Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les crimes pourraient être prévus par informatique

Publié par wikistrike.com sur 4 Août 2012, 16:02pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

 

Les crimes pourraient être prévus par informatique

 

la-criminalite-aurait-baissee-de-12-dans-le-quartier-de-los.jpgDes logiciels informatiques permettraient de prédire la probabilité d’occurrence d'un crime ou d'un délit dans un lieu plutôt qu'un autre et à une heure donnée. Ces programmes auraient déjà permis de diminuer la criminalité dans les quartiers où ils sont utilisés, aux Etats-Unis notamment. Mais ils soulèvent aussi de nombreuses réticences.

Le film de Steven Spielberg "Minority Report" est en passe de devenir réalité. En effet, il semblerait qu'aujourd'hui, de plus en plus de policiers utilisent des logiciels "d'analyse prédictive" pour tenter de prévenir les crimes. Ces "prédictions" informatiques seraient en fait basées sur des algorithmes complexes et sont d'ores et déjà utilisées par les polices américaines de Los Angeles et de Memphis, mais également par des policiers canadiens, britanniques et polonais.

Le concept repose sur le fait que les délinquants auraient des comportements modélisables par ordinateur. Les logiciels utilisés ressembleraient alors à ceux des commerciaux qui modélisent les comportements des consommateurs dans les grandes surfaces et sur les sites internet : autrement dit, si les achats des clients peuvent bien être prédits alors pourquoi les crimes ne pourraient pas être prévenus de la même façon ?

Mark Cleverly est directeur de l'unité d'analyse prédictive de la criminalité de la sociétéinformatique IBM et travaille avec des policiers londoniens, américains, canadiens et polonais. Pour lui : "On peut construire un modèle de comportement avec plusieurs facteurs comme la période de l'année, s'il fait chaud et humide ou froid et neigeux, si c'est un jour de paye où les gens auront du liquide sur eux... Cela ne veut pas dire qu'un crime aura lieu à une heure et un lieu spécifiques, personne ne peut le prédire. Mais cela peut nous dire par exemple que l'on peut s'attendre à une vague de vols de voitures".

Des résultats prometteurs

Cette méthode aurait d'ailleurs déjà porté ses fruits puisque la police de Memphis affirme que la criminalité a baissé de 30% et les crimes violents de 15% grâce au programme d'analyse prédictive qu'elle utilise. Ce logiciel, créé par IBM, est appelé CRUSH pour Criminal Reduction Utilising Statistical History (Réduction de la criminalité par utilisation de statistiques historiques). Il sert du moins, si ce n'est à prédire les crimes, à orienter les forces policières vers certaines zone considérées "à risque" par le programme.

John Williams, le directeur de l'analyse criminelle de la police de Memphis, explique : "Quand les données nous indiquent un point chaud, nous pouvons immédiatement réagir. Dans de nombreux cas, nous avons pu effectuer des arrestations importantes parce que nous étions au bon endroit et au bon moment". Le programme a notamment permis d'arrêter une bande de cambrioleurs, comme le raconte Williams : "Il y avait eu 84 vols dans un quartier hispanique, mais nous ne savions pas à quel point ils étaient organisés". Les données collectées ont alors permis aux policiers de déterminer les zones et horaires les plus probables pour le prochain vol. "Au final, nous avons attrapé une bande en flagrant délit et cela nous a orientés vers d'autres cambriolages", conclut Williams.

Le programme de Memphis a d'ailleurs déjà attiré des fonctionnaires hong kongais, brésilien et estonien. La police de Los Angeles utilise quant-à-elle un autre logiciel, testé dans un quartier de la ville. Il aurait selon les données fournies permis de réduire la criminalité de 12% dans ce quartier, alors que celle-ci a augmenté de 0,2% dans le reste de la ville.

Une atteinte à la liberté individuelle ?

Toutefois, malgré ces résultats positifs, les logiciels d'analyse prédictive sont décriés par certains, qui craignent une atteinte aux libertés individuelles et à l'éthique. Le professeur de droit à la University of Columbia de Washington, Andrew Guthrie Ferguson, fait partie des personnes opposées à ce genre de programmes informatiques. 

Celui-ci explique ainsi : "Pour arrêter et fouiller quelqu'un, un agent de police doit avoir un motif valable, je me demande donc à quel point cette technique va modifier ce motif valable". 

 

Source: Maxisciences

Commenter cet article

Laurent Franssen 05/08/2012


Attention a ne pas arreter des gens au hasard quand une ' vague de crime prevue ' n aura pas lieu , juste pour ' valider , un programme.

Un programme est aussi faible / fiable que son programmeur. 

Blog archives

Recent posts