Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les écoutes téléphoniquess sont incompatibles avec les règles de la démocratie

Publié par wikistrike.com sur 4 Novembre 2013, 08:49am

Catégories : #Politique internationale

Les écoutes téléphoniquess sont incompatibles avec les règles de la démocratie


1984-Hollande

C’est pas moi, c’est lui… La séquence tontons flingueurs est semble-t-il enclenchée. Le patron de la NSA, Keith Alexander, sous serment devant le Congrès américain, a expliqué que les centaines de millions de communications privées écoutées en Europe avaient été transmises à son agence par… ses alliés de l’OTAN. En clair : les européens ont mis sous écoute leurs populations (mais pas que) et ont transmis celles-ci aux USA. #Spanous®, donc…

Dans le même temps, le Parlement européen a publié un rapport explosif qui remet sérieusement en question la réalité de la nature démocratique de certains pays Européens, notamment la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, la Suède et – dans une moindre mesure – les Pays-Bas. Le Parlement, en se basant sur des sources ouvertes, notamment des articles de presse, relève que ces cinq pays se sont livrés à des écoutes massives à l’encontre de leurs propres populations.

Le rapport ne s’embarasse pas de précautions diplomatiques : « Les objectifs et l’ampleur de la surveillance [mise en place] sont précisément au coeur de ce qui différencie les régimes démocratiques des Etats policiers« .


« incompatible avec les règles de base de la démocratie »

Pour les rédacteurs, l’atteinte portée aux principes de base de la démocratie par les programmes de surveillance mis en place par des Etats membre de l’Union Européenne ne fait aucun doute : « d’un point de vue légal, les programmes de surveillance des populations Européennes sont incompatibles avec les règles démocratiques de base, et compromettent la préservation des Droits de l’Homme pour les citoyens Européens et ceux qui résident sur le continent« . Plus loin, le rapport enfonce le clou et affirme que « les programmes de surveillance au sein de l’Europe sont incompatibles avec les règles de base de la démocratie et du droit, qui sont le fondement de la charte des Droits Fondamentaux Européens et de la Convention Européenne des Droits de l’Homme »

Ce rapport dénonce par ailleurs les stratégies mises en place par les différents services de renseignement et destinées à contrer toute critique. Il dénonce le fait qu’il « n’existe aucune raison de croire que la surveillance mise en place [...] n’est destinée qu’à lutter contre le terrorisme ou à contrer des menaces extérieures. Bien au contraire, il apparait au regard des informations à notre disposition que les données collectées par ces programmes sont utilisée à des fins bien plus variées« . Plus loin, le rapport explique que « la distinction entre des écoutes ciblées à des fin d’investigations criminelles, qui peuvent être légitimes si elles sont encadrées par la loi, et une surveillance de masse dont l’objectif reste incertain est de plus en plus flou. C’est l’objectif et l’aspect massif de cette surveillance qui est précisément au cœur de ce qui distingue un régime démocratique d’un Etat policier »

the distinction between targeted surveillance for criminal investigations purposes, which can be legitimate if framed according to the rule of law, and large-scale surveillance with unclear objectives is increasingly blurred. It is the purpose and the scale of surveillance that are precisely at the core of what differentiates democratic regimes and police states. 

L’Europe en danger

Ce  même rapport pointe par ailleurs l’aspect mortifère pour l’institution Européenne, de  la surveillance de masse, soulignant que : « Ces multiples révélations affectent directement les citoyens et les institutions Européennes, remettant en question leurs capacités à défendre les droits de ses ressortissants« , il note également que « l’absence de réponse du parlement Européen porterait un coup sévère à la confiance portée aux institutions Européennes par les citoyens des pays membres« .

Mais au delà du constat d’impuissance que les citoyens Européen pourraient faire vis à vis des institutions Européenne, le rapport parlementaire souligne ce qu’il n’hésite pas à qualifier de trahison de la part de certains Etats Membres : « les acteurs de la société civile, les journalistes des plus prestigieux média européens, ainsi que des ONG défendant les Droits de l’Homme considèrent que l’attitude de la NSA [et de certains services de renseignement Européens] ne sont pas acceptables. [...] En Angleterre, la société civile considère des actions comme pouvant être qualifiées comme des actes de guerre électronique, et comme une forme de trahison vis à vis des autres Etats membres« .

Actors of civil societies, especially journalists of the most well respected newpapers in the world, and human right NGOs consider that the attitude of the NSA and GCHQ, but also other secret services in Europe, are not any more acceptable. In the case of the GCHQ in the UK, civil society actors consider that their actions could be labelled as acts of  cyber warfare agression, as form of treason of European member states’ services spying on other EU citizens on the behalf of their US counterparts, and that if itis not a treason per se, it is a breach of trust and confidence in terms of solidarity with the EU, by placing other alliegeances with third parties against the EU ones. 

Les USA recadrent le scandale Snowden

 

Mardi 29 octobre, le Wall Street Journal écrivait que les millions de communications récoltées en France, en Espagne ou en Italie l’avaient été par les services de renseignement de ces pays. Pour le général Keith Alexander, les média Européens « n’ont rien compris » aux documents sur lesquels ils s’appuient pour faire leurs articles, ce qui n’est guère surprenant tant la dimension technique est omniprésente – incompréhensible pour la plupart des journalistes, qui s’imaginaient encore menacés dans leur travail par de simples fadettes il y a encore un an.

 » Ces millions de communications interceptées ont été récoltées par les services de pays alliés des USA et en dehors de leurs frontières. Il s’agirait de communications récoltées sur des zones de guerre. « , explique Keith Alexander.

Si les USA ne nient pas la véracité des documents diffusés par Edward Snowden à la presse, ils s’agacent de l’incapacité des médias Européens à les interpréter. Surprise (ou pas) : le recadrage effectué par le général Alexander à travers un témoignage sous serment devant une commission d’investigation du Sénat va dans le sens des analyses faites par Reflets ces dernières années.

Est-ce dû au fait que les journalistes de Reflets sont aussi (et avant tout ?) des experts en matière de technologies, ou plus simplement que Reflets est à la solde des illuminati et de la CIA, il appartient aux lecteurs d’en juger.


La France, Big Brother de l’Afrique ?

Le témoignage du patron de la NSA vient confirmer l’une des hypothèses défendue par Reflets depuis un certain temps : une collaboration étroite entre la France et les Etats-Unis, basée sur la position stratégique de la France dans l’architecture globale des réseaux connectant le continent Africain au reste du monde, et dont une bonne partie aboutissent (et sont écoutés) en France.

France Telecom ACE Karte PNG

C’est sous le doux nom de « Lustre » qu’un tel accord aurait été signé « il y a quelques années » – fin 2011 à priori -, comme le révèlent les derniers documents de Snowden apparus ce week-end dans la presse Allemande . Etrangement, aucun journal français ne semble trouver utile l’idée de se pencher sur cet accord « Lustre », seuls France Culture  et RFI ont fait echo à l’article publié lundi par Reflets.

Il reste à voir comment les populations d’Afrique et du Moyen Orient réagiront à la découverte que la France est pour eux ce que la NSA est au reste du monde. Indifférence, comme la population Française elle même, qui ne réagit guère aux révélation faites par Edward Snowden, ou indignation comme c’est le cas en Allemagne où cette affaire a pris une place centrale dans la récente campagne présidentielle.


Petits arrangements entre amis

Récapitulons : pour la France, ce seraient donc 70 millions de communications qui auraient été récoltées en un mois dans des zones géographiques où nous sommes présents dans un conflit (Afghanistan ou Mali par exemple). Pour l’Espagne ce sont 60 millions de communications…

France-last-30-days

Visiblement les gens parlent beaucoup dans des zones de guerre…

Dianne Feinstein, du commité sur l’espionage du Sénat américain a corroboré les affirmations des maitres espions américains : « Ce ne sont pas les Etats-Unis qui collectent des informations sur la France et l’Allemagne. Et cela n’a rien à voir avec leurs citoyens, cela concerne des interceptions des zones de guerres où l’OTAN est impliquée comme l’Afghanistan« .


Tiens… L’Espagne et l’Italie ont disparu de la scène.

L’offensive américaine pour se dédouaner des écoutes en Europe semble assez logique mais il faut croire sur parole les services de renseignement américains qui avouent ne pas encore avoir examiné de près les documents en question, ou les responsables politiques qui supervisent ces services depuis des années avec les risques évidents de collusion.

Si ces révélations américaines sont déjà aujourd’hui à la Une d’El Pais par exemple, on se demande combien de temps elles tiendront en première page, si elles y arrivent en France, tant les sujets de la plus haute importance sont légion ici : l’écotaxe, les Roms, les otages français libérés, Leonarda, Nabila  ?

Ce mardi, Le Monde a choisi, un peu forcé sans doute par les déclarations de Keith Alexander, d’évoquer l’accord « Lustre » et reprend les informations de Reflets. Les informations recueillies selon Le Monde auprès d’un responsable français du renseignement corroborent l’analyse de Reflets publiée dimanche dernier :

La  DGSE a établi, depuis la fin de 2011, un protocole d’échange de données  avec les Etats-Unis. Ces informations viennent préciser celles publiées  par « Le Monde » sur la collecte par la NSA de plus de 70 millions de  données téléphoniques concernant la France. (« Le Monde »)

Selon nos informations, recueillies auprès d’un haut responsable de  la communauté du renseignement en France, la direction des services  extérieurs français, la DGSE, a, en effet, établi, à partir de la fin  2011 et début 2012, un protocole d’échange de données avec les  Etats-Unis.

La France bénéficie d’un positionnement stratégique en matière de  transport de données électroniques. Les câbles sous-marins par lesquels  transitent la plupart des données provenant d’Afrique et d’Afghanistan  atterrissent à Marseille et à Penmarc’h, en Bretagne. Ces zones  stratégiques sont à la portée de la DGSE française, qui intercepte et  stocke l’essentiel de ce flux entre l’étranger et la France.

En clair, près de trois ans après  les premières révélations de Reflets sur l’infrastructure mise en place par la France et ses championnes du DPI (le 22 février 2011), la théorie abracadabrantesque développées à longueur de colonnes, selon laquelle la France a délocalisé ses écoutes et siphonne les données circulant sur les câbles sous-marins posés par Alcatel Submarine Networks ou Orange Marine, avec l’aide probable des infrastructures Eagle d’Amesys, commence à devenir une quasi-certitude…

Pour autant, il est plus qu’improbable que cette infrastructure soit décortiquée par une quelconque commission d’enquête parlementaire de ce côté-ci de l’Atlantique, tant les gouvernements de droite comme de gauche ont oeuvré pour qu’une chape de plomb la recouvre.

1984

Les théories développées par de Reflets nous ont même valu l’honneur d’être traités de Trolls par le conseiller en communication de Fleur Pellerin. Aziz Ridouan va peut-être revoir sa position à la lumière des dernières révélations (Accord « Lustre » par exemple). Et nous expliquer comment la France de Nicolas Sarkozy et de François Hollande a pu migrer d’une démocratie à un Etat policier pratiquant l’écoute de masse, comme l’explique le Parlement européen ?

Il faudrait peut-être aussi que Jean-Jacques Urvoas nous explique pourquoi, ou sur la base de quoi, il affirmait au Point que la France ne pratique pas d’écoutes massives.

En effet, si un membre de la Délégation parlementaire du renseignement peut affirmer sans sourciller une pareille énormité, il est clair que la représentation parlementaire prend ses électeurs pour des imbéciles. Ou pas.

 

http://reflets.info/nsa-snowden-lustre-la-sequence-tontons-fingueurs/

Commenter cet article

Damstounet 08/11/2013 06:57


les écoutes téléphoniques st osi utilisé ds le cadre d enquetes policière et ki + est de manière massive en france semble-t-il, est-ce également anti démocratique ?

Laurent Franssen 04/11/2013 21:25


- Si ce n'est toi, c'est donc ton frère


?


 


Qu'Allah vous protège.

Franck - MLFB 04/11/2013 16:27


Je sais, c'est beau de rever, mais avec un 11.43 sous l'oreiller au cas ou...


Et d'autres joyeusetés pour preparer la defense......


En effet, le francais est meme le plus con des europeens. il se fait bouffer ses acquis cherements acquis par ses aieux depuis les annees 30, et il ne reagit pas, voire meme il s'en fiche...


Avec la grande complicité des syndicats, plus occupés a defendre les sa,ns papiers que des travailleurs... Sacree bande d'escrocs.....


 


Mais l'annee prochaine, ca risque de saigner... On va sortir les marie-salope, et offrir des billets aller simple... La face de la France va changer... Et les tribunaux d'exception seront de
retour, pour punir les collabos et dhimmis...

Kaplan 04/11/2013 12:46


@ franck : l'europeen est faineant il ne bougera pas, l'europeen vit sur ces acquis. En 40, il s'est laisse envahir cqfd. Rien ne va change, ca va meme s'aggrave .. mais tu as encore le
droit de rever

Franck - MLFB 04/11/2013 12:27


Bien sur que les petits salopards qui dirigent les etats europeens sont les toutous du grand metis usurpateur des etats unis.... Trop facile de dire que tout est la faute des US... Sauf que là;
ce sont nos propres dirigeants qui sous couvert d'accords "secrets" offrent les données a la fois privees, industrielles et commerciales aux states.


 


HONTE A NOS DIRIGEANTS, CES TRAITRES A LA DEMOCRATIE, CES HOLLANDE FABIUS MERKEL CAMERON... Tous des escrocs, des laches, des imposteurs, qui n'ont meme pas les couilles d'avouer leur forfaiture
au peuple qu'ils sont censer diriger...


 


Peuple europeen, leve toi, marche et extermine tous ces politicards qui usurpent le pouvoir au nom de leurs interets personnels ou pour les besoins de causes devoyees comme la franc maconnerie,
et autres sectes a eradiquer...


Si les elections ne suffisent pas, alors allons plus loin!

Archives

Articles récents