Les moaï de l'île de Pâques


 

 

 

moai-de-lile-de-paques-700-3105.jpg

 

 

Les moaï, localement mo'ai, sont les statues monumentales de l’île de Pâques, en Polynésie. La majorité de ces monolithes sont sculptées dans du tuf issu principalement de la carrière de Rano Raraku. Quelques-uns ont cependant été sculptés dans d'autres roches volcaniques de l'île (basalte, trachyte ou tuf volcanique1). Leur taille varie de 2,5 à 9 mètres, pour un poids moyen de 14 tonnes, jusqu'à 80 tonnes pour les plus grosses. Toutes sont des monolithes tournés principalement vers l’intérieur de l’île à l'exception du Ahu Akivi dont les moaï regardent l'océan. Selon Jo Anne Van Tilburg, le nombre de moaï s'élève à près de 887, sur l'ensemble de l'île. Les moaï tels qu'ils devaient être dans leur état final, après édification, possédaient des yeux blancs fait de coraux et l’iris rouge en tuf volcanique ou noir obsidienne. Certains d'entre eux portent une sorte de chapeau, le pukao, fait de tuf rouge, issu de la carrière de Puna Pau2.

moai.jpg

 

On ne sait à peu près rien des raisons qui ont poussé les Rapanui, le peuple de l'île de Pâques, à les ériger à un rythme de plus en plus frénétique et en taille de plus en plus colossale, épuisant sans doute dans cette pénible industrie une partie importante des ressources de « l’île la plus isolée du monde ». On ignore aussi pratiquement tout des rites qu’ils pratiquaient. Les statues seraient cependant liées à un ancien culte des ancêtres selon les archéologues.

Les méthodes de datation appliquées au charbon d'os retrouvé sur les ahu ou à l'obsidienne ont permis d'évaluer que les premiers ahu sans statues devaient dater de l'an 1100 environ, et les dernières édifications de moaï, aux alentours de l'an 1600. Il semble que les premiers moaï étaient de taille et de morphologie humaine, pour évoluer vers des morphologies plus imposantes telles que nous connaissons ces géants aujourd'hui. Ce culte prit fin subitement lorsque les habitants de l'île eurent anéanti leurs ressources en bois. Un culte nouveau, celui de « l’homme oiseau », se mettait en place quand l’île fut découverte le 5 avril 1722 par un marin hollandais, Jacob Roggeveen. L’évangélisation massive de la population fit disparaître toute trace des anciens cultes de sorte que la plupart des souvenirs de cette civilisation fut perdu. Néanmoins, la tradition d'édification des moaï est restée ancrée dans la culture orale de Pascuans. Et en effet, lorsque Thor Heyerdhal leur demanda, ils lui en firent la démonstration2.

10 moais sont expatriés, a paris , londres, bruxelles, washington, viña del mar, la serena et santiago.

 

IPQ06_123-moai-pukao.jpg

 

Excavation et sculpture des moaï et des pukao

 

La quasi-totalité des moaï de l'île a été excavée de la carrière de tuf de Rano Raraku, sur la pointe ouest de l'île. Sur les 887 comptabilisés, une cinquantaine seulement n'a pas été taillée dans le tuf de Rano Raraku mais dans d'autres types de roches volcaniques de l'île. La carrière de Rano Raraku contient encore bon nombre de moaï inachevés, qui sont autant d'exemples permettant d'avoir une idée de la façon dont les statues étaient excavées. Vraisemblablement, les tailleurs de pierre taillaient d'abord le bloc dans la masse du roc, sans détacher le dos de la paroi. Le bloc était dégrossi sur la face avant, puis suivait la sculpture des détails morphologiques (sauf les yeux, qui sont taillés lors de l'édification). Après quoi, le bloc était détaché de la paroi en taillant le dos de la statue. Le moaï, en position horizontale, pouvait alors être transporté sur son lieu d'édification. Lespukao sont taillés de la même manière dans la carrière de Puna Pau2. Dans les années 1950, Thor Heyerdhal et une équipe de six personnes commencèrent à tailler un moaï avec des outils de l'époque. Même s'ils s'arrêtèrent avant d'avoir terminé l'excavation de leur statue, Heyerdhal calcula qu'il faudrait environ 12 à 15 mois pour extraire un moaï de taille moyenne3. 

 

 

 moai-1.jpg

Transport et édification

 

Les reconstitutions en cours permettent, petit à petit, de comprendre les techniques mises en œuvre pour leur transport et édification. Lors des essais de Jo Anne Van Tilburg, les statues ont été déplacées sur des traineaux en bois attachés par des cordes et positionnés sur des rails à pirogue constitués de rondins de bois maintenus par des traverses. Cet essai a permis de montrer qu'entre 50 à 70 personnes tractant le traineau en synchronisation pouvaient déplacer un moaï de près de 12 tonnes, sur une distance de 14 km ½, en moins d'une semaine (à raison de 5 heures/jour, et de pas de 5 m)2. Sur l'édification elle-même, ce sont les Pascuans actuels qui en firent la démonstration à Thor Heyerdhal. Ils érigèrent une rampe de pierre en pente douce, le long d'un ahu, sur laquelle la statue a été tirée, la base en avant. Puis la tête de la statue est soulevée de quelques centimètres grâce à des leviers de rondin. Dans l'espace créé, les ouvriers glissent des pierres, qui maintiennent la tête de la statue. De degrés en degrés, la statue est ainsi élevée jusqu'à sa position finale. Il semble que les moïa surmontés d'un pukao devaient être érigé en une fois, c'est à dire que lepukao était déjà assemblé à son moaï dans sa position couchée, l'ensemble maintenu par un châssis2, plutôt que d'être élevé sur la tête de son moaï, une fois celui-ci debout.

Après édification, le moaï est paré de ses orbites. En 1979, deux scientifiques, Sonia Haoa et Sergio Rapu, découvrent un œil complet de moaï, constitué d'un demi-globe en corail blanc et d'un iris en tuf rouge, au pied d'un ahu. Il est possible que ces yeux aient été à la garde des prêtres pascuans, qui en paraient les moai lors de leurs érections.

 

 Fichier:Easter Island map-fr.svg

 

 

 

 

Les statues de l'île de Paques déjà mystérieuses possèdent un corps !

 

statues-ile-de-paques

La découverte ne date pas d’hier mais depuis quelques semaines refait surface sur internet : les statues de l’ile de Pâques ont un corps ! Alors qu’elles sont vraisemblablement connues pour avoir une grosse tête, ces statues recèlent visiblement de nombreux secrets puisque plus de la moitié de leur taille est enfouie sous terre et révèle l’existence d’un corps et de mains.

Si on attribue au couple Routledge la découverte des parties enterrées des statues de l’ile de Pâques, un groupe privé de recherches a récemment excavé  une des statues pour y découvrir de nombreuses écritures sur le corps.

Située dans l’océan Pacifique, cette ile volcanique a été découverte par le navigateur néerlandais Jakob Roggeveen, le jour de Pâques de l’an 1722, et est devenue ensuite possession Chilienne en 1888. Si de nombreux mystères entourent l’ile de Pâques, la découverte de ces écritures enfouies sous terre risquent de relancer de nombreux débats.

En effet, si les scientifiques sont presque tous d’accord pour dire que c’est à la suite d’un écocide que la population (environ 4000) de l’ile a disparue, qu’en est-il de ces géants de Pierre enfouis sous terre ? L’ont-ils été dès le départ par les Rapanui (premières civilisations de l’île) ou bien le temps a t’il eu raison de ceux-ci ?

L'hypothèse la plus vraisemblable est qu'un raz de marée ancien a balayé l'île et sa civilisation ancienne, qui se perd dans la nuit des temps, et qui est là, sous nos pieds de touristes inconscients du trésor caché qui nous attend. Les statues n'ont pas été enterrées, mais le déluge a du transporter et amener tant de débris, de poussières et de terre que la civilisation a disparue comme effacée d'un seul coup. On pense ici au mythe de l'Atlantide et du continent de Mu dont les légendes refont surface avec cette découverte exceptionnelle.


statues-ile-de-paques_06-625x783.jpg

 

Source

 

Tag(s) : #Civilisations anciennes
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog