Mercredi 22 février 2012 3 22 /02 /Fév /2012 13:34

Le mystérieux tombeau du dernier empereur inca

 

inca.jpg

 

L'entrée de la cité débouche sur un "ushno", sorte de pyramide tronquée supportant le trône de l'empereur, près d'une petite cascade d'eau qui aurait formé le "bain de l'inca".

Souvent recherché mais jamais découvert, le tombeau d'Atahualpa, le dernier empereur inca, a longtemps nourri les spéculations. Mais cette fois-ci, la clé de l'énigme a peut-être été découverte en Equateur, au milieu des Andes. Forteresses, palais et sanctuaires de l'ancien empire pré-colombien parsèment la région de Sigchos, à 70 km au sud de Quito, sur le piémont occidental de la cordillère, et leurs secrets demeurent très nombreux.

L'historienne équatorienne Tamara Estupiñan pense avoir percé un de ces mystères, et pas le moindre, en localisant en juin 2010, après dix ans de recherche, un "site archéologique inca", non loin du légendaire volcan Cotopaxi.

Pour cette chercheuse de l'Institut français d'études andines (Ifea), nul doute que dans cet amas de pierre près de la rivière Machay dans le territoire de Malqui se cache l'ultime demeure d'Atahualpa.

"Machay signifie grotte, sanctuaire dans lequel se trouve le Malqui. Ce site qui abrite les ruines de Machay appartient à la région de Malqui, et Malqui signifie corps ou momie de l'ancêtre de l'Inca. Donc, Malqui Machay signifierait le site où est enterré son corps", explique-t-elle à l'AFP.

Une hypothèse qui a pris de plus en plus d'épaisseur avec la découverte d'un monument architectural composé de plusieurs salles rectangulaires, construit avec des pierres taillées et polies.

L'entrée de la cité débouche sur un "ushno", sorte de pyramide tronquée supportant le trône de l'empereur, près d'une petite cascade d'eau qui aurait formé le "bain de l'inca".

Dernier Tupac ou empereur de l'empire inca, qui a étendu ses ramifications de la Colombie actuelle jusqu'au Chili et à l'Argentine, Atahualpa a été exécuté par les colons Espagnols en 1533, mais sa momie n'a jamais été retrouvée.

Le terrain appartient actuellement à un éleveur de coqs de combat, une tradition locale. Et certains se plaisent déjà à souligner les coïncidences de l'histoire. En effet, la légende raconte qu'un coq se mit à chanter lors de la mort d'Atahualpa.

Les autorités semblent aussi accréditer la thèse de la découverte du tombeau du dernier roi des incas, puisqu'elles ont déjà déclaré la zone protégée en vue d'éventuelles fouilles.

Le directeur de l'Ifea, Georges Lomné, partage la certitude de l'archéologue équatorienne, en rappelant que ce territoire faisait partie du "domaine personnel" d'Atahualpa. Quant à sa momie, "il est très vraisemblable qu'elle ait transité ou soit restée un temps dans ce sanctuaire", indique-t-il à l'AFP. "C'est une découverte absolument capitale dans l'histoire de l'archélogie de l'Equateur et de la région", affirme à l'AFP la ministre équatorienne du Patrimoine, Maria Fernanda Espinosa.

L'archélogue américaine Tamara Brau, de l'Université Wayne State dans le Michigan, qui participe également aux recherches de Sigchos semble également convaincue. Le site présente "un état de conservation phénoménal et d'une importance scientifique considérable", assure-t-elle.

Sur place, il n'y a guère plus que le propriétaire de l'élevage, Francisco Moncayo, qui se montre encore sceptique, malgré l'enthousiasme général. "Tamara affirme que Malqui est la momie de l'Inca et que Machay est un lieu de repos. Et comme la momie d'Atahualpa n'est jamais apparue, il se peut qu'elle soit là... ou pas", glisse-t-il.

Ces découvertes suscitent en tout cas l'intérêt de la communauté scientifique internationale. Egalement convaincu, l'Institut national du patrimoine culturel équatorien doit financer de nouvelles fouilles dès cette année. Celles-ci devraient enfin révéler ce que cache vraiment Malqui-Machay.

 

Source: Lalibre.be 

Par wikistrike.com - Publié dans : archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés