Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le sang, le cœur et les poumons sentent-ils les odeurs ?

Publié par wikistrike.com sur 11 Avril 2013, 22:01pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

 

 

Le sang, le cœur et les poumons sentent-ils les odeurs ?

 


Globules-rouges.jpgLa Société américaine de chimie (ACS selon l'acronyme anglais) est, avec plus de 160 000 membres, la plus grande société savante du monde – et sans doute aussi la plus riche. Chaque année, elle organise deux congrès qui sont de véritables grands-messes scientifiques et industrielles. La 245e  se tient à la Nouvelle-Orléans jusqu'au 11 avril et c'est un chercheur allemand qui a fait sensation lors de la journée d'ouverture, dimanche 7 avril. Peter Schieberle, qui dirige le Centre de recherche allemand pour la chimie des aliments, a ainsi annoncé avoir découvert des récepteurs olfactifs en divers endroits du corps humain où on ne les attendait franchement pas, comme le sang, le cœur et les poumons... Le nez n'a donc pas le monopole des odeurs.


 

Les annonces faites lors des congrès sont un peu les équivalents scientifiques des avant-premières au cinéma, au cours desquelles la profession découvre un film que personne n'a encore vu : souvent, les recherches en question n'ont pas encore fait l'objet d'une publication dans une revue et c'est le cas ici. Mais cela n'a pas empêché Peter Schieberle de décrire une expérience réalisée par son équipe. Pour schématiser, ces chercheurs ont placé, dans une boîte compartimentée, des cellules sanguines d'un côté et un composé odorant de l'autre. Et que s'est-il passé ? Les cellules sanguines se sont déplacées en direction de l'odeur, montrant par là-même qu'elles étaient capables de la sentir, à tous les sens du verbe.

 

Toute la question est de savoir à quoi cette fonction olfactive peut bien servir en dehors de nos fosses nasales. On comprend bien le rôle des récepteurs d'odeurs situés dans notre nez, qui, avec l'aide du bulbe olfactif installé juste derrière eux, transforment les composés volatils issus de la nourriture ou de notre environnement en messages d'alerte ou de plaisir. Mais que vont chercher à détecter les cellules du sang ou celles du cœur ? On pense évidemment à des informations contenues dans la nourriture mais Peter Schieberle reconnaît qu'"une fois que les composants de l'odeur se trouvent à l'intérieur du corps, on ne sait pas bien s'ils fonctionnent de la même manière que dans le nez". Pas sûr, donc, que votre sang renifle l'odeur du café que vous venez d'avaler ou celle du chocolat qui l'accompagnait.

 

Néanmoins, le chercheur allemand soupçonne les composés olfactifs présents dans les aliments de n'avoir pas pour seul rôle de titiller ou d'alerter nos narines. Comme il l'a expliqué au site Discovery, les boissons et la nourriture émettent énormément de signaux et "seulement une toute petite fraction de ces arômes et saveurs sont exploités par les récepteurs que nous possédons dans le nez et sur la langue". Ainsi, un millier de molécules différentes se dégagent du café mais les récepteurs olfactifs contenus dans le nez sont capables de n'en identifier que vingt-cinq. "La majeure partie de ces molécules descendent dans notre estomac et pourraient ensuite atteindre le réseau sanguin et, in fine, les organes". Les organes où ces composés pourraient avoir une fonction qui reste à déterminer.

 

Même si cette découverte a de quoi intriguer, ce n'est pas la première fois que l'on détecte des récepteurs olfactifs ailleurs que dans l'appendice cher à Cyrano. On s'est ainsi aperçu en 1992 que des gènes commandant ces récepteurss'exprimaient... dans les usines à gamètes que sont les testicules. Surprenant ? Pas tant que cela. En 2003, une autre étude a confirmé ce que l'on supposait, à savoir que les spermatozoïdes, tels des chiens de chasse remontant une piste, se servent de ces récepteurs pour localiser l'ovule, lequel relâche des molécules signalant sa présence. Si nous sommes tous là, si la reproduction humaine est si efficace malgré le faible stock d'œufs dont disposent les représentantes féminines de l'espèce, c'est aussi parce que les spermatozoïdes ont du flair. Une manière d'illustrer que les récepteurs olfactifs n'ont pas pour seule vocation de nous faire monter l'eau à la bouche ou de détecter une fuite de gaz.

 

Source: Passeur de sciences

Commenter cet article

Archives

Articles récents