Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les îles Orcades ou "l'Egypte du nord"

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 5 Août 2011, 14:57pm

Catégories : #Civilisations anciennes

Les îles des Orcades ou "l'Egypte du nord"

 

Images de Ring of Brodgar, Îles Orcades

 

Dans le ciel d'hiver de Brodgar, la nuit, on peut apercevoir la constellation d'Orion au dessus des pierres...

Les îles saintes des Orcades se sont appelées "l'Egypte du nord", en raison de l'abondance des sites pré-chrétiens, ,puis monastiques du début de l'ère. les vikings eux mêmes s'y référaient en tant qu'ïles saintes.

Il semblerait que des alignements relient les principaux sites à d'autres emplacements sacrés.

Sur un axe Nord/Est on trouve Crosskirk et Papa Westray, Brodgar, Tobermory puis Iona. Sur un axe Nord/Ouest, en passant par Skara Brae, Bookan, Brodgar, Stenness, on tombe sur.... Guizeh !Je pense que chaque site est connecté avec une force obscure d'ailleur il est facile de comprendre pourquoi tout ces monuments sont construits sur des points de vortex pour permettre aux pretres d'attirer ces esprits d'autres dimensions et de les faire rentrer dans notre dimension ce sont des temples d'invocation de génie..les gens ont confondu orientez vers des planetes parce qu'il ya des extraterrestres oui certes mais ce sont des esprits non materialisé de type demoniaque qui aime a se faire passer pour des anges pour tromper les hommes et leur plaire.....

Les Orcades sont un archipel d’une septantaine d’îles au nord de l’Ecosse. Cette région est un véritable trésor néolithique, reconnu par l’Unesco. On y trouve des menhirs (jusque dans les jardins), des tumulus (parfois au milieu des champs occupés par des taureaux ou des moutons) et des villages néolithiques « à tous les coins de rue ». J’ai eu le privilège d’y passer une semaine de vacances il y a quelques années.


52222829

heaven Skara Brae :

Village néolithique plusieurs fois reconstruit, très bien conservé, classé et donc remplis de touristes, même un peu en dehors de la haute saison. Bien avant la construction des pyramides, il semble qu’un système de toilettes intérieures ait été construit avec des canalisations passant sous les maisons. Il est cependant très difficile d’en être certain….. sans détruire le village actuel. Ces maisons ont des portes, des lits, des étagères et un foyer central et sont reliées par des tunnels couverts. L’espérance de vie était, à l’époque, de 20 – 25 ans environ.

73619357

L’une de ces maisons est un peu particulière : elle se ferme de l’intérieur alors que les autres se ferment de l’extérieur. On y a aussi trouvé le squelette de deux femmes d’environ 40 ans, enterrées sous leur lit. Il semble que, dans cette région et à cette époque, on exposait les corps avant de recueillir les ossements (ou on les enterait pendant plusieurs années ?) avant de « classer » les ossements par sortes (crânes, os longs, etc…) dans les tumulus. Ces indices ainsi que d’autres parlent en faveur d’une maison où on faisait des rituels et/ou une maison de naissance. Les deux femmes étaient peut-être des femmes chamanes et/ou guérisseuses. La plage juste à côté est bien plus calme et était parsemée de petits cailloux noirs lors de ma visite. De quoi faire un lien avec ce lieu et ses habitants des temps anciens.

93140173



The Ring of Brodgar :

Il s’agit d’un cercle de 104 m, occupé à l’origine par 60 pierres levées. Il en reste actuellement 36. (Datation : 4000 – 4500). Ce lieu est considéré comme un temple « solaire ». C’est un lieu à nouveau très touristique où les cars se succèdent pour une visite rapide. Donc difficile d’y vivre quoi que ce soit, autre qu’un sentiment de sortir du temps et d’étonnement profond devant une telle construction. Il faudrait pouvoir y revenir en hiver, très tôt le matin ou tard le soir.


44932123

Like a Star @ heaven The Stones of Stenness :

Il n’y a dans cet endroit plus que quelques menhirs. A l’origine, il semble que le cercle ait eu environ 30 m de diamètre ainsi que des pierres « internes ». Il est considéré comme un temple « lunaire » Au début du siècle dernier, une famille y a même construit un dolmen qui n’a pas résisté au temps. Les nombreux cars ne font que passer devant cet endroit, beaucoup moins spectaculaire. Les voitures individuelles s’arrêtent plus volontiers et les enfants vont caresser les moutons qui paissent sur le site. A proximité d’une ligne de bus, j’y suis retournée sans guide et j’ai eu le privilège d’avoir le site pour moi toute seule pendant 5 minutes environ, temps suffisant pour prier les femmes de Saka Brae et laisser l’une de « leurs pierres » au centre de ce lieu. Un secret encore : Si vous vous placez au centre et parlez en direction des pierres, le son vous reviendra.


