Les dernières découvertes archéologiques

 

 

Angleterre : Une jarre romaine découverte à Doncaster

 

Les archéologues travaillant sur le site du nouveau quartier civique et culturel de Doncaster ont déterré une jarre en verre romain très rare datant d'environ 150 après JC.


La zone est censée avoir été le site d'un cimetière romain où ont eu lieu des crémations.

"Le fait de trouver un tel artefact romain dans un état aussi exceptionnel est assez remarquable. Doncaster a une longue histoire romaine antérieure à d'autres endroits comme York ", a déclaré le maire Peter Davies.

D'après Andy Lines, du South Yorkshire Archaeology Service, "la cérémonie de crémation semble avoir été en usage depuis environ 140-180 après JC."

L'objet déterré, haut de 15cm, a été retrouvé à proximité du site de la nouvelle salle de spectacles; il a du être rempli de produits de valeur comme des huiles et placé à côté d'une tombe d'une personne de statut élevé. Le col de la jarre a ainsi été délibérément rompu pour que celle-ci puisse être placée dans la tombe.

L'histoire romaine de Doncaster remonte à près de 2.000 ans, et la ville s'appelait Danum. Un fort romain avait été créé près de la Place du Marché à proximité de la cathédrale dans les environs de 71 après JC.


Source:

Doncaster Free Press: "Roman jug unearthed at site of new theatre"

 

 

Mur d'Hadrien : des camps de réfugiés mis au jourd

 

Une équipe archéologique a trouvé des centaines de bâtiments inhabituels susceptibles d'avoir abrité ceux qui étaient considérés comme des traîtres par les tribus de ce qui est maintenant l'Ecosse.

 

Le Mur d'Hadrien dans le Northumberland. Ce sont des fouilles non loin de là qui ont conduit aux découvertes. Photographie: Oliver Benn / Getty Images


D'importantes fouilles à proximité du Mur d'Hadrien ont révélé les traces de ce qui pourrait être un camp de réfugiés; il aurait logé ceux qui fuyaient vers le Sud au IIIe siècle après JC.

Les archéologues ont d'abord été intrigués en exhumant les fondations de structures temporaires, construites sur ​​le site d'un ancien fort, dans le périmètre de l'ancienne forteresse romaine de Vindolanda .

 

Aperçu de Vindolanda


D'après le directeur de fouilles du site, le Dr Andrew Birley, "Ces bâtiments sont très inhabituels et il semble qu'il y en avait plusieurs centaines. Des événements à grande échelles ont clairement eu lieu sur ce site pour aboutir à ce genre de construction.."

Les données concernant la garnison de la «zone blanche» entre Hexham et Haltwhistle dans le Northumberland ne laissent pas penser que les renforts de troupes romaines avaient besoin d'autant d'espace pour leur force d'invasion rassemblée le long du mur.

Les cabanes ont de plus une forme familière rappelant les vici (gros bourgs) pour les civils des colonies romaines basés à proximité des bases militaires (mais jamais utilisés par les troupes elles-mêmes).

"Les soldats romains ne construisaient pas de rotondes, mais de grands baraquements rectangulaires", explique Birley, qui a déjà travaillé à Vindolanda et mis au jour beaucoup de bâtiments militaires romains. "C'est unique de trouver de telles structures à l'intérieur d'un fort romain. Elles sont simples et sont tout à fait le genre de logement que l'on peut s'attendre à trouver au nord du Mur d'Hadrien en cette période, dans les colonies des petites communautés agricoles. Il est très possible que ce que nous avons ici ait été fourni par l'armée romaine pour ces agriculteurs: il s'agirait d'un refuge temporaire pour les populations les plus vulnérables au nord du mur"

Ces gens peuvent avoir aidé à nourrir l'armée et ont du faire du commerce avec les soldats; ils ont donc été considérés comme des traîtres et collaborateurs aux yeux des tribus rebelles du nord - dans ce qui est maintenant l'Ecosse

Les réfugiés ont dû franchir le mur, construit entre 122 et 128 après J.-C., pour échapper aux persécutions voire exécutions.

