Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les Indiens Hopi s’opposent à une vente d’objets sacrés à Paris

Publié par wikistrike.com sur 12 Avril 2013, 07:35am

Catégories : #peuples du monde

 

Les Indiens Hopi s’opposent à une vente d’objets sacrés à Paris


la-vente-vise-a-trouver-preneurs-pour-70-masques-fabriques-.jpgUne ONG de défense des peuples indigènes a lancé un recours en justice pour empêcher une prochaine vente aux enchères à l’hôtel Drouot, à Paris, concernant des masques sacrés que veulent récupérer les Amérindiens de la tribu Hopi, à laquelle ces objets appartiennent culturellement.

C’est à l’Hôtel Drouot, la célèbre salle de vente aux enchères parisienne, que doivent être vendus, ce vendredi 12 avril, 70 masques fabriqués jadis par les Indiens Hopi de l’Arizona. Problème : ces objets constituent pour cette tribu un patrimoine sacré, qui ne devrait même pas être offert aux yeux des profanes.

Par l’intermédiaire de l’ONG Survival International, qui agit dans le monde entier pour la préservation des droits des peuples indigènes, les Hopi cherchent ainsi à stopper cette dispersion de leurs masques, qui incarnent toujours, à leurs yeux, des déités et des ancêtres sacrés. Pour cela, les représentants de la tribu ont alerté l’ambassade américaine à Paris, puis Survival International France, qui a alors mandaté l’avocat Pierre Servan-Schreiber. Ce dernier a déposé un recours auprès du tribunal de grande instance de Paris pour interdire provisoirement la vente.


La vente sera t-elle annulée ?

D’où viennent ces objets et peuvent-ils être ainsi vendus ? C’est pour répondre à ces questions qu’une audience aura lieu ce jeudi 11 avril au matin. L’affaire devrait être traitée en référé (une forme de procédure d’urgence) mais le verdict ne sera pas connu avant demain midi, soit quelques heures seulement avant la vente. "La tribu hopi doit protéger ses croyances culturelles enracinées depuis des siècles et qu’elle perpétue jusqu’à aujourd’hui", a déclaré le leader hopi LeRoy N. Shingoitewa.

"Nous pensons que ces objets sacrés nous ont été volés et qu’ils doivent être retournés à leurs détenteurs et conservateurs légitimes, les chefs Kachina, au sein de leurs villages respectifs". Annoncée dès décembre, la nature de cette vente avait surpris les spécialistes car aux États-Unis, en tout cas, il est interdit de vendre ces objets sacrés.

Portés lors de cérémonies rituelles, ces masques, appelés qwatsi ("amis"), devraient revenir à leurs détenteurs légitimes, appelés "chefs Kachina", au sein des 12 villages du nord de l’Arizona qui regroupent les 10 à 18.000 Indiens Hopi, estiment les représentants de la tribu. Ces derniers souhaitent donc non seulement faire interdire la vente, mais récupérer ces objets.

Source: Maxisciences

(Source photo : Drouot.com)

Commenter cet article

Archives

Articles récents