectées par si oui ou non l’assassin doit être tué avec le sujet. Ci-après, les assassinats dont le sujet n’est pas au courant seront appelés « simple » ["facile"], ceux où le sujet est conscient, mais sans surveillance seront appelés « chase » ["chasse" ou "poursuite"], ceux où la victime est gardée seront appelés « guarded » ["gardé"].

Si l’assassin est destiné à mourir avec le sujet, l’acte sera appelé « lost » ["perdu"]. Si l’assassin doit s’échapper, l’adjectif sera « safe » ["sûr"]. Il convient de noter qu’aucun compromis devraient exister ici. L’assassin ne doit pas tomber vivant entre des mains ennemis.

Un autre type de division est causée par la nécessité de cacher le fait que le sujet était en fait la victime d’un assassinat, plutôt que d’un accident ou de causes naturelles. Si cette dissimulation est souhaitable, l’opération sera appelée « Secret »; si la dissimulation est immatérielle, l’acte sera appelé « open » ["ouvert"], tandis que si l’assassinat nécessite une publicité pour être efficace, il sera qualifié de « terroristic » ["terroriste"].

Suite à ces définitions, l’assassinat de Jules César était safe, simple, et terroristic, ["sûr, simple et terroriste"] tandis que celle de Huey Long a été lost, guarded et open ["perdu, gardé et ouvert"]. Evidemment, pour leur succès les assassinats secrets ne sont pas enregistrés en tant que assassinat du tout. [Illisibles] de Thaïlande et César Auguste ont peut-être été les victimes d’un assassinat sûr, gardé et secret. Les assassinats chase impliquent généralement des agents clandestins ou des membres d’organisations criminelles.

 

L’ASSASSIN

Dans la sécurité des assassinats, l’assassin a besoin des qualités habituelles d’un agent clandestin. Il devrait être déterminé, courageux, intelligent, débrouillard, et physiquement actif. Si un équipement spécial doit être utilisé, comme les armes à feu ou les médicaments, il est clair qu’il doit avoir une compétence exceptionnelle avec un tel équipement.

Sauf dans les assassinats terroristes, il est souhaitable que l’assassin soit en transit dans la région. Il devrait avoir un minimum absolu de contact avec le reste de l’organisation et ses instructions doivent être données par voie orale par une seule personne. Son évacuation en toute sécurité après l’acte est absolument essentiel, mais ici un nouveau contact devrait être aussi limité que possible. Il est préférable que la personne faisant l’émission des instructions effectue également tout retrait ou de couvrir une action qui peut être nécessaire.

Dans un assassinat perdu, l’assassin doit être un fanatique de quelque sorte. La politique, la religion, et la vengeance sont certainement les seuls motifs possibles. Depuis qu’un fanatique est instable psychologiquement, il doit être manipulé avec un soin extrême. Il ne doit pas connaître l’identité des autres membres de l’organisation, car si son but et qu’il meurt durant l’acte, quelque chose peut mal tourner. Alors que l’assassin de Trotsky n’a jamais révélé aucune information importante, il n’était pas compétent pour dépendre de ce moment où l’acte a été planifié.

 

PLANIFICATION

Lorsque la décision d’assassiner a été atteinte, la tactique de l’opération doit être planifiée, basée sur une estimation de la situation similaire à celle utilisée dans les opérations militaires. L’estimation préliminaire va révéler les lacunes dans informations et éventuellement indiquer un besoin d’équipement spécial qui doit être acquis ou construits. Lorsque toutes les données nécessaires ont été recueillies, un plan tactique efficace peut être préparé. Toute planification doit être mental, aucun document ne doit jamais contenir des preuves de l’opération.

Dans les situations de résistance, l’assassinat peut être utilisé comme une contre-représaille. Depuis cette publicité nécessite, pour être efficace, que l’organisation de résistance doit être en mesure d’avertir les hauts fonctionnaires publiquement que leur vie sera le prix de l’action de représailles contre des personnes innocentes. Cette menace est sans valeur à moins qu’elle puisse être effectuée, de sorte qu’il peut être nécessaire de planifier l’assassinat de divers agents responsables du régime oppressif et détenir de tels plans prêt à être utilisés seulement en cas de provocation par la brutalité excessive. Ces plans doivent être modifiés fréquemment par des variations de la situation tactique.

 

TECHNIQUES

Le point essentiel de l’assassinat est la mort du sujet. Un être humain pouvant être tué à bien des égards, mais la sûreté est souvent négligée par ceux qui peuvent être émotionnellement déstabilisé par la gravité de cet acte, qu’ils ont l’intention de commettre. La technique spécifique employée dépendra d’un grand nombre de ces variables, mais devra être constante sur un point: la mort doit être absolument certaine. L’attentat à la vie d’Hitler a échoué parce que le complot n’avait pas donné à cette question l’attention appropriée.

Les techniques peuvent être envisagées comme suit:

 

1. Manuelles.

Il est possible de tuer un homme avec les mains nues, mais très peu sont assez habile pour bien le faire. Même un expert en judo hautement qualifié peut hésiter à risquer de tuer par des prises à moins qu’il n’ait absolument aucune alternative.

Cependant, les outils locaux les plus simples sont souvent beaucoup les moyens les plus efficaces pour l’assassinat. Un marteau, une hache, une clé, un tournevis, tisonnier, couteau de cuisine, pied de lampe, ou quelque chose de dur, lourd et pratique suffira. Une longueur de corde ou de fil ou une ceinture fera l’affaire si l’assassin est fort et agile. Tout comme ces armes improvisées ont l’avantage important de la disponibilité et de leur apparente innocence. La mitrailleuse évidemment mortelle n’a pas réussi à tuer Trotsky où un objet d’article de sport a réussi.

Dans tous les cas sûrs où l’assassin peut être soumis à la fouille, soit avant ou après l’acte, les armes spécialisées ne doivent pas être utilisées. Même dans les cas d’assassinats perdus, l’assassin peut accidentellement être recherché avant l’acte et ne devrait pas porter un dispositif incriminant si toute sorte d’arme létale peuvent être improvisées au niveau ou à proximité du site. Si l’assassin s’exerce normalement aux armes en raison de la nature de son travail, il peut encore être souhaitable d’improviser et de les mettre en œuvre sur les lieux pour éviter la divulgation de son identité.

 

2. Accidents.

Pour un assassinat secret, simple ou chase, l’accident artificiel est la technique la plus efficace. Lorsqu’il est exécuté avec succès, il provoque peu l’excitation et est seulement une désinvolture étudiée.

L’accident le plus efficace, dans le langage d’un assassinat simple, est une chute de 75 pieds ou plus [une vingtaine de mètres au minimum] sur une surface dure. les cages d’ascenseurs, les cages d’escalier, les fenêtres non blindées et les ponts serviront. Les chuttes d’un pont dans l’eau ne sont pas fiables. Dans les cas simples une réunion privée avec le sujet peut être organisé à un emplacement bien précis. L’acte peut être exécuté par poussée, vigoureuse [mot censuré] des chevilles, inclinant le sujet sur le bord. Si l’assassin se met aussitôt en place pour une alerte, en jouant le « témoin horrifié », pas d’alibi ou un subreptice retrait n’est nécessaire. En cas d’un chase il sera généralement nécessaire d’étourdir ou de droguer le sujet avant de le lâcher. Il faut veiller à s’assurer qu’aucune blessure ou son état ne soit attribuable à sa chutte est soit perceptible après la mort.

Tomber dans la mer ou dans des rivières rapidement peut suffire si le sujet ne sait pas nager. Il sera plus fiable si l’assassin peut organiser la tentative de sauvetage, comme il peut donc être sûr de la mort du sujet et en même temps mettre en place un alibi réalisable.

Si les habitudes personnelles du sujet font que cela est possible, l’alcool peut être utilisé [2 mots cencurés] pour le préparer à un accident artificiel d’une certaine sorte.

La chute devant les trains ou les voitures de métro sont généralement efficaces, mais nécessitent une coordination parfaite et peuvent rarement l’être sans une observation inattendue.

Les accidents d’automobile sont un moyen moins satisfaisants d’assassinat. Si le sujet est délibérément renversé, la coordination doit être très précise est nécessaire et l’enquête est susceptible d’être approfondie. Si la voiture du sujet est endommagée, la fiabilité est très faible. Le sujet peut être étourdi ou drogué puis placé dans la voiture, mais ce n’est fiable que lorsque la voiture peut fonctionner en se jetant d’une haute falaise ou en eau profonde sans observation.

Un incendie peut causer la mort accidentelle si le sujet est drogué et laissé dans un immeuble en feu. La fiabilité n’est pas satisfaisante que si le bâtiment est isolé et hautement inflammable.

 

3. Médicaments.

Dans tous les types d’assassinats sauf terroriste, les médicaments peuvent être très efficaces. Si l’assassin est formé comme un médecin ou une infirmière et que le sujet est sous contrôle médical des soins, c’est une méthode simple et rare. Une surdose de morphine administrée comme sédatif peut entraîner la mort sans perturbation et est difficile à détecter. La taille de la dose dépendra si le sujet a été régulièrement soumis aux narcotiques. Sinon, deux doses suffisent.

Si les boissons lui sont fortement soumises [ou avec un sujet dépendant à l'alcool], la morphine ou un stupéfiant similaire peuvent être injectés à leur passage sur place, et les causes du décès seront souvent jugées être dûes à de l’alcoolisme aigüe.

Les poisons spécifiques, tels que l’arsenic ou la strychnine, sont efficaces, mais leur possession ou leur achat est incriminant, le dosage précis est problématique. Le poison a été utilisé sans succès dans l’assassinat de Raspoutine et Kolohan, bien que ce dernier cas est décrit plus précisément comme un meurtre.

 

4. Armes blanches.

Tout dispositif tranchant ou pointu obtenus localement peut être employée avec succès. Un certain minimum de connaissances anatomiques est nécessaire pour la fiabilité.

Les perforations de la cavité du corps ne peuvent être fiables que si le cœur est atteint. Le cœur est protégé par la cage thoracique et n’est pas toujours facile à localiser.

Les plaies abdominales étaient autrefois presque toujours mortelles, mais le traitement de la médecine moderne a fait que cela n’est plus vrai.

Une fiabilité absolue est obtenue en sectionnant la moelle épinière dans la région du col de l’utérus. Cela peut être fait avec la pointe d’un couteau ou d’un léger coup de hache ou une hachette. Une autre méthode fiable est la rupture de l’arrivée du sang de la jugulaire et la carotide des deux côtés de la trachée-artère.

Si le sujet a été rendu inconscient par d’autres blessures ou des médicaments, l’autre des méthodes ci-dessus peut être utilisée pour assurer la mort.

 5. Armes contondantes.

Comme pour les armes blanches, des armes contondantes nécessitent une certaine connaissance de l’anatomie pour une utilisation efficace. Leur principal avantage est leur disponibilité universelle. Un marteau peut être ramassé à peu près partout dans le monde. Les battes de Baseball et les battes [illisible] sont très largement diffusées. Même une pierre ou un bâton lourd feront l’affaire, et rien qui ressemble à une arme n’a besoin d’être acheté, transporté ou par la suite éliminé.es coups doivent être adressés aux tempes, la zone juste en dessous et derrière l’oreille, et la partie inférieure arrière du crâne. Bien sûr, si le coup est très lourd, une partie supérieure du crâne fera l’affaire. La partie frontale inférieure de la tête, entre les yeux et la gorge, peut résister à d’énormes coups sans conséquence fatale.

 

6. Armes à feu.

Les armes à feu souvent utilisées dans un assassinat, sont souvent très inefficaces. L’assassin a généralement des connaissances techniques insuffisantes des limites des armes et doit prévoir plus de portée, de précision et de puissance et puissent être fournies pour tuer avec fiabilité. Comme la certitude de la mort est l’exigence principale, les armes à feu qui doivent être utilisées doivent fournir de l’énergie destructrice d’au moins 100% supérieure à celle jugée nécessaire, et les charges devraient être la moitié de celle considérées pratique pour l’arme.

Les armes à feu ont d’autres inconvénients. Leur possession est souvent incriminante. Elles peuvent être difficile à obtenir. Elles exigent un degré d’expérience de l’utilisateur. Elles sont [illisible]. Leur [illisible] est systématiquement surestimée.

Cependant, il y a de nombreux cas dans lesquels les armes à feu sont probablement plus efficaces que tout autre moyen. Ces cas impliquent généralement la distance entre l’assassin et le sujet, ou la faiblesse physique comparative de l’assassin, comme avec une femme.

 

(A) Le fusil de précision.

Dans un assassinat gardé, une bonne arme de chasse ou une carabine de précision doit toujours être considérée comme une possibilité. Une fiabilité absolue peut presque toujours être atteinte à une distance d’une centaine de mètres. Dans des circonstances idéales, la portée peut être étendue à 250 mètres.

La carabine doit être une arme bien fabriquée à verrou ou du type à levier, par action de glissement du bloc, vous manipulez ainsi une cartouche puissante de longue portée. Le calibre 300 F.A.B. Magnum est probablement la meilleure cartouche facilement disponible. D’autres excellents calibres sont les 375 M. [illisible]. Magnum, .270 Winchester, de 0,30 à 106 ps, 8 x 60 mm Magnum, 9,3 x 62 kk et d’autre de ce type.

Ceux-ci sont préférables aux calibres militaires ordinaires, depuis que les munitions disponibles pour elles sont généralement du type de balle expansive, alors que la plupart des munitions pour fusils militaires est à enveloppe pleine et donc pas suffisamment mortelle. Les munitions militaires ne devraient pas être modifiées par le remplissge ou le forage des balles, car cela va nuire à la précision.

Le fusil peut être de la variété « Bull Gun », avec canon lourd supplémentaire et jeu de déclencheurs, mais en tous les cas devrait être capable d’une précision maximale. Idéalement, l’arme devrait être en mesure de grouper dans un pouce [2,5 cm] à une centaine de mètres, mais des groupements de 21/2 pouces [53 cm] sont adéaquates. La vision devrait être télescopique, non seulement pour la précision, mais parce qu’une telle vue est beaucoup mieux en faible lumière ou en quasi-obscurité. Tant que les simples contours de la silhouette de la cible sont discernables, une vision téléscopique fera l’affaire, même si le fusil et le tireur sont dans l’obscurité totale.

Une expansion, par une balle de chasse de ces calibres telle que décrite ci-dessus va produire une extravagante lacération et un choc à court ou moyen terme. Si un homme n’est frappé qu’une seule fois dans la cavité abdominale, son décès est presque entièrement certain.

Les personnalités publiques ou des fonctionnaires gardés peuvent être tués avec une grande fiabilité et une certaine sécurité si une position de tir peut être établie avant une occasion officielle. La valeur de la propagande de ce système peut être très élevée.

Les mitrailleuses peuvent être utilisées dans la plupart des cas où le fusil de précision est applicable. Habituellement, cela nécessitera la subversion d’une unité de gardes officiels lors d’une cérémonie, mais une équipe habile et déterminée pourrait théoriquement disposer d’une fidèle arme dissimulée et sans agitation prendre en charge l’arme au moment critique.

La zone couverte par la capacité de tir de la mitrailleuse ne doit pas être utilisé pour chercher [à toucher] un sujet caché. Cela a été estimé avec le manque prévisible de succès sur Trotsky. La fonction automatique de la mitrailleuse devrait plutôt être utilisé pour augmenter la fiabilité en plaçant une rafale de 5 secondes sur le sujet. Même avec des munitions à enveloppe pleine, ce sera absolument mortel est la dispersion des salves n’est pas plus grande qu’un homme. Ceci peut être accompli à environ 150 yards [137 mètres]. Dans des circonstances idéales, une mitralleuse correctement installée avec un bon ciblage peut le faire à 850 yards [777 mètres]. La difficulté majeure est de placer la première salve exactement sur la cible, comme la plupart des mitrailleurs sont formés pour le faire en repérant leur feu sur la cible par l’observation de la grève. Ce ne sera pas à l’assassinat auquel le sujet ne s’attendra.

 

(c) La mitraillette.

Cette arme, connue sous le nom « mitraillette » par les Russes et les Allemands et « machine-carabine » par les Britanniques, est occasionnellement utile dans un assassinat. Contrairement à la carabine et la mitrailleuse, c’est une arme de courte portée et depuis elle tire des munitions de pistolets, beaucoup moins puissantes. Pour être fiable, il devrait permettre au moins 5 rafales dans la poitrine du sujet, bien que les armes de calibre 45 américaines ont une marge d’efficacité à tuer beaucoup plus grandes que les armes européennes 9 mm.

La gamme d’assassinat de la mitraillette est à brûle-pourpoint. Alors que des rafales simples et précises peuvent être assurées par des mitrailleurs à 50 yards [45 mètres] ou plus, ce n’est pas suffisamment certain pour un assassinat. Dans des circonstances ordinaires, la 5MG devrait être utilisée comme une arme entièrement automatique. Dans les mains d’un tireur capable, un taux cyclique élevé est un avantage certain, car la vitesse d’exécution est la plus souhaitable, en particulier dans le cas de plusieurs sujets.

La mitraillette est particulièrement adaptée aux travaux à l’intérieur lorsque plus d’un sujet doit être assassiné. Une technique efficace a été conçue pour l’utilisation d’une paire de mitrailleurs, par laquelle une salle contenant autant qu’une douzaine de sujets peuvent être « purifico » en une vingtaine de secondes avec peu ou pas de risques pour les mitrailleurs. On l’illustre plus bas.

Alors que les pistolets-mitrailleurs américains peuvent tirer des cartouches les plus meurtrières, le taux cyclique élevé de certaines armes étrangères peut permettre au tireur de couvrir une cible plus rapidement avec une densité de dispersion acceptable. Le Bergmann modèle 1934 est particulièrement bon dans ce sens. Le Danish Madman ? SMG dispose d’un assez bon rythme cyclique et est admirablement compacte et dissimulable. Les SHG russes ont un bon taux cyclique, mais sont handicapés par un petit projectile plus léger qui nécessite plus de tentatives pour un effet de tuer équivalent.

 

(d) Le fusil de chasse.

Un fusil de chasse à large alésage est un instrument de mise à mort des plus efficace tant que l’éventail de la gerbe de plombs est maintenue sur dix yards [9 mètres]. Il devrait normalement être utilisé uniquement sur des objectifs simples comme il ne peuvent pas supporter le feu avec succès. Le canon peut être « scié » pour plus de commodité, mais ce n’est pas un facteur important dans sa performance pour tuer. Sa gamme optimale est juste hors de portée du sujet. La chevrotine 00 [double zéro] est considérée comme la meilleure taille de munition pour un tir avec une arme de calibre douze, mais de toutes simples billes à grenaille feront l’affaire si l’éventail de la gerbe est juste. L’assassin doit viser le plexus solaire comme la dipersion de la gerbe de plombs est faible à courte portée et peut facilement [illisible] la tête.

 

(e) Le pistolet.

Alors que le pistolet est tout à fait inefficace comme arme d’assassinat, il est souvent utilisé, en partie parce qu’il est facilement disponible et peut être dissimulé sur la personne, et en partie parce que ses limites ne sont pas très appréciés. Alors que de nombreux assassinats bien connus ont été réalisées avec des pistolets (Lincoln, Harding, Ghandi), ces tentatives échouent aussi souvent qu’elles réussissent, (Truman, Roosevelt, Churchill).

Si une arme est utilisée, elle doit être aussi puissante que possible et tirer depuis une hors de portée [evaluée au plus] juste. Le pistolet et le fusil de chasse sont utilisés dans des situations tactiques similaires, sauf que le fusil de chasse est beaucoup plus mortel et le pistolet est beaucoup plus facile à dissimuler.

Dans les mains d’un expert, un pistolet puissant est tout à fait mortel, mais les experts sont rares et généralement pas disponibles pour des missions d’assassinat.

.45 Colt, .44 Special, .455 Kly, .45 AS [illisible] (US Service) et .357 Magnum sont tous des calibres efficaces. Des calibres moins puissants peuvent suffire, mais sont moins fiables. Les cartouches de sous-alimentation, comme les .32 s et 0,25 s doivent être évités.

Dans tous les cas, le sujet doit être solidement touché au moins trois fois pour une fiabilité totale.

 

(f) Silencieux – Armes à feu.

Le bruit de l’explosion du promoteur à une arme à feu peut être efficacement réduit au silence par des pièces jointes appropriées. Cependant, le son du passage du projectile dans l’air ne peut pas être éttoufé, car ce bruit est généré en dehors de l’arme. Dans le cas ici avec la vitesse de la balle dépasse largement celle du son, le bruit ainsi généré est beaucoup plus fort que celui de la détonation. Puisque tous les fusils puissants ont des vitesses de bouche de plus de 2000 pieds par seconde [600 mètres à la seconde], ils ne peuvent pas être réduits au silence.

Les balles de pistolet, d’autre part, se déplacent généralement plus lentement que le son et le bruit de leur progression dans l’air est négligeable. Par conséquent, des pistolets, des mitraillettes et tout type de carabine ou fusil improvisé qui aura une cartouche à faible vitesse peuvent être réduit au silence. L’utilisateur ne doit pas oublier que le bruit de l’opération d’une action à répétition est considérable, et que le bruit de frappe de la balle, en particulier dans les os est assez forte.

Les armes silencieuses sont seulement occassionnellement utiles à l’assassin, mais elles ont été largement développées à ce sujet. Parce que la vitesse autorisée est faible, la gamme de précision efficace est maintenu à environ 100 yards [91 mètres] avec un fusil ou armes de type carabine, tandis que des pistolets, muets ou autrement, sont les plus efficaces juste au-delà de la longueur de bras. La fonction silencieuse tente de fournir un degré de sécurité à l’assassin, mais la simple possession d’une arme à feu avec silencieux est susceptible de créer suffisamment de danger pour contrer l’avantage de son silence. Le pistolet silencieux combine les inconvénients d’un pistolet, ajouté à sa finalité [criminelle] évidemment clandestine.

Une carabine à visée télescopique, à verrou pouvant tirer une balle à faible vitesse d’un grand poids, et fabriquée pour la précision, pourrait être très utile à un assassin dans certaines situations. Au moment d’écrire ces lignes, aucune arme de ce type est connue pour exister.

 

7. Explosifs.

Bombes et charges de démolition de toutes sortes ont été utilisées fréquemment dans l’assassinat. Ces dispositifs, en assassinat terroriste et ouvert, peuvent fournir la sécurité et surmonter les barrières de protection, mais il est curieux que les bombes ont souvent été les instruments d’assassinats perdus.

Le principal facteur qui affecte la fiabilité est l’utilisation d’explosifs pour l’assassinat. la charge doit être très grande et la détonation doit être contrôlée exactement dans le temps par l’assassin qui peut observer le sujet. Une charge explosive petite ou modérée est très peu fiable comme une cause de la mort, et le délais de temps-retard ou « piége-individuel » [utilisation d'un retardateur] sont extrêmement sujets à tuer le mauvais homme. Outre les aspects moraux du massacre aveugle, la mort de passants occasionnels peut souvent produire des courants de réactions publiques défavorables à la cause pour laquelle l’assassinat est effectué.

Bombes ou grenades ne doivent jamais être jetées à un sujet. Bien que cela pourra toujours causer une commotion et peut même entraîner la mort du sujet, c’est bâclée, peu fiable, et de la mauvaise propagande. La charge doit être trop petite et l’assassin n’est jamais sûr de: (1) atteindre sa position d’attaque, (2) placer la charge close assez proche de la cible et (3) faire la mise à feu de la charge au bon moment.

Placer la charge subrepticement à l’avance permet à une charge de la bonne taille d’être employé, mais nécessite la prévision précise des mouvements du sujet.

Dix kilos d’explosifs devraient normalement être considérés comme un minimum, et avec une matière explosive de fragmentation. Celle-ci peut consister en un, [illisible] matériau dur aussi longtemps que les fragments sont assez grands. Métalliques ou des fragments de roche doivent être de la taille d’une noix plutôt que celle d’un stylo-bille. Si des plaques solides en fonte, doivent être rompue par l’explosion, 1 pouce [2,5 cm] d’épaisseur, donne une excellente fragmentation. Explosifs militaires ou commerciaux sont pratiques pour une utilisation dans l’assassinat. Explosifs artisanaux ou improvisés doivent être évités. Bien que peut-être puissants, ils ont tendance à être dangereux et peu fiables. Les obus explosifs antipersonnels sont excellents, à condition que l’assassin ait les connaissances techniques suffisantes pour les fusionner correctement. Obus de mortier de 81 ou 82 mm ou obus de mortier de 120 mm, sont particulièrement bons. Obus de canons antipersonnels et des obusiers de 85, 88, 90, 100 et 105 mm sont à la fois assez grand pour être totalement fiables et assez petits pour être transportés par un seul homme.

La charge doit être placée de manière à ce que le sujet ne se trouve pas à plus de six pieds [1,80 mètres] d’elle au moment de la détonation.

Une grande charge creuse avec le [illisible] rempli de fragments de fer (comme écrous et boulons de 1 pouce) touchera aussi loin qu’un fusil de chasse de type hautement mortel [illisible] sur 50 yard [45 mètres]. Cette réaction n’a pas été testée, et cependant, une réplique exacte du dispositif proposé devrait être tirée à l’avance pour déterminer la distance exacte, modèle, taille, et la pénétration des fragments. Les fragments doivent pénétrer au moins 1 pouce de pin chevronné ou équivalent pour une fiabilité minimum.

Tout dispositif de mise à feu peut être utilisé, qui permet un contrôle précis par l’assassin. Un explosif ordinaire d’explorateur d’origine commerciale ou militaire est efficace, tant qu’il est gréé pour une action instantanée avec aucun temps retard par fusible dans le système.

Le [illisible] ciblage électrique peut servir de dispositif de déclenchement et fournir un timing exact d’aussi loin que l’assassin peut sûrement toucher la cible. Ceci permettra d’éviter les inconvénients du cordage à fil entre les positions proposées à l’assassin et le sujet, et également permettre à l’assassin une mise à feu de la charge à partir d’une variété de positions possibles.

L’interrupteur de la radio peut être [illisible] mise à feu [illisible], même si sa fiabilité est un peu plus faible et son achat ne sera pas facile.

