Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les langues zapotèques

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 18 Mars 2011, 15:21pm

Catégories : #Les anciennes écritures

 

 

Les langues zapotèques

 

 

 

Les langues zapotèques forment un ensemble langues parlé par environ cinq cent mille personnes dans l'État d'Oaxaca, au Mexique1, qui compte la plus forte proportion d'indigènes. Outre l'espagnol, seize langues amérindiennes dont les langues zapotèques sont parlées par la population.

 

La famille du zapotèque appartient au groupe des langues oto-mangues et est apparue de 3000 à 1500 avant Jésus-Christ.

 

Les langues zapotèques

 

 

 

Les langues zapotèques appartiennent à l'union linguistique mésoaméricaine, une zone de convergence linguistique formée pendant des millénaires par l'interaction entre les peuples amérindiens. Certaines caractéristiques communes des langues de la famille sont :

  • l'usage d'une troisième personne pour désigner une divinité, un bébé, un animal, un objet inanimé, etc.
  • une distinction entre « nous » exclusif et inclusif, selon que première personne du pluriel inclut ou exclut celui qui parle
  • une fréquente sous-spécificité des distinctions entre le singulier et le pluriel

 

 

Voir aussi...

Les Zapotèques : A la source des peuples méso-américains

 


 

Qu'est-ce qu'une langue oto-mangue ?

 

 

Fichier:Otomanguean Languages.png

 

 

Les langues oto-mangues constituent un groupe de langues amérindiennes. Toutes les langues oto-mangues existantes sont parlées au Mexique, bien que d'autres langues du groupe, actuellement éteintes, aient été parlées jusqu'au Nicaragua.

C'est dans l'État d'Oaxaca que l'on trouve actuellement le plus grand nombre de locuteurs oto-mangues: ensemble, les branches zapotèque etmixtèque du groupe sont parlées par près d'un million et demi de personnes. Au Mexique central, surtout dans les États de Mexico, d'Hidalgo et deQuerétaro, on parle des langues de la branche oto-pame : ensemble, l'otomi et le mazahua, qui lui est apparenté, comptent plus de 500 000 locuteurs. Certaines langues oto-mangues sont menacées d'extinction, par exemple l'ixcatèque et le matlazinca (en) sont parlés chacun par moins de 250 personnes, âgées pour la plupart.

Si les langues oto-mangues ont coexisté depuis des millénaires avec les autres groupes de langues mésoaméricaines, elles s'en distinguent par différents traits. C'est le seul groupe en Amérique centrale qui fait partie des langues tonales.

 

 

Andrés Henestrosa Morales

 

 

 


 

Andrés Henestrosa Morales (30 novembre 1906Ixhuatán – 10 janvier 2008Mexico) est un poète, narrateur, essayiste, orateur, écrivain, homme politique et historien mexicain. On retient principalement de lui la phonétisation de la langue zapotèque et sa transcription en alphabet latin.

En plus de ses talents d'écrivain, Henestrosa se soumet aux urnes : il réalise trois mandats à la Chambre des députés du Mexique et est sénateur pour l'État d'Oaxaca de 1982 à 1988.

 

 

Andrés Henestrosa commence ses études à Juchitán dans l'Oaxaca. Jusqu'à l'âge de quinze ans, il ne connaissait que sa langue maternelle, le zapotèque. Après avoir fini les études de base, il déménage à Mexico et commence à étudier au National Teacher's School, où il apprend à parler l'espagnol couramment. Puis, il étudie au National High School (L'école supérieure nationale) et ensuite à l'école nationale de Jurisprudence, où il commence ses études de droit mais ne se fait pas graduer. En même temps, il étudie à l'université de philosophie et de littérature : "L'Université nationale autonome du Mexique" (UNAM). En 1927, un de ses professeurs, Alfonso Caso, l'encourage pour ce qui sera le début de sa carrière : il suggère à Henestrosa d'écrire sur les mythes, les légendes et les fableszapotèques, d'où l'écriture de son premier livre, Los hombres que dispersó la danza, publié en 1929.

Henestrosa contribue de multiples façons. Il fut l'un des représentants mexicains d'un mouvement littéraire appelé l'Indigénisme, depuis son premier livre. Il a aussi écrit des essais et des documents politiques durant sa longue carrière.

En 1929, il soutient, comme beaucoup de membres de l'UNAM, la campagne présidentielle de José Vasconcelos, étant un membre actif de la campagne, et écrit plusieurs essais et chroniques. Mais la quasi-totalité des transcriptions originales écrites de sa main furent perdues, en cours de publication dans plusieurs magazines et journaux.

En 1936, la Fondation Guggenheim lui donne la charge d'enquêter sur la culture Zapotec et il visite les États-Unis. Il crée le dictionnaire 'Zapotec-Espagnol', ce qui est un grand pas dans la phonétisation de la langue Zapotec et l'adaptation de l'alphabet latin. Durant son voyage aux USA, il écrit à La Nouvelle-Orléans en 1937 son plus célèbre livre : El retrato de mi madre.

Il est membre de l'Académie mexicaine de la langue du 23 octobre 1964 à sa mort, au fauteuil numéro 23. Il est le trésorier de l'Académie de 1965 à 2000. Andrés Henestrosa est un des plus célèbres membres des intellectuels mexicains.

En 1982, il est élu sénateur de son état d'Oaxaca sous l'étiquette du parti de gauche du Parti révolutionnaire institutionnel.

Il décède le 10 janvier 2008.

Archives

Articles récents