Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le recul de la mort : Vers une immortalité à brève échéance ?

Publié par wikistrike.com sur 24 Octobre 2012, 09:48am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

Le recul de la mort : Vers une immortalité à brève échéance ?

 

image-axd--1-.jpg

 

Vivre éternellement… ou vivre mille ans, c’est ce que promet Laurent Alexandre, chirurgien-urologue, neurobiologiste et fondateur de Doctissimo.fr.

Connaissez la loi de Moore, selon laquelle la densité des transistors sur les microprocesseurs, autrement dit la puissance des ordinateurs, double tous les deux ans ? Et bien il en est un peu de même depuis quelques années pour notre espérance de vie, qui augmente régulièrement chaque année.

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les hommes gagnent en moyenne chaque année trois mois d’espérance de vie. Cette durée va-t-elle continuer à augmenter régulièrement ? Va-t-elle stagner après un certain seuil ? Ou, troisième scénario, augmenter de manière encore plus rapide et même faire un bond gigantesque ? C’est ce que postule Laurent Alexandre, qui nous prédit à certains d’entre nous une espérance de vie… de mille ans !

 

 

 


 

 

 

Entretien de France-Soir avec le Dr Laurent Alexandre :

France-Soir. Une foule de résultats scientifiques explore les secrets pour vivre plus vieux. Lequel vous semble  le plus important?

Laurent Alexandre. La minceur. Je ne connais pas d’obèses centenaires. Plus vous êtes svelte, plus votre espérance de vie augmente. A partir de 100 kg, le risque de maladie cardio-vasculaire et d’arthrose précoce est très élévé. Un individu de 110 kg perd 15 à 20 ans d’espérance de vie par rapport à quelqu’un qui pèse 70 kg. Et les obèses de plus de 150 kg meurent autour de 50 ans. Il faut donc faire du sport à dose raisonnable et s’alimenter sainement pour garder la ligne. L’autre règle d’or consiste à s’abstenir de fumer : 50 % des fumeurs perdent au moins une décennie d’espérance de vie.

F.-S. Les chercheurs évoquent des facteurs plus inattendus, comme le mariage ou le rire…

L. A. Le mariage a une influence indirecte sur la longévité, car les personnes mariées ont généralement un mode de vie plus sain que les célibataires. Les couples prennent aussi moins de risques sur la route : on hésite plus à faire un dépassement dangereux quand on a trois enfants à l’arrière. Concernant le rire, on sait que le fait d’être gai a des conséquences positives sur la santé. Les personnes joyeuses ont moins de chance d’être victimes d’une addiction à la drogue ou à l’alcool. A contrario, il n’est pas prouvé que la dépression provoque le cancer.

F.-S. Existe-t-il un gène de la longévité?

L. A. Certains gènes sont associés à une grande longévité, mais l’impact du mode de vie est au moins aussi important que notre patrimoine de départ, sauf évidemment si on souffre d’une maladie génétique. Seuls 10 % des cancers ont une cause génétique, ce qui signifie que 90 % d’entre eux sont influencés par l’environnement.

F.-S. Comment évoluera l’espérance de vie des Français ?

L. A. La longévité devrait fortement augmenter à partir de 2020-2025. On devrait réussir à vivre jusqu’à 200 ans avant la fin du siècle. Rappelons qu’en 1850 l’espérance de vie moyenne à Paris était de 30 ans, contre 80 ans aujourd’hui. On attend des avancées majeures grâce aux manipulations génétiques et à l’utilisation thérapeutique des cellules souches humaines afin de traiter certaines pathologies incurables (ces cellules sont présentes chez l’embryon, le fœtus, le cordon ombilical et le tissu adipeux, NDLR). A moins que l’on découvre des effets secondaires inattendus, les premiers résultats seront connus dans quelques années.

Sources : TEDx / France-Soir / Le Journal du Siècle

 

Archives

Articles récents