 

EXEMPLES

[Illisible] peut être présenté de brèves lignes, avec des évaluations critiques des assassinats et des tentatives suivantes:

Marat                                                    Heydrich

Lincoln                                                  Hitler

Harding                                                 Roosevelt

Grand-duc Serge                                    Truman

Pirhivie                                                  Mussolini

L’archiduc François-Ferdinand                    Benes

Raspoutine                                            Aung Sang

Madero                                                 [illisible]

Kirov                                                    Abdullah

Huey Long                                            Ghandi

Alexandre de Yougoslavie

Trotsky                

 

TECHNIQUE DE SALLE DE CONFERENCE

(1) Pour plus d’informations, voir « Les Black Program: Le Projet PBFORTUNE ».

(2)  Pour plus d’informations, voir « Les Black Program: Le Projet PBSUCCESS ».

Source: www2.gwu.edu.

Commenter cet article

Antoine 23/11/2013 17:08


Un Cri d'Amour déchirant !


http://de.gloria.tv/?media=512563

Antoine 23/11/2013 17:07


Un Cri d'Amour déchirant !


http://de.gloria.tv/?media=512563

Athos 22/11/2013 21:18


A anti athos,


En plus d'être con, t'es aveugle, hé ben dis dont , ça s'arrange pas


Tiens "sac de riz"


4. Armes blanches.


Tout
dispositif tranchant ou pointu obtenus localement peut être employée avec succès. Un certain minimum de connaissances anatomiques est nécessaire pour la fiabilité.


Les
perforations de la cavité du corps ne peuvent être fiables que si le cœur est atteint. Le cœur est protégé par la cage thoracique et n’est pas toujours facile à localiser.



Les plaies abdominales étaient autrefois presque toujours mortelles, mais le traitement de la médecine moderne a fait que cela n’est plus vrai.



Une fiabilité absolue est obtenue en sectionnant la moelle épinière dans la région du col de l’utérus. Cela peut être fait avec la pointe d’un couteau
ou d’un léger coup de hache ou une
hachette. Une autre méthode fiable est la rupture de l’arrivée du sang de la jugulaire et la carotide des deux côtés de la trachée-artère.


Si le
sujet a été rendu inconscient par d’autres blessures ou des médicaments, l’autre des méthodes ci-dessus peut être utilisée pour assurer la mort.

anti athos 22/11/2013 12:55


il n 'est pas ecrit ça du tout imbecile.

Antoine 22/11/2013 12:20


La Licra va-t-elle faire Interdire la Bible et les Evangiles... ???


http://www.egaliteetreconciliation.fr/Compte-rendu-d-Alain-Soral-sur-les-proces-l-opposant-a-Bertrand-Delanoe-et-a-la-LICRA-21467.html

Athos 22/11/2013 01:18





 Il faut bien lire, c'est bidonnant


'....Une
fiabilité absolue est obtenue en sectionnant la moelle épinière dans la région du col de l’utérus."


 


Où va
pas se loger le cerveau.. et merci pour cette perle , au traducteur  !!!

etonnant 21/11/2013 23:44


Dans un assassinat perdu, l’assassin doit être un fanatique de quelque sorte. La politique, la religion, et la vengeance sont certainement les seuls motifs possibles. Depuis qu’un fanatique est
instable psychologiquement, il doit être manipulé avec un soin extrême. Il ne doit pas connaître l’identité des autres membres de l’organisation,

Antoine 21/11/2013 16:51


"Dans sa lettre, il évoque un complot fasciste, il dénonce notamment «les médias de participer à la manipulation des masses» et accuse pêle-mêle «les journalistes, le capitalisme, la
gestion des banlieue». «Les journalistes sont payés pour faire avaler aux citoyens le mensonge à la petite cuillère», dit le courrier. Son courrier se termine par un couplet du Chant des
partisans."


 


Pendant la Guerre on l'aurait appelé "Résistant"... et pas "délirant"... !!!

Archives

Articles récents