Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le "mur des cons" du syndicat de la magistrature

Publié par wikistrike.com sur 24 Avril 2013, 18:23pm

Catégories : #Politique intérieure

Le "mur des cons" du syndicat de la magistrature  


Des portraits épinglés dans un local du Syndicat de la magistrature (SM) suscitent l’indignation.


24.04-mur-des-cons-930x620_scalewidth_630.jpg

 

L’INFO. Le « Mur des cons » du Syndicat de la magistrature, révélé dans une vidéo mise en ligne mardi par le siteAtlantico, provoque l’émoi. Ce mur, discrètement filmé par un magistrat « apolitique » invité dans le local du syndicat, présente un patchwork de portraits de personnalités du monde de la politique ou des médias, agrémentés de commentaires plus ou moins délicats. Un « acte de potache » qui soulève de nombreuses réactions négatives.

La classe politique et médiatique épinglée. Le « Mur des cons » du Syndicat de la magistrature, classé à gauche, épingle de nombreuses personnalités politiques de droite. Figurent ainsi les portraits de Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Nadine Morano, Michèle Alliot-Marie, Patrick Balkany ou Luc Ferry. Le portrait de Brice Hortefeux est, lui, orné d’un auto-collant du Front national et accompagné de la mention « L’homme de Vichy ». Le criminologue Alain Bauer est également épinglé tout comme plusieurs journalistes, tels Béatrice Schönberg, David Pujadas ou l’éditorialiste du FigaroYves Thréard.

La vidéo du « Mur des cons » au coeur de la polémique :

 

Les victimes s’insurgent. Plusieurs victimes de ce « Mur des cons » ont rapidement réagi mercredi sur les réseaux sociaux. Christophe Régnard, le président de l’Union Syndicale des Magistrats a fait part de sa « surprise attristée d’être sur le mur des cons du SM », tout en relevant qu’on est « toujours le con de quelqu’un ». « Si c’est vrai, l’indépendance du Syndicat de la Magistrature bat son plein ! » , a pour sa part commenté Christian Estrosi, le député-maire de Nice.


ma
Des réactions outrées. La réaction la plus virulente est venue de l’Institut pour la justice, classé à droite, qui s’est dit « indigné » par la présence sur ce mur du père d’une des victimes du tueur en série Guy Georges. Pour cette association, cette vidéo illustre « l’intolérance et l’approche profondément idéologique des questions de justice de la part du Syndicat de la Magistrature ». L’Institut demande la « dissolution » du SM. Même son de cloche du côté du syndicat Synergie officiers, lui aussi classé à droite, qui se dit « écoeuré par ces pratiques infectes » et « se réserve le droit de porter plainte pour injure publique ».

Bilger entendu par sa hiérarchie

Bilger en colère. Sur son blog, l’ancien avocat général Philippe Bilger a lui aussi désapprouvé avec force l’initiative du SM. « Quelle présomption il faut, pour qualifier ainsi sommairement, brutalement autrui, précisément ciblé, coupable de penser autrement ! », écrit l’ancien magistrat qui a rédigé son billet avant même de s’apercevoir…qu’il figurait lui-même sur le tableau de chasse du SM. Philippe Bilger condamne la légèreté des syndicalistes du SM : « Quelle imprudence intellectuelle et politique, pour un Syndicat déjà gangrené et amoindri par l’idéologie, de manifester ainsi, de manière aussi ostensible, partisane, ses choix, ses préjugés et ses réflexes ! ».

Un « défouloir » pour le SM. Le syndicat mis en cause s’est défendu par la voix de sa présidente. Pour Françoise Martres, « ce sont des images prises à notre insu dans un lieu privé, notre local syndical, qui n’est pas accessible au public ». Pour la présidente du SM, ce mur est un simple « défouloir » et une « action de « potache ». « À un moment où le gouvernement de gauche est en difficulté, il n’est pas étonnant qu’un site de droite s’attaque à un syndicat de gauche », a pour sa part estimé Sophie Combes, secrétaire nationale du syndicat, y voyant un « travail de décrédibilisation ».

Quelles suites ? La polémique a d’ores et déjà pris un tournant politique. Christian Jacob, le chef des files des députés UMP à l’Assemblée, a demandé mercredi à François Hollande ce qu’il comptait faire après la révélation de l’existence d’un « mur des cons ». Jean-François Copé, le président de l’UMP, a lui demandé à Christiane Taubira de « diligenter une enquête » après ce « scandale absolu ». Et la droite ne va pas en rester là car les députés UMP vont s’adresser mercredi à la Garde des Sceaux, à l’Assemblée, pour demander la saisine du Conseil supérieur de la magistrature.

Source : Europe1

Commenter cet article

Athos 25/04/2013 13:18


Le meilleur "Mur de cons", pour le SM, c'est de mettre un grand miroir!!!

lib 25/04/2013 10:36


@ Jules.


Une fois qu'on a compris dans quelle mascarade politique et démocratique on se troue, on sait pertinemment qu'un seul mur, muni d'un espace conséquent, suffit

Jules 25/04/2013 08:24


Il n'y avait que des photos de gens de droite. Mais ...


A quand un mur des connards de gauches ?


(Attention prévoir un espace suffisant, il y a du monde !)

David 25/04/2013 03:04

Bilger ? C'est pas catholique ça. Du juif encore du juif et toujours du juif dans ce pays. Le juif protège le juif MEEEERDE !!!

lib 24/04/2013 21:56


Et comme réagissent les principaux intéressés ? Comme des cons

Laurent Franssen 24/04/2013 21:35


Des informations croustillantes a miner sur ce " mur " .

Archives

Articles récents