36153910


Barnhouse village :

Il s’agit d’un autre village néolithique à 200 m environ du site précédent, désert. Il date de la même époque que le site ci-dessus. L’une des maisons est très particulière. C’est une espèce de « labyrinthe » avec deux portes d’entrée. Vous faites ¾ de tour (ou ¼) avant de pouvoir passer la seconde entrée. Cette seconde entrée est placée face soleil du solstice d’été. Il y a des traces d’un ancien foyer dans la seconde entrée, et au centre de la maison. Ce n’est pas un lieu dans lequel on pénètre facilement, à la fois ouvert et fermé, un peu surprenant. A nouveau certainement un lieu de rituels.

Il s’agit d’un grand tumulus que l’on voit depuis Stenness et Barnhouse. L’entrée est orientée afin que le soleil rentre au solstice d’hiver. Elle a malheureusement été violée plusieurs fois au cours de l’histoire et n’est visitable qu’en compagnie d’un guide. Elle contient par contre des inscriptions runiques datant de l’an 200 environ parlant, entre autre, d’un trésor. On y trouve aussi un dragon sculpté. Un autre site de la région indique le temps des semailles et un autre encore celui des moissons.

Il existe un 3ème cercle pas très loin, dans lequel on n’a pas retrouvé de pierre mais seulement le fossé entourant le lieu, fossé existant souvent autour des sites sacrés et des villages. Il s’agit probablement d’un autre lieu de culte néolithique sur lequel on ne peut pas pénétrer car il se trouve sur un terrain privé.

Les inscriptions de Maeshowe parlent d’un trésor. Il n’est pas où on le pense ni sous la forme attendue. Mais il existe bel et bien. Il est à disposition de tout en chacun, pour autant que l’on sache le trouver. Peut-être au détour d’un menhir, d’une plage ou d’une ancienne maison. (Rusty James News)

 

 

 

Le néolithique des Orcades

 Strike wikipedia

280px-Wfm_orkney_map.png

 

Le cœur néolithique des Orcades comprend un ensemble de sites néolithiques situés dans les Îles Orcades, au nord de l'Écosse :

Il existe aussi un certain nombre de sites funéraires, cérémoniels et d'établissements non encore fouillés. L'ensemble témoigne de l'importante vie communautaire et culturelle développée en cet archipel lointain il y a 5 000 ans

 

 

 

 

Skara Brae

 

286626.jpgSkara Brae est un site archéologique très important situé sur la côte occidentale de l'île principale des Orcades (archipel situé au nord de l'Écosse).

Il comprend les restes d'un village néolithique qui grâce à leur enfouissement dans le sable ont passé les siècles sans subir d'importants dommages. L'état de conservation est si exceptionnel que ce site a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO au sein du bien intitulé « Cœur néolithique des Orcades ».

 

Jusqu'en 1850, Skara Brae reste enfoui sous des dunes non loin de la plage. Cette année-là, une mer particulièrement agitée et des vents violents arrachèrent l'herbe et dégagèrent plusieurs constructions ; en 1924 des conditions météorologiques similaires achevèrent de mettre au jour les vestiges du village. Bien que le site ait connu plusieurs périodes d'occupation et d'habitation, ce qui en est visible aujourd'hui remonte à la plus récente d'entre elles.

Les fondations de huit logements semblables, réunis par une série de basses allées, furent intégralement découvertes entre 1928 et 1930 par Vere Gordon Childe.

Le nombre d'habitants de Skara Brae n'a probablement jamais dépassé 50 à 100 unités pour une même période. Apparemment ces habitants fabriquaient et utilisaient des poteries de type "Grooved Ware". Les murs et le toit des maisons étaient recouverts de terre mais, plutôt que d'être enfouies dans le sol, elles étaient construites à partir de monticules de déchets préexistants appelés "middens" qui sont constitués de divers éléments (détritus, poteries brisées, os, coquilles et restes d'animaux...). Bien que ce "midden" ne procure qu'une faible stabilité aux constructions, son utilité principale était de fournir une bonne isolation aux habitations soumises au rude climat hivernal des Orcades.

Les maisons, d'une superficie moyenne de 40 mètres carrés, possédaient une large salle carrée contenant un grand foyer qui devait servir à faire la cuisine et se chauffer. Comme il y avait peu d'arbres sur l'île, les personnes de Skara Brae utilisaient du bois apporté par l'océan, des fanons de baleine et du chaume de gazon pour couvrir leurs maisons.

Les logements contiennent un certain nombre de meubles construits en pierre tels que des armoires, des commodes, des sièges et des lits clos (bordés de larges pierres). Le village bénéficiait même d'un système sophistiqué de canalisations qui incluait peut-être une forme primitive de toilettes dans chaque logement.

On pense que le site de Skara Brae a été occupé pendant approximativement 600 ans à partir

 

Le nom skara dans la culture contemporaine

 

  • Skara Brae est le nom d'un groupe de musique traditionnelle irlandaise qui, le premier, a créé et enregistré une harmonie sur des airs traditionnels. Après sa dissolution en 1972, les membres ont constitué divers groupes à la notoriété mondiale dans ce genre de musique (Planxty, The Bothy Band, Altan). L'aventure musicale de ce groupe a constitué un renouveau de la musique traditionnelle irlandaise.

 

 

  • Les jeux de rôle The Bard's Tale et Ultima ont des cités qui s'appellent Skara Brae.
  • Skara Brae est le titre d'une chanson du groupe de rock progressif Pendragon (parue sur l'album "Passion" - 2011)

skarabraevertaerial2788crop_600_jpg.jpg

 

Skara-20Brae-201.jpg

 

 

 

_bmp4q0v0.jpgLe cercle de Brodgar

 

Sur Mainland, île principale des Orcades, entre les lochs Harray et Stenness, se trouve le cercle de Brodgar (Ring of Brodgar).

Les silhouettes de 27 mégalithes se détachent sur un paysage de landes, sur une bande de terre étroite entre les deux lochs. Cet anneau de 103 mètres de diamètre comportait 60 pierres à l'origine. Ceinturé d'un profond fossé creusé dans le rocher et d'un talus aujourd'hui disparu, il comporte deux entrées, l'une au nord-ouest et l'autre au sud-est face à Stenness. Il fut conçu par les hommes de l'âge du bronze (2700-2500 av. J.-C.). Suite à ses relevés, Alexander Thom a pu établir que le cercle constitué par ces pierres est quasiment parfait.

Le cercle de Brodgar est inscrit depuis 1999 sur la liste du patrimoine mondial au sein du bien intitulé « Cœur néolithique des Orcades ».

 

 

Maeshowe

 

220px-MaesHoweEntrance.jpgSituée sur l'île principale (Mainland) des Orcades, Maeshowe (2750 av. J.‑C.) est l'une des dernières sépultures collectives, avant que les tombes individuelles ne les remplacent.

Le tumulus (35 m de diamètre et 7 m de haut), était à l'origine entouré d'un large fossé.

Le passage d'entrée, long de 9 m, remonte légèrement avant de déboucher dans la salle principale carrée (environ 4,6 m²) où s'ouvrent trois petites chambres funéraires. Les murs sont de pierres taillées se chevauchant légèrement jusqu'à former le toit, soutenu par quatre contreforts situés dans les coins. Un énorme bloc de pierre logé dans un renfoncement du tunnel permettait de fermer l'entrée du cairn de l'intérieur (sans doute pour les cérémonies).

Maes Howe fut construit de manière à ce qu'au solstice d'hiver, les rayons du soleil couchant s'infiltrent par le couloir pour venir frapper la chambre située en face. À cette occasion, les passionnés viennent voir l'événement... lorsqu'il a lieu : le 21 décembre, le soleil couchant réussit rarement à percer les nuages orcadiens ! En 1894, Magnus Spence, instituteur, constata cette orientation (alignement avec le coucher de Soleil au solstice d'hiver) avant de remarquer que l'axe d'alignement atteignait Barnhouse, une grande pierre levée visible depuis l'entrée de Maes Howe. Spence découvrit que Barnhouse (dit le « Watch Stone ») et le centre du Cercle de pierres de Brodgar étaient alignés avec le Soleil levant au solstice d'été[1].

Au XIIe siècle, les Vikings y laissèrent de nombreux graffitis à l'origine de sa renommée auprès des passionnés d'histoire scandinave.

Le tumulus de Maeshowe est inscrit depuis 1999 sur la liste du patrimoine mondial au sein du bien intitulé « Cœur néolithique des Orcades ».

 

Geoffrey Cornelius et Paul Devereux, Le langage des étoiles. Un guide illustré des mystères célestes, 1996, trad., Gründ, 2004, p. 268-269).

 

 

Les pierres de Stenness

 

800px-Stones_of_stenness_2_anne_l.jpg

 

Les pierres levées de Stenness (Stenness Standing Stones) sont situées dans la partie sud-ouest de Mainland, île principale des Orcades, près de Maeshowe. De ce cercle de douze pierres dressées vers -3000, il n'en subsiste que quatre, la plus grande culminant à 6 m.

Les pierres levées de Stenness sont inscrites depuis 1999 sur la liste du patrimoine mondial au sein du bien intitulé « Cœur néolithique des Orcades ».

 

800px-Stones_of_stennes.jpg

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents