Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Des bactéries fluorescentes pour crypter les messages secrets

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 28 Septembre 2011, 12:10pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

 

Le message crypté à partir de colonies de bactéries fluorescentes 

 

le-message-crypte-a-partir-de-colonies-de-bacteries-fluores.jpgDes scientifiques de la Tufts University aux Etats-Unis ont mis au point un protocole capable de coder des messages secrets à partir de bactéries fluorescentes.

La bonne vieille encre invisible semble avoir été dépassée. Après des années de bons et loyaux services passées à coder des messages secret, l'outil vedette des films d'espionnage devra faire place à la toute nouvelle innovation scientifique : la cryptographie bactérienne. Le protocole baptisé SPAM (Steganography by Printed Arrays of Microbes) a été mis en place par des chercheurs de la Tufts University aux Etats-Unis dont les résultats ont fait l'objet d'une publication parue cette semaine dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.  

La méthode se base sur l'usage de la bactérie Escherichia coli, rendue préalablement inoffensive et génétiquement modifiée pour produire une protéine fluorescente visible sous certaines conditions lumineuses. Les scientifiques sont ainsi parvenus à obtenir sept souches d'E. coli produisant chacune une protéine fluorescente différente. Une fois mises en cultures, ces micro-organismes évoluent en colonie formant des taches de sept couleurs différentes à partir desquelles les scientifiques ont élaboré un code. Chaque paire de couleur correspond à une lettre de l'alphabet. Par exemple la lettre "i" est constituée d'un point vert suivi d'un point orange.

L'idée développée par les chercheurs consiste ainsi à composer un message à partir de colonies de bactéries cultivées en lignes, puis figer cette organisation sur un support de nitrocellulose pour l'envoyer à un destinataire. Il ne restera plus qu'à celui-ci de remettre les bactéries en culture sur une grille spécifique et de les exposer à une certaines longueur d'onde pour révéler le message.

Des applications pour lutter contre la contrefaçon

Les chercheurs s'attèlent désormais au développement d'éventuelles applications de cette méthode pour améliorer la traçabilité d'un produit, évitant ainsi les problèmes de contrefaçon. Les bactéries pourraient en effet être apposées sur l'emballage d'un produit dans un endroit pré-déterminé connu seulement de l'expéditeur et du destinataire Ce dernier pourrait alors facilement vérifier l'authenticité du produit en imprimant cette partie de l'emballage sur une plaque de gélose pour faire apparaître le message.

 

Source : Maxisciences

Archives

Articles récents