Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les déclarations acerbes de Mandela sont rarement citées dans les médias

Publié par wikistrike.com sur 10 Décembre 2013, 10:47am

Catégories : #Politique internationale

Les déclarations acerbes de Mandela sont rarement citées dans les médias

 

 

 

 

mandela_quotes_political_activ.jpgAlors que le monde se souvient de l'héritage de Nelson Mandela en tant que premier président noir d'Afrique du Sud et icône anti-apartheid, il convient de rappeler aussi qu'il était profondément sceptique concernant la puissance américaine, l'invasion de l'Irak et était un soutien clef de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP de Yasser Arafat) 

Voici sept citations du leader sud-africain qui seront sûrement moins enclines à être publiées alors que sa vie est honorée et sa mort commémorée dans les médias de masse autour du monde. 

Avant l'invasion de l'Irak par les Etats-Unis, Mandela fustigea les actions des Américains dans un discours qu'il fit au Forum International de la Femme de Johannesbourg, déclarant que le but principal de l'ancien président George W. Bush était "le pétrole", tout en ajoutant que Bush réduisait le pouvoir de l'ONU. 

"S'il y a un pays qui a commis des atrocités sans nom dans le monde, ce sont bien les Etats-Unis d'Amérique. Ils n'ont aucune préoccupation pour les êtres humains."

Mandela ne se retenait jamais de faire des commentaires coups-de-poing contre les Etats-Unis, et il parla répétitivement contre la perspective du pays d'envahir l'Irak. Alors que les Etats-Unis se préparaient à une action de masse en 2002, Mandela dit au magazine Newsweek:

"Si vous regardez bien tout ceci, vous en viendrez à la conclusion que l'attitude des Etats-Unis est une menace pour le monde."

Mandela était un fervent supporteur de très longue date de l'OLP et il fit un discours devant un parterre de journalistes en 1999, dans lequel il acceptait de devenir un médiateur politique entre Israël et ses voisins.

"Israël devrait évacuer de toutes les zones qu'il a gagné des Arabes en 1967 et en particulier, Israël devrait évacuer complètement des plateaux du Golan, du Liban-Sud et de Cisjordanie", avait déclaré Mandela, d'après l'agence de presse Jewish Telegraph et sa représentante Suzanne Belling.

Mandela rencontra Fidel Castro en 1991, donnant un discours à ses côtés titré "Le chemin parcouru par nous, les esclaves". Le pays commémorait le 38ème anniversaire de l'assaut de Moncada et Mandela fit l'éloge de Cuba comme d'un endroit très spécial dans le cœur des peuples d'Afrique, de sa révolution et du chemin parcouru par le pays.

"Dès ses premiers jours, la révolution cubaine a aussi été une source d'inspiration pour toutes les personnes éprises de liberté. Nous admirons les sacrifices du peuple cubain à maintenir leur indépendance et leur souveraineté face à la vicieuse campagne impérialiste orchestrée pour détruire les énormes gains réalisés par la révolution cubaine. Longue vie à la révolution cubaine et longue vie à Fidel Castro !..."

Mandela insista pour mettre fin aux dures sanctions de l'ONU imposées à la Libye en 1997, et donna son soutien au leader libyen Mouammar el-Kadhafi, qui était lui-même un supporteur de Mandela de longue date.

"Il est de notre devoir de soutenir notre frère leader, spécifiquement en regard des sanctions qui ne le touchent pas lui, mais qui touchent la masse des gens ordinaires, nos frères et sœurs africaines..." avait dit Mandela.

Durant le jour international de la solidarité avec le peuple palestinien, le 4 Décembre 1997, Mandela rassembla un groupe "en tant qu'africain du sud, nos invités palestiniens et en tant qu'humanistes pour exprimer notre solidaritee avec le peuple de Palestine". Durant le discours, il appela métaphoriquement à ce que la flamme de la solidarité, de la justice et de la liberté reste éternellement allumée.

 

"Les Nations-Unies ont pris un fort parti-pris contre l'apartheid et au fil des années, un consensus international fut construit, consensus qui aida grandement à mettre un terme à ce système inique. Mais nous savons tous très bien que notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens."

 

Source

Commenter cet article

Hercobulus 11/12/2013 22:00


CVV, très bonne citation d'un grand expert de l'Afrique, Bernard Lugan.


Pour voir la réalité et non ce que les élites mondialistes veulent nous faire croire.

CVV 11/12/2013 11:08

Nelson Mandela, l'envers du décor Pour trancher avec l'hommage mondial, voici l'extrait d'un communiqué du spécialiste de l'Afrique, Bernard Lugan : "Né le 18 juillet 1918 dans l’ancien Transkei,
mort le 5 décembre2013, Nelson Mandela ne ressemblait pas à la pieuse image que le politiquement correct planétaire donne aujourd’hui de lui. Par delà les émois lénifiants et les hommages
hypocrites, il importe de ne jamais perdre de vue les éléments suivants : 1) Aristocrate xhosa issu de la lignée royale des Thembu, Nelson Mandela n’était pas un « pauvre noir opprimé ». Eduqué à
l’européenne par des missionnaires méthodistes, il commença ses études supérieures à Fort Hare, université destinée aux enfants des élites noires, avant de les achever à Witwatersrand, au
Transvaal, au cœur de ce qui était alors le « pays boer ». Il s’installa ensuite comme avocat à Johannesburg. 2) Il n’était pas non plus ce gentil réformiste que la mièvrerie médiatique se plait à
dépeindre en « archange de la paix » luttant pour les droits de l’homme, tel un nouveau Gandhi ou un nouveau Martin Luther King. Nelson Mandela fut en effet et avant tout un révolutionnaire, un
combattant, un militant qui mit « sa peau au bout de ses idées », n’hésitant pas à faire couler le sang des autres et à risquer le sien. Il fut ainsi l’un des fondateurs de l’Umkonto We Sizwe, « le
fer de lance de la nation », aile militaire de l’ANC, qu’il co-dirigea avec le communiste Joe Slovo, planifiant et coordonnant plus de 200 attentats et sabotages pour lesquels il fut condamné à la
prison à vie. 3) Il n’était pas davantage l’homme qui permit une transmission pacifique du pouvoir de la « minorité blanche » à la « majorité noire », évitant ainsi un bain de sang à l’Afrique du
Sud. La vérité est qu’il fut hissé au pouvoir par un président De Klerk appliquant à la lettre le plan de règlement global de la question de l’Afrique australe décidé par Washington. Trahissant
toutes les promesses faites à son peuple, ce dernier : - désintégra une armée sud-africaine que l’ANC n’était pas en mesure d’affronter, - empêcha la réalisation d’un Etat multiracial décentralisé,
alternative fédérale au jacobinisme marxiste et dogmatique de l’ANC, - torpilla les négociations secrètes menées entre Thabo Mbeki et les généraux sud-africains, négociations qui portaient sur la
reconnaissance par l’ANC d’un Volkstaat en échange de l’abandon de l’option militaire par le général Viljoen. 4) Nelson Mandela n’a pas permis aux fontaines sud-africaines de laisser couler le lait
et le miel car l’échec économique est aujourd’hui total. [...] 5) Nelson Mandela a également échoué politiquement car l’ANC connaît de graves tensions multiformes entre Xhosa et Zulu, entre
doctrinaires post marxistes et « gestionnaires » capitalistes, entre africanistes et partisans d’une ligne « multiraciale ». Un conflit de génération oppose également la vieille garde composée de «
Black Englishmen», aux jeunes loups qui prônent une « libération raciale » et la spoliation des fermiers blancs, comme au Zimbabwe. 6) Nelson Mandela n’a pas davantage pacifié l’Afrique du Sud,
pays aujourd’hui livré à la loi de la jungle avec une moyenne de 43 meurtres quotidiens. 7) Nelson Mandela n’a pas apaisé les rapports inter-raciaux. Ainsi, entre 1970 et 1994, en 24 ans, alors que
l'ANC était "en guerre" contre le « gouvernement blanc », une soixantaine de fermiers blancs furent tués. Depuis avril 1994, date de l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela, plus de 2000 fermiers
blancs ont été massacrés dans l’indifférence la plus totale des médias européens. 8) Enfin, le mythe de la « nation arc-en-ciel » s’est brisé sur les réalités régionales et ethno-raciales, le pays
étant plus divisé et plus cloisonné que jamais, phénomène qui apparaît au grand jour lors de chaque élection à l’occasion desquelles le vote est clairement « racial », les Noirs votant pour l’ANC,
les Blancs et les métis pour l’Alliance démocratique. En moins de deux décennies, Nelson Mandela, président de la République du 10 mai 1994 au 14 juin 1999, puis ses successeurs, Thabo Mbeki
(1999-2008) et Jacob Zuma (depuis 2009), ont transformé un pays qui fut un temps une excroissance de l’Europe à l’extrémité australe du continent africain, en un Etat du « tiers-monde » dérivant
dans un océan de pénuries, de corruption, de misère sociale et de violences, réalité en partie masquée par quelques secteurs ultraperformants, mais de plus en plus réduits, le plus souvent dirigés
par des Blancs. Pouvait-il en être autrement quand l’idéologie officielle repose sur ce refus du réel qu’est le mythe de la « nation arc-en-ciel » ? [...]"

francis lebrun 10/12/2013 23:06


Vérifiez votre source, nous sommes dirigé vers une fausse enquête de google. très agacant.

Wend Waoga 10/12/2013 22:19


Quand je vois l'attitude de ces pays qui sont pourtant investis du "devoir de protection!" vis-à-vis du drame que fait subir Israel aux palestiniens,je suis pris de doute quant à la qualité
d'Israel comme pays!Chaque massacre que Israel fait,que ce soit en Palestine ou dans les autres pays d'Orient,une seule pensée s'impose dans ma tête!Une éventualité à laquelle personne ne
pense!L'image d'Israel en tant que pays souverain s'effrite de plus en plus dans ma tête,et se fait remplacer par celle d'une sorte de camps de mercénaires mis en place par l'alliance
USA-Allemagne-France-Grande-Bretagne,dans le cadre de la mondialisation!On pourrait alors dire qu'il est impossible de l'empêcher d'agir ainsi,parce que c'eût été un investissement à perte,d'où
la liberté à Israel de ne pas signer tout accord qui l'immobiliserait!


Non! Ce pays n'est pas un pays,mais un camps mercénaire entretenu par au moins ces quatre pays cités plus haut!Quant à l'Arabie Saoudite dans le lot,celà relève tout simplement de naiveté
idiote:quand la Syrie,l'Iran et le Hezbollah seront anéantis,soit elle se soumet,soit elle se fait bombarder! Il n'y aura pas de demi-mésure avec elle!C'est l'issue de toute alliance avec le
diable!

Hercobulus 10/12/2013 20:59


Dans quel état est son pays ! les français préféreront toujours les beaux


discours aux actes. Passé d'activiste terroriste et de détenu courageux.


Suite d'orateur lénifiant et cossu sans grand pouvoir. Actualité d'un pays


qui décline dans l'ultra violence. Que valent les mots face aux réalités ?


Ils sont faits pour rêver. La population ne méritait pas celà après l'apartheid.


Les mots de Mandela ont été un cache misère.

sab 10/12/2013 19:52


Propos acerbes ou propos vrais ! que des vérités que lui au moins osait dire... la critique est facile mais l'art est difficile. Si ceux qui le critiquent arrivaient à offrir un millième de
pourcent du don de soi dont il a fait preuve, nous avancerions plus vite sur cette pauvre planète. 

lesaint 10/12/2013 16:26


Faire et agir comme on le pense sont deux extrêmes, il n'avait que la parole comme tous les menteurs fait présidents dans le monde. loin d'être un Commandanté CHE.


lesaint

Hercobulus 10/12/2013 13:25


Je lui reconnais quand même le courage du combattant. Il n'y a pas beaucoup de


français qui l'auraient. Il est bien plus facile de faire de belles phrases.

scrogneugneu 10/12/2013 13:00


Je trouve que ces déclarations sont toutes pertinentes et prouvent à quel point il était libre et lucide sur la marche du monde. Il n'en est que davantage estimable à mes yeux.

Hercobulus 10/12/2013 12:01


Forcément, les médias bobocrates passent sous silence son passé de communiste


terroriste formé par le FNL algérien. C'était aussi le contexte de la guerre froide,


qu'il ne faut jamais oublier et que personne ne rappelle.


Mais le terroriste sanglant est devenu prix Nobel de la paix comme Yasser Arafat


et à gagné son auréole immaculée au paradis des bien-pensants.

Archives

Articles récents