Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les crocodiliens sont plus sensibles que l’humain… au moins en surface (Vidéo)

Publié par wikistrike.com sur 10 Novembre 2012, 14:30pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

 

Les crocodiliens sont plus sensibles que l’humain… au moins en surface

 

Alligator-Floride

Parmi tous les adjectifs que vous pourriez utiliser pour décrire le visage d’un crocodile, “sensible” ne semblerait pas le plus approprié. Mais leurs énormes mâchoires, leurs dents pointues et leur blindage d’écailles recèlent un étonnant secret. Leurs gueules, et éventuellement leurs corps tout entiers, sont couvertes de petites bosses qui sont beaucoup plus sensibles que nos propres doigts.

Les bosses sont évidentes si vous regardez attentivement (mises en évidence dans l’image ci-dessous). Chacune d’elles est un petit dôme d’à peine un millimètre de large, entouré par un sillon. Il y en a environ 4 000 sur les mâchoires d’un alligator et à l’intérieur de sa bouche. 
bosselage-crocodile

Les crocodiles et les gavials ont aussi des bosses sur leur corps, un total d’environ 9 000 (tous ces animaux sont appelés crocodiliens).

Ils ont d’abord été décrits en 1895 et les scientifiques les ont utilisés pour différencier les différentes espèces de crocodiles en voie de disparition. Mais personne ne savait ce à quoi servaient ces petites bosses. Peut-être qu’elles sécrètent de l’huile pour l’étanchéité ? Peut-être aident-elles le crocodile à détecter les changements de salinité, de l’électricité, des champs magnétiques, ou la pression de l’eau ? Il y avait beaucoup d’hypothèses, mais peu d’études réelles.

En 2002, Daphne Soares de l’Université du Maryland a démontré que les alligators américains pouvaient s’orienter vers les ondulations créées par une seule goutte d’eau, même dans l’obscurité complète. Les bosses sur leur face semblaient être impliquées dans le processus. Il s’agissait d’une petite étude, mais elle a intrigué Duncan Leitch de l’Université Vanderbilt, qui voulait savoir de quoi ces bosses étaient faites. Désormais, avec Ken Catania, il a montré que ce sont des capteurs tactiles, qui rendent la face du crocodilien extrêmement sensible en dépit de sa solide armure.

Leitch a analysé les bosses, qu’il appelle : “organes sensoriels tégumentaires” ou ISO pour “Integumentary Sensory Organs”, sur 18 jeunes alligators américains et 4 crocodiles du Nil. Il a découvert sous ces bosses un vaste réseau de terminaisons nerveuses. Elles sont toutes les branches du grand nerf trijumeau qui transporte les sensations du visage de l’animal à son cerveau. Il se divise en trois branches principales, une qui va vers l’œil du crocodile, une qui passe par chaque mâchoire. Ces terminaisons nerveuses se divisent à partir d’un trou dans le crâne des animaux pour atteindre dans les ISO eux-mêmes.

Quel type de sensation transportent ces terminaisons nerveuses ? Leitch à fait en sorte d’exclure quelques possibilités. Il trempa les pattes de l’animal dans de l’eau salée et a constaté que les nerfs de leurs ISOs ne réagissaient pas. Il a mis une pile de 9 volts dans l’eau pour créer des champs électriques. Rien.

Au lieu de cela, Leitch a constaté que les nerfs s’alimentant à partir des ISO se terminent en une variété de capteurs tactiles. Certains arrivent dans les couches supérieures de la peau qui est exceptionnellement mince sur les bosses et peuvent se compresser à la moindre force. D’autres finissent en structures appelées corpuscules de Pacini, qui sont sensibles à des vibrations ou des disques de Merkel, qui détectent la pression.

Les ISOs sont extraordinairement sensibles. Leitch a enregistré l’activité de leurs nerfs en utilisant des électrodes et en les stimulants avec des poils de Von Frey, des filaments de nylon qui peuvent être pressés contre un morceau de peau avec une quantité précise de force. Il a constaté que les ISO les plus sensibles peuvent ressentir des forces aussi faible que 78 millionièmes de Newton, dix fois plus sensible que les parties les plus sensibles de nos doigts.

Pour voir ce sens en action, Leitch a fait tomber des boulettes de nourriture dans les réservoirs de ses crocodiles et les a filmés à l’aide de caméras infrarouges (vidéo ci-dessous). Ils se sont rapidement tournés vers les ondulations et ont effectué un mouvement de balayage avec leur tête de droite à gauche. Une fois que leur peau a touché la nourriture, ils s’en saisissent en 50 à 70 millisecondes. Ils devaient aussi attendre submergée, jusqu’à ce qu’un poisson nage près de leurs mâchoires ouvertes. Encore une fois, dès que la proie est rentrée en contact, le crocodile a refermé sa gueule. 

Leitch et Catane pensent que les ISO aident les crocodiliens à capturer leurs proies par les ondulations qu’ils détectent dans l’eau, ou en sentant le contact direct avec ses aliments. Ils utilisent probablement aussi des capteurs pour faire la distinction entre les différents objets qui se trouvent entre leurs mâchoires, ce qui explique pourquoi les bosses sont plus concentrées autour de leurs dents. Les mamans crocodiles portent souvent leurs œufs et les bébés dans leurs mâchoires, de sorte que ce sens du toucher peut les aider à les différenciés des proies.

Mais pourquoi sont-ils sur tous sur le corps d’un crocodile et seulement sur le visage d’un alligator ? “C’est un grand mystère”, pour Leitch. Il n’a vu aucune différence entre les ISO sur différentes parties de ses crocodiles. Certaines personnes ont émis l’hypothèse que les alligators ont des ISOs situés plus profondément sous la peau, mais Leitch n’en a aucune preuve. L’autre idée possible serait que les ancêtres des crocodiliens modernes en avaient sur tout le corps et la tête, mais au fil du temps, les ISOs du corps auraient été perdus dans la lignée de l’alligator, mais c’est encore une énigme.

L’étude publiée sur The Journal of Experimental Biology : Structure, innervation and response properties of integumentary sensory organs in crocodilians. Image d’entête : la lune se reflétant dans les yeux (comme ceux des chats) d’un gros alligator de Floride deLarry Lynch via National Geographic.

 

Source: Gurumed

Commenter cet article

Archives

Articles récents