Les crânes de cristal ne seraient pas mayas mais allemands

 

crane_0.jpgDes artisans allemands revendiquent la fabrication des crânes de cristal alors qu’il a toujours été de notoriété publique que ces mystérieux vestiges nous venaient de la culture maya, selon un article du Spiegel. La plupart des archéologues reconnaissent désormais cette nouvelle paternité.

Wilfried Rosendahl, archéologue à Mannheim est allé à Idar-Oberstein, en Allemagne, à la découverte des véritables ateliers où sont taillés ces crânes de cristal en secret depuis une décennie. Il a rencontré Michael Peuster, lapidaire  qui a taillé récemment un crâne dans le cristal, désormais exposé au musée de Reiss-Engelhorn de Mannheim.

Peuster et son parrain ont rassemblé l’histoire de ces objets mystérieux. Il y a en fait des siècles que des artisans travaillent secrètement à Idar-Oberstein, dans les montagnes allemandes d’Hunsrück, connues au XIXe siècle pour être l’Eldorado des tailleurs de cristal.

Aujourd’hui encore, c’est le secret qui entoure les lapidaires de cette région qui assure leur succès. Car ils travaillent secrètement pour les plus grandes marques comme Cartier ou des commandes privées comme pour l’ancien roi de Thaïlande Bhumidol par exemple.

Des preuves montrent également qu’il est peu probable que les artistes précolombiens  (avant 1492) d’Amérique centrale aient pu fabriquer des sculptures en cristal si détaillées, à partir d’outils en pierre, en bois, en cuivre ou en étain. Des études remontant à il y a quelques années, ont décelé dans ces crânes de cristal des techniques de fabrication que les lapidaires ne maîtrisent que depuis 150 ans.

Un article de USA Today de 2008 raconte une expérience dans ce sens réalisée par Mac Laren Walsh, anthropologue, spécialiste des antiquités précolombiennes. Il a observé au microscope des crânes de cristal achetés par le British Museum pour 950 dollars en 1891 et du Quai Branly et a conclu qu’il ne pouvait pas s’agir de pièces anciennes car les montures lapidaires étaient relativement modernes.  

Pourtant, jusqu’à aujourd’hui, la plupart de savants s’accordaient sur leur provenance Maya ou Aztèque et les musées les plus connus –musée d’histoire naturelle de Washington, musée du Quai Branly de Paris– les exposaient jusqu’à il y a quelques années en tant que tels, selon l'article du Spiegel.

Rosenthal explique les raisons qui ont permis à ces erreurs sur la provenance des crânes de cristal de circuler pendant des années. En réalité, ce n’est qu'au XIXe siècle que la culture Maya est devenue à la mode et des antiquaires pas très sérieux –comme Eugène Boban à Paris– se sont précipités sur ces vestiges, sans avoir de bonnes connaissances et sans être sûrs de leur provenance mexicaine. Ce fut donc aussi un terrain propice aux charlatans et fraudeurs en tous genres.  

Cette découverte vient dévoiler un peu l’origine jusqu’alors obscure de ces nombreux crânes de cristal, qui alimentait mythes et légendes. Certains ésotériques leur prêtent des forces extraterrestres: selon le calendrier maya, la fin du monde est programmée le 21 décembre 2012 , et seul le rassemblement de 13 de ces crânes permettrait de l’éviter.

Photo: crâne de cristal puuikibeachvia Flickr CC License by 
Tag(s) : #Civilisations anciennes
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog