Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les caisses de retraite complémentaire bientôt à sec ?

Publié par wikistrike.com sur 13 Octobre 2012, 18:53pm

Catégories : #Economie

 

Les caisses de retraite complémentaire bientôt à sec ?

4578666.jpgSelon Les Echos, l’Agirc n’aurait plus de quoi payer les cadres retraités d’ici 2017. L’Arrco serait confrontée au même problème pour tous les anciens salariés en 2020.

La sonnette d’alarme est tirée. L’Agirc et l’Arrco devraient, avant la fin de la décennie, ne plus être en mesure de verser de pensions aux millions de retraités qui comptent dessus pour maintenir leur pouvoir d’achat. Du moins, si aucune décision n’est prise.

Selon le quotidien Les Echos, qui s’est procuré les projections des organismes concernés, les réserves de ces eux organismes de retraite complémentaire fondent plus vite que prévu.Dès 2017, l’Agirc serait dans l’incapacité de verser la moindre retraite à ceux qui ont cotisé pour en bénéficier. En 2020, ce serait à l’Arrco de voir ses réserves totalement asséchées.  

Car avec la crise, les régimes de retraite complémentaire sont obligés de puiser dans leurs réserves pour payer les pensions de 11 millions d’anciens salariés du secteur privé. SelonLes Echos, ces réserves étaient jusqu’à présent confortables : plus de 6 milliards d’euros pour l’Agirc et près de 42 milliards pour l’Arrco à la fin 2012. Mais avec le chômage, qui réduit les rentrées de cotisations sociales, ces réserves s’évaporent plus vite que prévu.

 

10 scénarios envisagés

Pour remédier à cette pénurie programmée, pas moins de dix scénarios ont été envisagées : hausse des cotisations, report de l’âge de la retraite, augmentation de la durée de cotisation, gel temporaire des pensions… entre autres.

Mais aucune de ses solutions ne peut renverser la tendance à elle toute seule. Par exemple, si on recule l’âge légal de la retraite de 62 à 64 ans d’ici à 2023, cela rapporterait moins de 5 milliards d’euros par an à l’Agirc et à l’Arrco en 2030.

« On est arrivés au bout d’une logique. On ne peut plus se contenter de modifier tel ou tel paramètre » analyse Jean Louis Malys cité par le quotidien.

Prévus au premier trimestre 2013, les débats sur le sujet risquent d’être houleux. Patronat et organisation syndicales ne sont de fait pas d’accord sur les remèdes à apporter. Les uns plaidant pour le rafistolage temporaire, les autres appelant, comme Eric Aubin de la CGT, à engager une réflexion « dans un cadre beaucoup plus large » du système de retraite.

Sources : Les Echos / Challenges / Le Journal du Siècle

Archives

Articles récents