Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les forêts rasées par les Mayas auraient aggravé les sécheresses

Publié par wikistrike.com sur 19 Septembre 2012, 08:53am

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

Les forêts rasées par les Mayas auraient aggravé les sécheresses

 

Pendant six siècles, les anciens Mayas ont prospéré, avec plus d'une centaine de cités-états dispersées à travers ce qui est maintenant le sud du Mexique et le nord de l'Amérique centrale.

Puis, en l'an 695, l'effondrement de plusieurs villes dans ce qui est aujourd'hui le Guatemala a marqué le début du lent déclin de la civilisation maya classique.

secheresse_maya.jpg

Les Mayas ont décimé les forêts pour la culture et la construction des villes et temples. El Castillo à Xunantunich était un site cérémonial Maya antique au Belize occidental. (Ian Mackenzie/wikicommons)


La sécheresse prolongée est supposée avoir joué un rôle, mais une étude publiée cette semaine dans le journal Geophysical Research Letters ajoute une nouvelle donnée: Les Mayas auraient aggravé les sécheresses en remplaçant les forêts par des villes et des cultures, ce qui aurait engendré un climat plus sec.

"Nous ne disons pas que la déforestation explique la sécheresse dans son ensemble, mais elle explique une partie substantielle de l'assèchement global qui est censé s'être produit," a déclaré l'auteur de l'étude Benjamin Cook , créateur de modèles climatiques à l'Observatoire de la terre Lamont-Doherty de l'Université de Columbia et à l'Insitut pour les Etudes Spatiales de la NASA Goddard.


A son apogée, plus de 19 millions de personnes vivaient dans l'empire Maya, entre 250 et 900 après JC.

En utilisant les informations sur la population et d'autres données, les auteurs de l'étude on reconstruit la perte progressive de la forêt sur leur territoire en expansion. Les chercheurs ont réalisé des simulations informatiques afin de voir comment les terres nouvellement acquises pour les cultures ont pu affecter le climat.

Dans la péninsule du Yucatan, fortement exploitée, ils ont constaté que la pluviométrie aurait diminué de près de 15% tandis que dans d'autres terres mayas, notamment le sud du Mexique, elle aurait baissé de 5%.
Dans l'ensemble, les chercheurs ont attribué 60% de sécheresse au moment du pic de la déforestation par les Mayas.

Avec des cultures comme le maïs qui ont remplacé la canopée d'une forêt sombre, la lumière du soleil est davantage réfléchie dans l'espace. Avec un sol absorbant moins d'énergie du soleil, l'eau s'évapore moins en surface, libérant moins d'humidité dans l'air pour former des nuages de pluie. "Les choses sont ralenties, notamment la capacité à former des nuages
​​et des précipitations", explique Cook.


L'hypothèse de l'influence des Mayas sur le climat n'est pas nouvelle.

L'idée que les Mayas ont changé le climat en décimant la jungle, causant en partie leur propre disparition, a été popularisée par l'historien Jared Diamond dans son livre de 2005 "Collapse".

Dans la première étude pour tester l'hypothèse, le modeleur climatique Robert Oglesby et ses collègues ont fait une simulation par ordinateur sur ce que la déforestation totale des terres mayas aurait pu avoir comme conséquence sur le climat. Leurs résultats, publiés en 2010, ont montré que les précipitations en saison des pluies pouvaient diminuer de 15 à 30 pour cent si toutes les terres mayas avaient été complètement déboisées.
Oglesby, qui n'est pas impliqué dans l'étude de Cook, a déclaré que l'estimation de ce dernier sur une réduction de 5 à 15 pour cent des précipitations, bien que plus faible que la sienne, est logique puisque la simulation de Cook a utilisé un scénario de déforestation plus réaliste. 

Les archéologues attribuent une variété de facteurs à l'effondrement de la civilisation maya classique, dont les descendants vivent encore aujourd'hui dans certaines régions du Mexique, du Belize, du Guatemala, d'El Salvador et du Honduras.
En plus d'un climat de sécheresse dans plusieurs régions, les cités-États devaient faire face à la surpopulation, la modification des routes commerciales, les guerres et les révoltes paysannes.

Les Mayas ont dégagé les forêts pour cultiver le maïs et d'autres cultures, mais ils ont aussi eu besoin des arbres pour faire cuire de grandes quantités d'enduit à la chaux utilisée dans la construction de leurs villes.
Sever Thomas, archéologue à l'Université de l'Alabama, Huntsville, et co-auteur de l'étude de 2010 sur la déforestation, a déclaré qu'il fallait 20 arbres pour produire un seul mètre carré de paysage urbain... "Quand vous regardez ces villes et que vous voyez tous ces enduits à la chaux et au plâtre, vous comprenez pourquoi ils avaient besoin de couper les arbres pour maintenir l'expansion de leur société" a-t-il dit.


L'histoire se repétera-t-elle ?

Les Mayas ont également manqué de technologie pour exploiter les eaux souterraines situées à plusieurs dizaines de mètres. Leurs réservoirs et canaux étaient en mesure de stocker et de distribuer de l'eau lors de pluies abondantes, mais lorsque la pluie est venue à manquer, ils n'avaient nulle part où se réapprovisionner. "Au moment de l'effondrement, chaque kilomètre carré de sol avait été retourné", ajoute Sever.

Les scientifiques savent, d'après l'étude des données climatiques, que les Mayas ont souffert d'une série de sécheresses. Mais leur gravité et toujours débattu.
Les chercheurs Martin Medina-Elizalde et Eelco Rohling, du Centre pour la Recherche Scientifique du Yucatan au Mexique, ont constaté que les précipitations annuelles ont pu tomber jusqu'à 25% pendant le déclin des Mayas, entre 800 et 950 après J.-C. 

La plus importante diminution des précipitations, cependant, peut avoir eu lieu pendant la saison de croissance estivale lorsque la pluie était nécessaire pour la culture et les systèmes de réapprovisionnement en eau douce de stockage.

Aujourd'hui, beaucoup de villes abandonnées par les Mayas sont envahies par la jungle, en particulier sur la péninsule du Yucatan.

Les images satellites montrent cependant que la déforestation avance à nouveau rapidement, y compris dans d'autres régions que les Mayas occupaient autrefois.
L'étude peut offrir une mise en garde sur les conséquences: «Il y a une énorme quantité de changement en cours au Guatemala», a déclaré Oglesby. "Ils pourraient se retrouver particulièrement vulnérables à une grave sécheresse."

Source:

Commenter cet article

Laurent Franssen 19/09/2012 21:36


Cher ami,
méfions nous des Textes ,
dans lequels bien souvent Lucifer , ou quel que soit son nom , est en fait une desciption de l'humanité elle même qui une fois en conscience unie se prends pour dieu et se fait descendre,

je ne souhaite pas ce destin à mes descendants. 

lucien 19/09/2012 12:58


Je ne suis pas étonné de cette information et celle-ci confirme la situation d'aujourdhui avec l' intervention des Fédération Galactiques ne laissant pas l'humanité détruire la planète terre.


Donc nous devons nous attendre à la disparition de l'humanité actuelle ayant une conscience individuelle égoïste vers une humanité possédant une Conscience Collective. dont les représentants sont
déja parmis nous (-30ans)


Lucien

Archives

Articles récents