Source:

 

 

Ecosse : une aire de repos vieille de 7000 ans 

 

Les archéologues pensent avoir découverte les restes d'une ancienne halte à Nairn dans les Highlands.

 




Les restes d'un foyer ont été datés au radiocarbonne; ils remontent ainsi à la période mésolithique qui a commencé à la fin de la dernière ère glaciaire il y a 12.000 ans.

Dans un rapport publié sur le site du Highland Council's Historic Environment Record site, les archéologues ont déclaré que le feu semble avoir été fait pour fournir de la chaleur et non pas pour cuisiner; en effet, aucun déchet alimentaires n'a été trouvé.

L'activité dans la région au cours de la période mésolithique est connue depuis la découverte d'un certain nombre de petits outils en silex le long de Culbin Sands à Nairn.

L'absence de toute autre datation du mésolithique sur le site suggère qu'il y a eu absence d'habitat dans la région, et le foyer représente plus une halte temporaire.

Un gigantesque tsunami...

Les chasseurs-cueilleurs nomades peuvent avoir été attirés par la région de Culbin Sands en raison de la faune et flore de cette région boisée ou pour la pêche le long du littoral.

C'est au cours de la période mésolithique que la Grande-Bretagne, alors une péninsule, est devenue une île. On pense que des glissements de terrain en Norvège (les glissements de Storegga) ont déclenché un tsunami massif. L'eau a frappé le nord-est de l'Angleterre avec une telle force qu'elle est entrée jusqu'à 40 kilomètres à l'intérieur des terres; les basses plaines ont été recouvertes de plans d'eau ou transformées en marécages.

Source:

 

 

Les Vickings limaient leurs dents pour le combat

  

 La mode pour les soins dentaires remonte à 1.000 ans, selon une nouvelle découverte faite par les archéologues. En effet, les jeunes guerriers vikings avaient des motifs limés sur leurs dents.

 

Dents Viking portant des marques après avoir été limées. PR



Si leurs intentions étaient d'intimider l'ennemi, ils ont échoué car les preuves nous viennent de dents trouvées dans une fosse pleine de squelettes décapités, mise au jour lors de travaux dans le Dorset; ce serait des envahisseurs Vikings victimes d'un massacre par les Britanniques locaux (The Ridgeway mass burial ).

Les dents de devant portent des lignes horizontales qui ont été soigneusement limées, les archéologues pensent qu'elles ont été faites par un artisan qualifié plutôt que par leurs propriétaires; le processus a dû être douloureux.

Score David, d'Oxford Archaeology , l'unité qui a étudié les os découverts dans la fosse près de Weymouth en 2009, a déclaré: "Il est difficile de dire à quel point cela a pu être douloureux de se faire limer les dents, mais cela ne devait pas être une expérience agréable. Le but derrière les dents limées reste incertain, mais comme nous savons que ces hommes étaient des guerriers, cela a pu servir à effrayer les opposants au combat ou pour montrer leur statut de grand combattant."

La masse d'ossements (54 corps et 51 crânes de jeunes hommes bien portant), a été une découverte tout à fait inattendue lorsque les archéologues ont travaillé sur le site de la route de délestage de Weymouth.

Les Romains ont d'abord été accusé du massacre, mais la datation au carbone et à l'analyse isotopique des os a donné une date beaucoup plus tardive du 10ème ou du début 11ème siècle. .

Beaucoup de squelettes portaient des marques obliques brutales, l'un d'eux portait six marques de coupure sur la nuque, et d'autres avaient les os des mains et des bras tranchés. Des crânes, des os de jambe et de cage thoracique ont été empilés séparément dans la fosse d'enfouissement.
Il n'y avait aucune trace de vêtement ou d'objets, ce qui suggère que ces hommes étaient nus lorsqu'ils sont morts. Les têtes manquants sont interprétées comme une preuve de souvenirs macabres pour leurs adversaires.

Source:

Tag(s) : #Civilisations anciennes
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog