Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le visiteur d'Arqâ

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 17 Avril 2011, 19:03pm

Catégories : #Les anciennes écritures

 

Le visiteur d'Arqâ

 

Voici un témoignage qui n'est pas des plus récents.

Il figure dans le livre du prophète Jérémie, au chapitre 10, verset 11.

Dans ce chapitre 10, Jérémie s'adresse au peuple d'Israël pour l'éloigner du culte des idoles. Il s'agit là d'une harangue parmi les plus vigoureuses adressées au peuple juif, au milieu de laquelle, curieusement, s'insère un verset... en araméen: le verset 11. Tout le reste du chapitre est en hébreu, mais au milieu du texte, un verset, et un seul, apparaît en langue chaldaïque. D'ailleurs, la traduction française présente ce verset entre parenthèses (ce qui paraît absurde si l'on considère l'importance de ce qu'il y est dit). La traduction rabbinique, pour sa part, comporte le commentaire selon lequel ce verset pourrait provenir d'une "note marginale". Mais par quel tour de passe-passe aurait-elle été intégrée au corps du texte, et comptée comme un verset à part entière?

 Capturer.JPG

Ce verset dit: "Vous leur parlerez ainsi: Les dieux qui n'ont créé ni le Ciel ni la Terre disparaîtront de la Terre et de dessous ces Cieux." Vous leur parlerez ainsi: sous-entendu, aux adorateurs des idoles, qu'ils soient babyloniens ou hébreux. Mais les kabbalistes font remarquer que cette traduction est imprécise. En effet, le texte en araméen dit exactement:" Les Elâhayâ (= Elohim) qui n'ont créé ni dî-Chemayâ ni Arqâ seront exterminés de Area..."
Deux termes différents sont employés pour désigner un lieu que la traduction indique comme la Terre, sans autre précision. Mais la Terre est appelée normalement AreaArqâ doit être par conséquent autre chose. De plus, un mot du verset araméen n'a pas été traduit: Elleh, "cela".
La traduction littérale est donc: "Les Elohim qui n'ont créé ni le Ciel ni Arqâ seront exterminés de la Terre et disparaîtront sous le Ciel. Cela." Voilà qui paraît bien mystérieux.

Arqâ est un lieu, un monde, qui est cité dans un autre livre de la tradition hébraïque, le Zohar. Il est intéressant de se pencher sur ces mentions du monde d'Arqâ, car c'est d'après la Tradition le nom de la septième dimension de la Terre... Voyons ce que raconte le Zohar. Tout d'abord, un entretien (en hébreu!) entre Rabbi Yossé (peu suspect de galéjer) et un

habitant de ce fameux monde d'Arqâ:

"Ils (Rabbi Yossé et Rabbi Hiyâ) allèrent donc s'asseoir devant la fissure d'un rocher d'où ils virent sortir un homme. Les voyageurs furent saisis d'étonnement.
Rabbi Yossé dit à cet homme:
- Qui es-tu?
Celui-ci répondit:
- Je suis un des habitants d'Arqâ.
Rabbi Yossé lui demanda:
- Y a-t-il donc des hommes sur Arqâ?
L'autre répondit:
- Oui, les habitants d'Arqâ sèment et moissonnent. Mais la plupart d'entre eux ont des visages différents du mien. Je suis sorti de ce rocher quand je vous ai aperçus, pour savoir de vous le nom de la Terre sur laquelle vous habitez.
Rabbi Yossé lui répondit:
- Le nom de notre Terre est Erets ("Terre" en hébreu), parce que c'est ici sur notre Terre que réside la vie, ainsi qu'il est écrit: "La Terre (Erets) d'où le pain naît." Le pain ne naît que de notre terre, mais d'aucune autre.
Aussitôt que Rabbi Yossé eut cessé de parler, l'habitant d'Arqâ disparut dans la fissure du rocher.

Comment en savoir plus sur la nature de ce monde mystérieux, dans lequel on entre et d'où on sort par un rocher? Un autre passage du Zohar nous éclaire un peu plus. Rappelons-nous les débuts de l'humanité: après avoir enfreint la consigne, Adam et Eve furent chassés du Paradis et se retrouvèrent sur la Terre. Puis Caïn tua son frère Abel, et fut ainsi chassé à son tour,

"au pays de Nod", dit la Genèse (4:16). 

Mais le Zohar exprime autrement l'exil de Caïn:
"Après avoir été chassé de la Terre, Caïn descendit à Arqâ, où il engendra des enfants. Caïn se trouva soudainement sur Arqâ, sans savoir par qui il avait été transporté." (Zohar, I:9b)
Ainsi, le Zohar désigne Arqâ comme un lieu inférieur à la Terre, celui d'une nouvelle chute - puisque Caïn y descendit. Bien d'autres humains semblent y être descendus après lui, d'après la description qu'en donne le Zohar:
"Arqâ est formée de deux parties, dont l'une est constamment inondée de lumière, et l'autre toujours plongée dans les ténèbres. Il y a là deux chefs, dont l'un règne sur la partie éclairée, et l'autre sur la partie privée de lumière. Ces deux chefs étaient constamment en guerre l'un contre l'autre." Le Zohar ajoute:
"Vue de l'Arqâ, la disposition des constellations est différente de celle que nous apercevons de notre Terre. Les saisons des semailles et des récoltes y sont également différentes des nôtres. Elles ne s'y renouvellent qu'au bout d'un nombre considérable d'années et de siècles."

Ainsi, le monde d'Arqâ paraît bien se situer sur une autre planète. Les différentes dimensions de la Terre dont parle la tradition permettraient-elles de voyager à travers l'espace? 
Ceci semble tout à fait plausible. Encore que la notion d'espace, comme celle de temps, puissent n'y être pas identiques aux dimensions connues sur Erets (la Terre).
Ces sept plans, accessibles à la race humaine, se retrouvent d'ailleurs dans d'autres traditions. Jacques Bergier tenait d'un érudit de l'Orient qu'on les appelait chez lui les sept dwipas. 
Il n'est pas impossible que les visiteurs mystérieux de notre planète, et leurs véhicules disparaissant sur place, dans l'air, dans l'eau ou dans le rocher, proviennent de l'une ou l'autre de ces sphères connues des anciennes traditions.

La Bible
Le Zohar
A.D. Grad: Initiation à la Kabbale hébraïque
Jacques Bergier: Visa pour une autre Terre

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents