Lundi 2 mai 2011 1 02 /05 /Mai /2011 11:22
Les pierres de Rosette d'Okinawa, découverte de 1995
Dans les îles Jirokiu, o, peut trouver ce que l'on a appelé "Les pierres de rosette d'Okinawa", ce sont des tablettes en pierre gravées de signes étranges. Elles ressemblent de façon troublante à celles découvertes en Inde par Churchward et l'on est surpris de constater que beaucoup de vieilles femmes de cette région portent tatouées sur leur corps les mêmes signes que l'on retrouve sur les tablettes de pierre.
James Churchward

James Churchward (colonel) (1852 - 1936) était un écrivain britannique spécialisé dans les livres occultes. En 1926, il publie Mu, le continent perdu, dans lequel il affirme qu'un continent, Mu, est englouti dans l'océan Pacifique. L'ouvrage sera suivi de plusieurs autres sur le même thème.

Churchward affirmait qu'un prêtre indien l'avait instruit dans l'art de lire les textes de cette civilisation disparue (Les Naacals). Parlée et comprise par seulement trois Indiens en tout à l'époque, elle est une langue morte aujourd'hui. Au départ, le prêtre lui aurait parlé de tablettes, mais sans lui en montrer une. Churchward serait parvenu à l'amadouer et le prêtre lui aurait montré ces tablettes, écrites par les Naacals eux-mêmes. Toujours selon Churchward, les tablettes, incomplètes, faisaient partie d'un texte plus grand. Cependant, il affirmait qu'il avait des preuves de ce qu'il avançait et que d'autres informations étaient enfouies dans les archives des autres peuples anciens.

Selon Churchward, Mu s'étendait du nord des îles d'Hawaii jusqu'aux îles de Fidji et de Pâques. Il affirmait que Mu était le Jardin d'Éden, habité par 64 000 000 de Naacals. Cette civilisation aurait atteint son apogée 50 000 ans avant notre ère. Il affirmait également que leur technologie était plus sophistiquée que la nôtre au début du xxe siècle, et que les anciennes civilisations indiennebabylonnienneperseégyptienne et maya seraient bâties sur les restes de ces colonies d'alors.

Churchward a été inspiré à rechercher Mu par le mayaniste quelque peu fantaisiste Auguste LePlongeon, qui avait proposé l'existence dans l'Atlantique d'un continent englouti ainsi nommé qu'il identifiait à l'Atlantide. Il se basait sur une traduction erronée qu'il avait faite du Codex Troano.

Les écrits de Churchward tentent de dépeindre la civilisation de Mu, son histoire, ses habitants et son influence sur les civilisations à venir.

 

L'idée de continent originaire, berceau de toutes les grandes civilisations, spécialement celles qui ont bâties des pyramides (Egyptiens, Mayas, Mésopotamiens), a notamment été exprimée pour la première fois par l'archéologue et photographe Auguste Le Plongeon (1826-1908), américaind'origine française.

Charles Étienne Brasseur de Bourbourg (1814-1874), un ecclésiastique et historien français, a vers la même époque prétendu avoir découvert le nom de Mu dans les anciens codex Maya, dont l'écriture était encore demeurée indéchiffrée. Ses travaux d'historien sont maintenant jugés plutôt fantaisistes.


Si on a donné le nom de Mu à ce continent mythique, supposé se trouver quelque part au milieu du Pacifique, c'est qu'il s'agissait de trouver une alternative au nom de l'Atlantide, un autre continent supposément perdu, mais dans l'océan Atlantique cette fois.

pierre_de_rosette_du_pr._kimura-1.jpg


SomeCharacters


RyukyuPriestessGlyph

YonaguniStone
Yonaguni Rosetta Stone!

RosettaOkinawa

InvertStoneLight

ExplainingStone


GlyphHighlight


MuJapan

PartialCharacterSet

StoneGlyphClose

YonaguniComplex
Yonaguni Complex

RykyuYonaguni

RockWallGlyhph

QueenYonaguni
Queen Yonaguni

MCharacter

AUCharacters

ChCharacter
Par wikistrike.over-blog.com - Publié dans : Les anciennes écritures
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés