Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les promos (bidons) des hypermarchés marquent la rentrée….

Publié par wikistrike.com sur 21 Août 2012, 12:03pm

Catégories : #Economie

 

 

Les promos (bidons) des hypermarchés marquent la rentrée…


000.jpgPrix « chocs » ou prix « malins », promos spéciales, remboursement de la différence si le consommateur trouve moins cher ailleurs… Aujourd’hui, géants de la grande distribution, supermarchés et hypermarchés se battent à coups de promotions pour appâter la clientèle. Mais la magouille n’est jamais loin.

 

 

“Auchan vous rembourse 10 fois la différence sur 100 articles scolaires de marque ». 300 produits de rentrée étiquetés « garantie prix les plus bas »chez Carrefour… Impossible de passer à côté des gigantesques affiches sur fond rouge suspendues à l’entrée des supermarchés. Avec la rentrée scolaire qui approche, c’est le moment de sortir l’artillerie lourde, il faut convaincre le client. La bonne affaire n’est pas loin.

Les slogans coup de poing doivent marquer l’esprit des parents, notamment les plus modestes, qui s’apprêtent à recevoir entre 356,20 et 388,87 euros d’allocations de rentrée scolaire, soit une revalorisation de 25 % cette année. Il faut également, « tenter de contrer Leclerc, le leader des prix bas », a expliqué William Lefaivre – PDG de l’agence de marketing Cataline, spécialisée dans le comportement des consommateurs – au Parisien.

Au Carrefour Claye-Souilly (Seine-et-Marne), la propagande publicitaire a l’air de faire mouche : « Je pense que tous les enfants souhaitent démarrer l’année scolaire avec une trousse bien garnie, témoigne Sandrine. Et là c’est l’occasion de leur faire plaisir avec des produits de qualité et à moindre coût ».

140 000 euros d’amende

Dans cette guerre des prix, tous les coups sont permis. S’ils prétendant officiellement venir au secours du pouvoir d’achat des Français, c’est avant tout leur survie et leur chiffre d’affaires que les enseignes souhaitent protéger par le biais de ces opérations commerciales. Ainsi, face à ces promos spéciales, ces « +20% gratuits » et ces «garanties aux prix les plus bas», le consommateur en ressort-il gagnant à tous les coups ? A croire que non….

Alors que Carrefour promet de rembourser deux fois la différence au client s’il trouve moins cher ailleurs, Auchan voit plus loin et se dit prêt à payer dix fois la différence ! Mais en vérifiant de plus près ces offres promotionnelles, on s’aperçoit que la promesse est bien loin d’être tenue. Pire encore… comparé avec les prix pratiqués ailleurs.

  En effet, quand vous souhaitez obtenir la liste des articles de marque vendus aux prix les plus bas auprès d’une hôtesse de caisse centrale, vous obtenez une réponse identique, quelque soit le supermarché dans lequel vous vous rendez : « Tous les produits sont en rayon. Ils sont signalés par des étiquettes spéciales ». Voilà qui risque dans un premier temps d’en décourager plus d’un. Mais ce n’est pas tout. En lisant les conditions de remboursement, on comprend qu’un remboursement ne sera possible que si le produit en question a été acheté dans les deux supermarchés concernés (tout cela pour récupérer quelques centimes) et si le client apporte la preuve du prix attribué par le concurrent (ticket de caisse par exemple), lequel doit se situer dans un rayon maximal de 15 kilomètres. Rien que ça ! Autant dire que parvenir à être remboursé relève de l’exploit.

  Parmi les pratiques pas franchement honnêtes des hypermarchés, on peut également souligner celle de la vente en « format éco ». Par cette formule, les centres commerciaux vendent des produits en lots plus chers que si vous les achetiez à l’unité. C’est d’ailleurs pour avoir eu recours à de telles pratiques que trois hypermarchés Carrefour et deux Leclerc de Seine-et-Marne ont été condamnés à 140 000 euros d’amende en avril 2012.

  Et pour appâter la galerie, les supermarchés ne s’arrêtent pas là : produits discount introuvables, y compris le jour où la promo est censée démarrer parce qu’«il y aurait eu un retard dans l’approvisionnement », promotions déduites sur la carte de fidélité poussant nécessairement le consommateur à se réapprovisionner dans le même centre, etc.

  Ceux qui se voyaient acheter à prix cassés des cartables Lafuma, des trousses Poivre blanc et des agendas Titeuf pour leur enfants devront garder en mémoire cette adage : «Quand c’est flou, c’est qu’y a un loup». La grande distribution fait tout pour que les clients l’oublie.

Marianne2

Commenter cet article

Archives

Articles récents