Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les découvertes Mayas depuis 2008

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 21 Mai 2011, 09:36am

Catégories : #Civilisations anciennes

MEXIQUE: DES TOMBES ET SITES ARCHÉOLOGIQUES MAYAS DÉCOUVERTS DANS LE YUCATAN

Des experts mexicains ont découvert sept nouveaux sites archéologiques mayas et une "concentration importante" de tombes pré-colombiennes dans le sud-est du Yucatan.

 

Les vestiges, qui comprennent des structures architecturales, des pièces de céramique, des fragments lithiques et des lieux de sépulture, ont été trouvés dans la communauté rurale de Sitpach, à cinq kilomètres (trois miles) à l'est de Mérida, la capitale de l'Etat.

sites_mayas.jpgLes pièces datent de la période préclassique tardif Maya (400 avant JC - 200 après JC), ce qui «change la précédente chronologie Maya" dans cette région du pays, a déclaré l'INAH (Instituto National de Antropologia e Historia).

Les découvertes ont été le résultat d'un projet visant à protéger le patrimoine archéologique qui se trouve dans le sous-sol de la périphérie de Mérida, indique le communiqué.

Les nouveaux sites ont été trouvés dans une zone couvrant environ 1.000 hectares (2470 acres) et se prénomment OxmulPolok CehCuzamChan MuchNichak,Tzakan et Chankiuik. Selon l'INAHOxmul est un site archéologique particulièrement important car 75 tombes précolombiennes y ont été trouvées: elles contiennent les restes d'Indiens enterrés avec des vases polychromes et d'autres pièces en céramique jamais vu auparavant dans cette région Maya.

L'archéologue Luis Raul Diaz Pantoja, coordinateur du projet "Proyecto Arqueológico Región Mérida", a confirmé dans un communiqué que ces découvertes, précoces, de populations bien organisées avec une stratification sociale élaborée ont modifié la chronologie précédente de l'ancienne culture maya dans cette région.

Ainsi, les archéologues ont validé leur hypothèse selon laquelle la région nord du Yucatan avait été peuplée dès 400 avant JC - plutôt que seulement à partir de la période classique (200 après JC à 600 après JC) comme cela avait été cru auparavant.

Ce projet a permis d'explorer plus de 15 sites situés à la périphérie de la ville de Mérida. l'INAH avait déjà enregistré 29 sites avec des vestiges archéologiques; en attendant, il y a encore 170 sites inscrits dans l'ensemble municipalité de Merida...

Tout le matériel archéologique retrouvé lors des fouilles resteront dans les bureaux de l'INAH, dans le Yucatan, où il sera analysé par des spécialistes en archéologie, en restauration et en anthropologie physique afin de déterminer son âge exact.

Source:

 

DE L'INTERPRÉTATION QUE LES MAYAS SE FAISAIENT DE LA PRÉHISTOIRE

 

De récentes études interdisciplinaires sur 31 fossiles marins trouvés dans la Zone archéologique de Palenque, au Chiapas, révèlent que les Mayas ont conçu leurs  croyances d'après ce genre de vestiges, de sorte que leur idée de l'inframonde (monde souterrain) était associée à l'eau.

"Pour les habitants de Palenque, les fossiles marins sont la preuve convaincante que  la terre était couverte par la mer il y a bien longtemps; partant de ce fait ils ont créé leur propre idée de l'origine du monde," explique Martha Cuevas, responsable, avec le géologue Jésus Alvarado, des recherches menées par l' Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) et l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM).

Fossils-maya.jpgEn cours depuis 3 ans, l'enquête cherche à comprendre le symbolisme donné par les anciens Mayas aux vestiges préhistoriques, en particulier sur les 31 spécimens trouvés sur le site archéologique.


Les chercheurs de l'INAH précisent que les restes pétrifiés ont été trouvés principalement dans des contextes funéraires, dont des fossiles de différents animaux marins. Des dents de requin et des épines de raie étaient déposées dans le cadre d'offrandes funéraires.


Lors de l'étude menée au niveau des temples du Groupe Nord et de la structure située en face d'eux, les blocs avec des fossiles marins ont été utilisés par les Mayas comme des pierres tombales ou offerts à des divinités, ce qui est important dans l'étude de la cosmogonie maya.


Jusqu'à présent, 31 fossiles de différentes époques ont été découverts, le plus ancien datant du Paléocène, il y a près de 63 millions d'années. Ces vestiges ont été utilisés dans des contextes rituels au cours de la période classique tardive (600-850 après JC), lorsqu'ils ont été découverts par les habitants de  Palenque.

Cette étude cherche à savoir si c'est le contact avec des fossiles  qui a façonné leur vision du monde.

«Nous pensons que, partant de ces découvertes fortuites, ils ont commencé à former leur idée de la création du monde telle que nous la connaissons à travers  les représentations iconographiques et les textes hiéroglyphiques, ainsi que les mythes qui font partie de la tradition orale", ajoute Martha Cuevas.


Elle ajoute que selon les mythes, rapportés de l'époque coloniale, pour les gens de  Palenque ces fossiles sont des témoignages de terres couvertes par la mer dans les temps anciens; lorsque les dieux de l'eau ont ordonné la retraite des eaux, leur ville vit le jour et l'époque actuelle commença.

Mayas from Palenque had the notion that the Earth was different thousand years ago, and that the world was mutable, subject of transformation”. "Les Mayas de Palenque avaient la notion d'une terre différent il y a des milliers d'années, d'un monde muable, sujet à transformation.

"Le fait d'avoir utilisé des fossiles dans des contextes funéraires est lié à la conception qu'ils avaient à propos du monde souterrain, comme le destin aquatique qui les attendaient après la mort", a ajouté l'archéologue de l'INAH.


Martha Cuevas précise également que cette recherche comprend l'étude des représentations iconographiques et des textes hiéroglyphiques trouvés sur le site, qui, en quelque sorte, sont en relation avec les fossiles. Un exemple de ceci est un tableau représentant une scène du voyage mythique, dans le monde souterrain des Mayas, du souverain Kan Balam II à une époque reculée, 932.000 années auparavant.
"Selon la légende, lorsque Kan Balam II mourut en 702 après JC, son frère et successeur K'an Joy Chitam II a ordonné la création de ce relief remarquable. On peut voir dans la stèle Kan Balam II dansant et sa mère, également décédée, Ts'ak Ahaw.


Le bas du relief montre 3 niveaux marqués par des glyphes qui indiquent l'endroit où les personnages se trouvent; les expressions "nab" (plan d'eau) et “hets'an Kák nab” (mer calme), se référent à l'aspect du monde au cours de cet âge mythique, où tout était de l'eau et quand les dieux n'avaient pas ordonnés aux terres d'émerger.

Source:

LES MAYAS MAITRISAIENT LA PRESSION HYDRAULIQUE BIEN AVANT L'ARRIVÉE DES COLONS

Une des caractéristiques de l'eau dans la ville maya de Palenque, au Mexique, est qu'il  s'agit du plus ancien système d'ingénierie d'eau sous pression dans le nouveau monde; c'est ce que rapport une étude, fruit d'une collaboration entre deux chercheurs de Penn State: un archéologue et un hydrologue.
Pour quelle fonctions, les Mayas utilisaient-ils l'eau sous pression ? La réponse reste à ce jour inconnue laissant la voie à plusieurs hypothèses.

piedras-bolas.jpg

"Les systèmes de pression d'eau étaient auparavant considérés comme étant entrés dans le Nouveau Monde avec l'arrivée des Espagnols", expliquent les chercheurs. "Pourtant, les données archéologiques, les conditions climatiques saisonnières, l'emplacement géomorphologique et une simple théorie hydraulique montrent clairement que les Mayas de Palenque au Chiapas, avaient une connaissance empirique de l'eau sous pression dans un canal fermé, avant l'arrivée des Européens."


La structure en question est d'abord identifiée en 1999 lors d'une enquête de cartographie de la zone. Bien que similaires aux aqueducs qui coulent sous les places de la ville, elle était cependant particulière. En 2006, un archéologue retourne à Palenque avec un hydrologue pour examiner cette construction hydraulique inhabituelle.

La région de Palenque a d'abord été occupé vers l'an 100, puis a augmenté à son plus au niveau au cours de la période maya classique de 250 à 600. La ville a été abandonné vers 800.


"Dans des conditions naturelles, il était difficile pour les Mayas d'avoir des exemples d'eau sous pression dans leur monde", explique Christopher J. Duffy, professeur de génie civil et environnemental. 


Les constructions souterraines pour l'acheminement de l'eau telles que les aqueducs ne sont pas inhabituelles à Palenque. Etant donné que les Mayas ont construit la ville dans une zone rétrécie et escarpée, les habitants n'ont pas pu "s'étaler". Pour optimiser la culture des terres, les Mayas de Palenque ont dérouté les cours d'eau sous les places par le biais d'aqueducs.

"Ils étaient entrain de créer de l'espace urbain», a déclaré Kirk French, maître de conférences en anthropologie. «Il y a des cours d'eau dans la région tous les 100 mètres ou alors à travers tout l'escarpement. Il y a très peu de terres à bâtir."
Ces cours d'eau alimentés par des sources sont combinées à environ 3 mètres de pluie qui tombe pendant la saison des pluies: les aqueducs permettaient de contrôler en partie les inondations.

L'aqueduc de Piedras Bolas examiné par les chercheurs, est un canal alimenté par une source située sur un terrain escarpé. L'altitude baisse d'environ 6 mètres de l'entrée du tunnel à sa sortie sur une longueur de 60 mètres.
La section transversale de la structure diminue d'environ 3M² près de la source à environ 50cm² où l'eau s'évacue à travers une petite ouverture. La combinaison de la gravité sur l'eau qui coule à travers la structure et la restriction brutale de la taille de la conduite entraine l'eau à s'évacuer avec force, sous pression.

 A la sortie, la pression exercée pouvait avoir créée un jet d'eau de 6m !


«L'expérience que les Mayas de Palenque avaient dans la construction d'aqueducs pour le détournement de l'eau et la préservation de l'espace urbain peut avoir conduit à la création de la pression de l'eau à des fin utilitaires", ajoute French.

L'aqueduc de Piedras Bolas est partiellement effondré, aussi peu d'eau surgit actuellement de l'orifice. French et Duffy ont utilisé des modèles hydrauliques simples pour déterminer la pression de l'eau potentiellement réalisable avec l'Aqueduc. Ils ont également constaté que l'aqueduc pouvait contenir presque 70000 litres d'eau.

Une utilisation potentielle de la création artificielle de cette eau sous pression serait celle d'une fontaine.Une autre possibilité aurait pu être d'utiliser la pression pour lever l'eau jusqu'au quartier résidentiel adjacent afin d'éliminer les eaux usées.


Source:

MIEUX CONNAITRE LA CIVILISATION MAYA GRÂCE À L'ÉTUDE DU CRATÈRE DE CHICXULUB

Le célèbre cratère de Chicxulub fait l'objet de recherches depuis une vingtaine d'années. L'impact de l'astéroïde qui l'a formé a probablement mit un terme à l'ère des dinosaures et aidé à l'épanouissement des mammifères.

chicxulb.pngConjointement avec une équipe anglo-américaine, un chercheur de l'ETH Zurich a étudié les dépôts les plus récents qui ont rempli le cratère.

Les résultats fournissent la datation précise des calcaires et se révèle être une base précieuse pour les archéologues travaillant sur la civilisation Mayas.

La découverte du cratère de l'astéroïde de Chicxulub a été un long travail de détective: en 1980, basée sur des anomalies en iridium dans les sédiments d'argile, le physicien américain Walter Alvarez postulait une collision avec un astéroïde dévastateur il y a environ 65 millions d'années. Dix ans s'écoulèrent avant que le cratère ne soit découvert dans la péninsule du Yucatan.
Les travaux de recherche, depuis lors, portent principalement sur la structure du cratère, qui est enterré sous une couche de sédiments jusqu'à deux kilomètres d'épaisseur, il ne peut être étudié qu'en utilisant des trous de forage ou des méthodes géophysiques. On connaît mal cependant les sédiments à proximité de la surface.

En collaboration avec des chercheurs américains et anglais, Adrian Gilli, Maître de conférences à l'Institut géologique de l'ETH de Zurich, a désormais rempli quelques-unes des lacunes dans les connaissances sur les dépôts de roches près de la surface.
Selon Gilli : "L'anneau du cratère de Chicxulub est à peine reconnaissable sur leterrain." Ceci en dépit du fait qu'il est nettement différent la géo-morphologiquement parlant, de l'intérieur du cratère: l'anneau, d'environ cinq kilomètres de large et d'un rayon d'environ 90 kilomètres autour du port de Chicxulub, est traversé par des fractures qui se produisent fréquemment à l'extérieur de l'anneau du cratère. Le calcaire le long de ces failles a été criblé de trous et érodé par les pluies et les eaux souterraines.

Le processus de karstification a créé à ce jour environ 3000 dépressions circulaires formant de petits bassins remplis d'eau. Ce sont ce que les Mayas ont appelé "d'zonot" ou "cenotes", les considérant comme une connexion directe au monde souterrain et les utilisant comme sites sacrificiels.
Auparavant, on pensait que les roches en dehors de l'anneau du cratère étaient plus âgées que celles de l'intérieur; mais aujourd'hui, les chercheurs ont pour la première fois été en mesure de déterminer leur âge exact.
Les échantillons de roches à l'intérieur de l'anneau ont donné un âge entre 2,3 et 6 millions d'années. Or, les roches en dehors de l'anneau sont vieilles de 10 à 33 millions d'années !
Gilli pense que le bassin du cratère avait été couvert par l'eau de mer pendant une période prolongée, ce qui a permis aux sédiments plus récents d'être déposés.

cenotes.jpgLes résultats permettent de mieux comprendre la géologie et de ré-élaborer et d'affiner les cartes périmées.
Les recherches archéologiques peuvent aussi bénéficier du travail des géologues: par exemple, la vie des Mayas, dont les colonies importantes de Mayapán etChichén Itzá se trouvent dans ces deux régions géologiquement différentes, et peuvent être mieux étudiées, sur la base des données de strontium.

Gilli explique: "Nous voulions réaliser une étude purement géo-archéologique dans lesquels, au départ, le cratère n'a joué aucun rôle du tout." L'objectif était d'affiner une précédente étude des isotopes de strontium des roches autour des anciens sites mayas en ajoutant 72 nouveaux échantillons afin de permettre l'identification des variations à petite échelle dans le rapport isotopique.

Ainsi, les nombreuses mesures géologiques en liaison avec les valeurs biologiques des isotopes de strontium permet de faire ressortir les mouvements migratoires.
Cela pourrait déboucher sur des connaissances telles que, l'endroit où les Mayas prenaient leur matériel de construction, où ils cultivaient le maïs, etc....

Le strontium, provenant de la dégradation des roches, se retrouve dans les plantes. Lorsqu'elles sont consommées par les hommes ou les animaux, le strontium, au lieu du calcium habituellement, est incorporé dans les dents quand elles sont formées pendant l'enfance.
Si des cartes détaillées sur les isotopes de strontium sont disponibles, cela permet de déterminer la région dans laquelle une personne a grandi.
D'après Gilli : "Cela devient particulièrement intéressant si l'origine des dirigeants des différentes villes Mayas peut être déterminée. Cela permet de tirer des conclusions sur les structures sociales des Mayas".

Source:

 

L'ancienne civilisation Maya utilisait un type d'argile rare appelé Palygorskite (Silicate naturel de magnésium, monoclinique, du groupe des argiles) pour produire le fameux bleu Maya.
bleu_maya.jpgEn combiant des méthodes de structure, de morphologie et de géochimie, des chercheurs espagnols ont pu définir les caractéristiques du Palygorskite utilisé dans la péninsule du Yucatan au Mexique.

Ces découvertes permettront de déterminer l'origine des matériaux utilisés pour produire ce pigment, qui parvient à survivre à travers les âges aux éléments environnementaux et chimiques.bleu_maya1.jpg"Notre principal objectif était de déterminer si les Mayas ont obtenu cette argile à partir d'un endroit en particulier», précise Manuel Sánchez del Río, co-auteur de l'étude et physicien à l'European Synchrotron Radiation Facility de Grenoble.
L'équipe, avec le concours de Mercedes Suárez (du département de géologie de l'Universidad de Salamanca) et Emilia García Romero (de l'Universidad Complutense de Madrid), a analysé des échantillons de divers argiles Palygorskitedans la péninsule du Yucatan afin de les comparer à des échantillons provenant d'autres endroits.

De nombreuses données indiquent que les Mayas étaient au courant de ses propriétés, et, qui plus est, cette argile était étroitement liée à des aspects socio-culturels de la culture maya.

"De nos jours les communautés de la péninsule du Yucatan sont familières avec l'argile Palygorskite et l'utilisent à des fins diverses, allant de la fabrication des bougies à la création de céramique artistique en passant par des usages médicinaux: remède pour les oreillons, conter les douleurs d'estomac, de grossesse, la dysenterie», explique Sánchez del Río.

bleu_maya2.jpgCe bol d'argile, vieux de 1400 ans, servait à la préparation du bleu Maya
Aujourd'hui, la pharmacologie moderne utilise l'argile Palygorskite pour produire des médicaments anti-diarrhée, un remède que les Mayas ont commencé à utiliser il y a plus d'un millier d'années.

Toutefois, la palygorskite a été principalement utilisée pour fabriquer le pigment bleu Maya, qui est produit par le mélange de l'indigo, un colorant organique obtenue à partir de la plante du même nom, avec une base d'argile palygorskite.
Le composé résultant est extrêmement résistant aux produits chimiques et aux éléments environnementaux.

Les chercheurs ont trouvé des échantillons d'argile de haute pureté Palygorskite dans plusieurs endroits de la péninsule du Yucatan et dans un rayon de 40 km du célèbre site archéologique maya d'Uxmal. Certains de ces sites sont déjà bien documentés, mais d'autres ont été découverts pour la première fois au cours de cette expédition.

L'analyse chimique a permis aux chercheurs d'obtenir la formule de la composition de l'argile palygorskite Maya. Ces résultats seront utiles pour étudier les vestiges archéologiques avec du bleu Maya et de déterminer si l'argile Palygorskite utilisé dans le pigment provient d'Uxmal ou de la région environnante.

Le bleu Maya a été inventée entre le 6e et le 8e siècle et se trouve dans des sculptures, des fresques, des codex et des décorations pré-colombiennes à travers toute la Méso-Amérique, du Golfe du Mexique à l'océan Pacifique.

Il a été utilisé au cours de la période coloniale pour peindre des fresques dans les églises et les couvents.

Le bleu Maya a été redécouvert en 1931 et les scientifiques furent déconcertés par la stabilité et la persistance de cette couleur sur des objets datant de temps pré-colombiens.

Ce pigment vieux de plus de mille ans, a subi avec succés le passage du temps, l'érosion, la biodégradation et les solvants modernes; il est ainsi le précurseur des matérieux hybrides actuels, composés de matières organiques et inorganiques, avec des propriétés intéressantes pour l'utilisation dans la haute technologie.
Source:

MEXIQUE: LE TOURNESOL CULTIVÉ PLUS TÔT QU'ON NE LE CROYAIT

Les chercheurs de l'Université de Cincinnati et de l'Université de l'Etat de Floride ont montré que le tournesol était domestiqué au Mexique 4000 ans avant ce qui avait été précédemment estimé.

tournesol.jpgD'après David Lentz, pendant longtemps, on pensait que le tournesol était cultivé uniquement en Amérique du Nord est. Hors, il apparait que cette plante a été cultivée au Mexique.
Cette découverte suggère donc qu'il y a pu avoir des échanges culturels entre ces deux zones géographiques en des temps très anciens.

Plus qu'une simple question de fierté sur quelle partie de l'Amérique peut prétendre à la paternité d'une fleur, le débat se centre surtout sur la période où le tournesol a pu être cultivé et par quelle civilisation...
En tout cas, il existe aujourd'hui des preuves solides que deux événements similaires ont eu lieu à des milliers d'années et des centaines de kilomètres de distance...

tournesol1Lentz et ses collègues ont rassemblés des données archéologiques, linguistiques, ethnographiques et ethnohistoriques prouvant que le tournesol était entré dans la culture mexicaine 2600 avant JC; sa culture était très répandue au Mexique et s'étendait jusqu'au Salvador.
Enfin, il était bien connu des Aztèques, et est toujours utilisé, aujourd'hui, par les cultures traditionnelles d'Amérique centrale.

Mais, l'inconnue réside dans le fait qu'on ne sait pas si la culture du tournesol Mexicain et d'Amérique du Nord sont liés

Les preuves archéologiques du tournesol au Mexique ont été rares, probablement pour un certain nombre de raisons.
Tout d'abord, il n'a pas été propice à des dépôts dans des sites archéologiques du fait de son utilisation. Ensuite, les conditions climatiques, en particulier dans la région néotropicale, ont de mauvaises propriétés pour la préservation des plantes. Enfin, les stratégies de recherche archéologique dans de nombreux domaines de la Méso-Amérique se sont concentrées davantage sur l'architecture monumentale que sur l'évolution agricole.
Si, vous n'êtes pas chercheur, vous avez peu de chance de trouver quelque chose !

En fait, les graines de tournesol (akène) ont été retrouvées au Mexique dans des situations où la conservation était particulièrement bonne.
L'utilisation de la spectrométrie de masse par accélérateur a permis de dater des graines à plus de 2600 avant JC.

Les Otomi, l'un des groupes indigènes mexicains interrogés, utilise le nom "dä nukhä", qui se traduit par "grande fleur qui ressemble au dieu-soleil", une référence au culte solaire pré-colombien.
Le tournesol est encore couramment utilisé comme ornement dans leurs églises.

"Lorsqu'on les interroge sur les tournesols, les personnes les de la culture Nahuas de la culture au Mexique, les descendants des Aztèques, nous ont donné un indice pour faciliter l'interprétation de textes historiques», annonce Lentz. “
"Le Nahuas moderne utilise deux mots pour le tournesol:« chimalxochitl », qui signifie« bouclier fleur "ou" chimalacatl », qui signifie« bouclier roseau », qui est également une référence à sa tige creuse et large. Ces termes nous ont conduit à des tournesol en références à la liste des chroniques au début du 16 siècle, de la société aztèque, le Codex de Florence, écrit par Fray Bernardino de Sahagun.
Dans le Codex de Florence, le tournesol est décrit dans le cadre d'une offre au dieu Soleil ", Huitzilopochtli."

Les chercheurs soulignent que le tournesol, associé au culte solaire et à la guerre, au Mexique, a pu conduire à sa suppression après la conquête espagnole.
"Le tournesol passait pour être un puissant aphrodisiaque, ce qui pourrait avoir également contribué à ce qu'il soit interdit par les prêtres Espagnols», ajoute Lentz.

"Au-delà de la reconnaissance des grandes cultures de ces premiéres populations, il y a de véritables leçons que nous pouvons apprendre d'eux. Comme nous traitons aujourd'hui des questions de réchauffement de la planète et que nous évaluons et examinons les cultures pour survivre et prospérer dans les climats chauds; les anciens Aztèques ont peut-être de précieuses leçons à nous apporter."

 


 

Commenter cet article

Blog archives

Recent posts