Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les dépôts à la banque de Chypre visés par de nouvelles ponctions allant jusqu’à 60% !

Publié par wikistrike.com sur 31 Mars 2013, 14:02pm

Catégories : #Economie

Les dépôts à la banque de Chypre visés par de nouvelles ponctions allant jusqu’à 60%

 

 

865851_1364308959_865315-1364201112-bank-ok-cyrus.jpgLes détenteurs de gros dépôts à la plus grande banque de Chypre, Bank of Cyprus, pourraient enregistrer des pertes allant jusqu’à 60%. C’est davantage que ce qui était d’abord envisagé dans le cadre du plan de sauvetage, ont indiqué des responsables.

En contrepartie d’un prêt de 10 milliards d’euros conclu à Bruxelles, les autorités chypriotes doivent trouver 5,8 milliards. A cette fin, les comptes dépassant 100’000 euros sont gelés à la Bank of Cyprus et à la Laïki, les deux plus grandes banques du pays. La première (18,5 milliards d’euros de dépôts) doit être restructurée et la seconde (9,2 milliards) liquidée.

Jusqu’à 60%

Des calculs sont en cours pour déterminer l’ampleur de la ponction prévue sur les dépôts à la Bank of Cyprus, qui a été fixée pour l’instant à 37,5% mais pourrait aller jusqu’à 60%.

« La première estimation a été que 37,5% des dépôts au-delà de 100’000 euros seront convertis en actions », a également indiqué à la presse le ministre des Finances Michalis Sarris. « Pour être sûrs – une fois que tous les calculs auront été faits sur le montant de la somme dont on a besoin -, 22,5% a été mis de côté », a-t-il ajouté.

A la question de savoir si la ponction pourrait être supérieure à 60%, Mario Skandalis, un expert et cadre de la Bank of Cyprus, a indiqué que c’est « une possibilité mais je dirais qu’elle reste assez lointaine ».

Menaces sur l’économie

Selon Marios Mavrides, député de Disy, le parti de droite du président Nicos Anastasiades, les 40% restants seront placés « dans un compte bloqué pendant six mois pour empêcher les gens de retirer tout leur argent ». Mais ils doivent au final revenir à leur propriétaire, a ajouté M. Mavrides, tout en rappelant que ce délai de six mois menaçait la survie de nombreuses entreprises.

De façon générale, la restructuration drastique du paysage bancaire va avoir des conséquences dramatiques pour l’économie, ont prévenu de nombreux experts. L’Institut de la finance internationale (IIF), qui représente les plus grandes banques du globe, a estimé que pays allait connaître une « chute libre », avec une récession pouvant atteindre 20% sur les deux prochaines années.

Soupçons de corruption

Parallèlement, les autorités se sont engagées à mener une enquête approfondie après la publication dans la presse d’une liste de prêts octroyés à des personnalités politiques qui auraient vu leur dette effacée par les banques pourtant proches de la faillite.

A ce sujet, le ministre des Finances a indiqué que les « banques, de temps en temps, font le choix de récupérer ou non l’argent qu’elles ont prêté ». « Ces pratiques ne sont pas rares », a-t-il ajouté.

Afp

Commenter cet article

Ouvrier 31/03/2013 17:14


Ca finit même par me faire rire...

Archives

Articles récents