Les Etats-Unis et la Russie se disputent un astéroïde qui pourrait détruire la Terre
asteroid_150x150.jpgÀ peine deux semaines après l'échec d'une prédiction de fin du monde par un prêcheur américain, les scientifiques russes et américains sont en guerre concernant une autre menace pour la vie humaine. 

Le danger cette fois-ci n'est pas un événement apocalyptique, mais l'éventualité que la Terre soit percutée dans 5 mois par un astéroïde géant. 

Ce potentiel et dangereux rocher de l'espace est connu comme l'astéroïde 2005 YU, un mini-monde arrondi d'environ 400 mètres de diamètre. 

Selon les scientifiques US, cet astéroïde approchera la Terre d'à peine 33.000 km (0,85 de la distance Terre-Lune) début novembre. 

En raison de sa taille et du risque qu'il présente de « fouetter » la Terre par sa proximité, une importante campagne de radar et d'observations visuelles et infra-rouges a été programmée. 

Les scientifiques américains disent qu'il n'y a aucune raison de s'alarmer, mais les russes ont publié un rapport disant qu'il y a quelque chose à craindre. 

La NASA rejette le rapport russe, qualifiant de « minuscules » les chances que l'astéroïde puisse frapper la Terre. 

L'astéroïde 2005 YU55 a été découvert par Spacewatch (surveillance de l'espace) à l'université d'Arizona, au laboratoire planétaire de Tucson le 28 décembre 2005. 

Selon Spacewatch, l'astéroïde est « en route et se dirige vers nous, ce voyageur cosmique est un nouveau rappel que notre planète est une cible facile. » 

« Son approche maximale de la Terre le 8 novembre est inhabituelle étant données sa masse et sa taille. En moyenne, on attend le passage si près d'un objet de cette grosseur tous les 30 ans ». a dit Don Yeomans, directeur du bureau de la NASA pour les programmes d'objets proches de la Terre et du laboratoire californien de Pasadena du Jet Propulsion (JPL). 

Yeomans a dit qu'avec les capacités du nouveau radar de Goldstone en Californie - partenaire du réseau de la NASA pour l'espace lointain - il y a une bonne chance d'obtenir une image radar de 2005 YU55 inférieure à un niveau de résolution de 5 mètres. Cette capacité signifierait obtenir une plus haute résolution spatiale de l'objet que celle atteinte par les récentes missions d'engins spatiaux en survol. 

« Nous aimons donc penser à cette opportunité comme à une mission de survol, avec la Terre comme engin spatial. » a déclaré Yeomans à SPACE.com. « En combinant une optique basée au sol et des observations proches de l'infra-rouge, les données radar devraient procurer une image très complète de l'un des plus grands potentiellement dangereux astéroïdes » a-t-il dit. 

L'astéroïde 2005 YU55 est un lent rotateur. En raison de sa taille et de sa proximité de la Terre, le Centre des planètes mineures de Cambridge, Massachusetts, a qualifié le rocher de l'espace un « astéroïde potentiellement dangereux ». 

« Nous nous préparons déjà pour le passage de 2005 YU55 » a dit Lance Benner, chercheur scientifique au JPL (Jet Propulsion Laboratory) et spécialiste des images radar pour les objets proches de la Terre. Il a expliqué que le programme consistait à observer l'astéroïde au radar, en utilisant à la fois l'immense antenne d'Arecibo à Puerto Rico et l'équipement de Goldstone. 

« L'astéroïde approchera par le sud, Goldstone a donc une chance d'être le premier à l'observer en raison de sa couverture de déclinaison » a dit Benner. 

Pour une aide à la coordination des campagnes d'observations, le site web de « Radar Observations Planning » a été installé pour cette rare occasion. 

« Ce survol sera le plus proche de tous les astéroïdes proches de la Terre avec une magnitude absolue d'une brillance jamais observée depuis 1976 et qu'on ne verra plus qu'en 2028 »a-t-il ajouté. « Personne n'a vu 2010 XC15 pendant son survol proche à moins de 0,5 LD (Lunar Distance) en 1976. » 

Il a fait remarquer que ce dernier n'a été découvert que fin 2010. 

Le survol par 2005 YU55 sera ainsi le plus proche réellement observé d'aussi important, il représente donc une opportunité unique » a dit Benner. Dans un certain sens, cela fournira une résolution d'image comparable au meilleur survol fait par une mission spatiale. » 

Benner a dit qu'avec un passage en flèche si près de la Terre, les échos radar seront extrêmement forts. 

Benner a expliqué qu'au début, l'objet sera trop proche du soleil et trop vague pour une observation optique. Mais en fin de journée le 8 novembre, l'élongation solaire grossira suffisamment pour qu'on le voit. En début de journée le 9 novembre, l'astéroïde pourrait atteindre une magnitude de 11 pendant plusieurs heures avant de disparaître, car il va s'éloigner rapidement. 

Même si la Terre échappe à ce danger imminent, les scientifiques russes disent qu'il y a dans l'avenir une menace plus grande appelée Apophis. 

En 2004, des scientifiques de la NASA ont annoncé qu'il y avait une chance qu'Apophis, un astéroïde plus grand que deux terrains de football, entre en collision avec la Terre en 2029. Quelques observations supplémentaires et calculs intensifs plus tard, les astronomes ont constaté que la probabilité pour qu'un tueur de planète touche la Terre en 2029 était proche de zéro. 

Mais des rapports venant de Russie disent que leurs scientifiques estiment qu'Apophis entrera en collision avec la Terre le 13 avril 2036. Ces rapports sont en contradiction sur la probabilité d'un tel événement de fin du monde. 

« Techniquement, ils sont corrects, il y a une chance en 2036 (qu'Apophis touche la Terre) », dit Donald Yeomans, directeur du bureau de la NASA pour le programme des objets proches de la Terre. Mais cette chance n'est que de 1 sur 250.000. 

Les scientifiques russes basent leurs prédictions d'une collision sur la possibilité que l'astéroïde Apophis d'une longueur de 270 mètres voyage à travers ce qu'on appelle une serrure gravitationnelle en passant par la Terre en 2029. 

La serrure gravitationnelle qu'ils mentionnent est une région précise de l'espace, à peine légèrement plus large que l'astéroïde lui-même, dans laquelle les effets de la gravité terrestre sont telles qu'elles pourraient dévier la trajectoire d'Apophis. 

« La situation est que le 13 avril 2029 (Apophis) survolera la Terre de très près, à quelques 5 rayons terrestres, de sorte que ce sera vraiment un événement, mais nous avons déjà écarté la possibilité d'une collision à cette date-là. » a déclaré Yeomans à « Petits mystères de la vie ». « D'un autre côté, s'il traverse ce que nous appelons une serrure pendant son approche serrée de la Terre...alors il sera vraiment dévié et ne reviendra frôler la Terre que le 13 avril 2036 » a dit Yeomans. 

Les chances que l'astéroïde traverse la serrure, qui est toute petite comparée à l'astéroïde, sont « minuscules », ajoute Yeomans. 

Voici la description scientifique du scénario le plus probable : Apophis fera une approche assez près de la Terre fin 2012 et début 2013 et sera observé de manière étendue avec des télescopes optiques au sol et des systèmes radar. S'il semble se diriger sur un chemin destructeur, la NASA concevra un plan et la machinerie nécessaire pour changer l'orbite de l'astéroïde, ramenant la probabilité d'une collision en 2036 à zéro. 

Il y a plusieurs manières de changer l'orbite d'un astéroïde, la plus simple étant d'envoyer un engin spatial dans le rocher. Cette technologie a été utilisée le 4 juillet 2005 quand la sonde spatiale Deep Impact s'est fracassée à l'intérieur de la comète Tempel 1. (NdT: voir Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Deep_Impact_%28sonde_spatiale%29) 

D'ici là, le 21 octobre 2011, une autre fin du monde a été prévue par Harold Camping, un ingénieur à la retraite de 89 ans qui a construit un empire médiatique chrétien multimillionnaire qui lui fait la publicité pour sa prédiction apocalyptique. Son précédent échec de fin du monde date du 21 mai. 

Camping a prêché que quelques 200 millions de personnes seraient sauvées et que celles laissées pour compte mourraient dans une série de fléaux visitant la Terre jusqu'à ce que le globe soit consumé par une météorite le 21 octobre.
Earth Issues
Tag(s) : #Astronomie - Espace
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog