Jeudi 5 janvier 2012 4 05 /01 /Jan /2012 19:38

 

Les « pyramides » de Bosnie-Herzégovine: une affaire de pseudo-archéologie dans le contexte bosnien (II)

pyramide-bosnie.jpg

Revenir à la première partie

3. Un contexte favorable

56Pourtant ce projet, qui n'a de scientifique qu'une apparence très limitée, a rencontré en Bosnie – du moins à ses débuts, l'euphorie étant progressivement retombée par la suite – un succès extraordinaire. C'est d'abord un succès dans l'opinion, facilité par la très grande mansuétude dont ont fait preuve les médias locaux pour Semir Osmanagić et ses théories. La presse locale, audiovisuelle comme écrite, a fait peu de place aux opinions sceptiques, et s'est illustrée par une reprise systématique et textuelle des communiqués de la Fondation. Les affirmations les plus osées de Semir Osmanagić sont présentées comme des vérités scientifiques, sans effort aucun de recoupement et de vérification. Lors des conférences de presse de la Fondation, les journalistes présents ne posent aucune question dérangeante81. Les seuls médias à avoir de temps en temps donné la parole aux opposants du projet sont l'hebdomadaire de SarajevoBHDani et, plus rarement, le quotidien Oslobođenje. Ce soutien global de la presse s'explique en partie par les relations personnelles de Semir Osmanagić au sein des milieux politiques et médiatiques – sa compagne travaille au sein de la FENA, l'agence de presse bosnienne, et son père, Muris Osmanagić, homme politique et ancien ministre de Yougoslavie, semble avoir gardé un réseau de relations étendu – mais pas seulement : la campagne de presse commencée par la Fondation au printemps 2006 n'a pu réussir que grâce au contexte particulier de la Bosnie d'après-guerre.

  • 81  Ainsi, une conférence de presse annonçant une validation des théories de Semir Osmanagić par le Dr(...)

A. Une opportunité touristique

57Dans ce pays qui est l'un des plus pauvres d'Europe (avant-dernier selon le PIB/hab), et qui peine à se reconstruire après un conflit meurtrier marqué par un retour à une barbarie inouïe depuis 1945 sur ce continent, le projet de Semir Osmanagić est apparu à beaucoup de Bosniens comme une chance, comme un juste retour de l'histoire. Une chance d'abord économique : l'occasion de susciter des flux touristiques plus importants dans un pays qui ambitionne de développer ce secteur, en s'appuyant sur la qualité de son patrimoine naturel et la richesse de son patrimoine historique. La ruée annoncée des touristes vers Visoko, et plus globalement vers la Bosnie tout entière, est un argument fréquemment avancé par Semir Osmanagić parmi les raisons de soutenir son projet ; il s'étend volontiers sur la comparaison avec l’Égypte, qui encaisserait chaque année 15 milliards de dollars de recettes touristiques grâce à ses pyramides, et pronostique un détournement vers la Bosnie d'une part appréciable de ces recettes dans le futur. Cet argument, d'autant plus fort que Semir Osmanagić est lui-même un homme d'affaires prospère, est facilement entendu, tant des hommes politiques (selon Haris Silajdžić, membre de la présidence collégiale de Bosnie-Herzégovine en 2006 : « Let them dig and we'll see what they find. Besides, it's good for business »82) que de la population locale : avec un taux de chômage dépassant les 40 %, les habitants de Visoko ont cru en un boom touristique fabuleux : les prix des terrains se sont envolés, beaucoup d'habitants se sont lancés dans de petites activités plus ou moins improvisées : buvettes, commerces de souvenirs, guides, gardiens de parking, la liste n’est pas exhaustive83. Six années après l'euphorie des débuts, les espoirs de décollage économique de Visoko ont semble-t-il été quelque peu déçus ; le nombre exact de touristes est difficile à estimer, les chiffres avancés par la Fondation (400 000 visiteurs par exemple pour 2006) semblant très fantaisistes ; l'office de tourisme cantonal n'a apparemment pas enregistré de hausse significative du nombre de nuitées sur le secteur, et les commerçants de Visoko se plaignent de retombées limitées, les touristes ne faisant généralement que passer sans séjourner sur place. Mais, malgré tout, le site des “pyramides” attire tant bien que mal un flux plus ou moins régulier de visiteurs (essentiellement des voyages organisés par quelques agences, dont TA Respect, agence officielle de la Fondation ; des voyages scolaires ; et plus occasionnellement des touristes indépendants) qui font vivoter quelques petits commerces. Malgré cette relative déception, Semir Osmanagić (parfois surnommé « Oncle Sam ») apparaît toujours comme l’incarnation du rêve américain, un expatrié ayant réussi, un entrepreneur à succès, et donc symbole d'espoir en un avenir meilleur.

  • 82  Harding (Anthony), art.cit.
  • 83  Foer (Joshua), « Love Triangles »,Outside online, 24 avril 2007 - http://outsideonline(...)

B. Le poids des nationalismes

58Un autre élément, plus important sans doute encore, du soutien populaire aux théories de Semir Osmanagić est probablement à chercher du côté de l'histoire récente du pays et du conflit des nationalismes. Là encore, le discours tant de Semir Osmanagić que de ses partisans est très ambivalent. Le projet est souvent présenté par eux comme un projet fédérateur, unificateur : les “pyramides” n'appartiennent à aucune nation, elles sont l'occasion pour tous les peuples constituant la Bosnie-Herzégovine de travailler ensemble pour un monde meilleur. Cependant, c'est dans la part bosniaque (musulmane) de la population de Bosnie-Herzégovine que le projet a rencontré le plus d'adhésion ; ainsi, une enquête réalisée auprès d'étudiants des communautés bosniaque et croate de Mostar84montre un lien très net entre appartenance à la communauté ethnique bosniaque et croyance en l'existence et en l'importance des “pyramides”. Celles-ci sont apparues souvent comme une revanche des Bosniaques sur l'histoire, quasiment comme une compensation aux souffrances de la guerre85. Cet aspect est particulièrement présent chez les Bosniaques de la diaspora, pour lesquels le traumatisme de l'exil s'ajoute à celui du conflit, et qui forment le gros des soutiens et relais du projet à l'étranger. Un mémoire de master de Lejla Tricic86développe abondamment ce thème, montrant comment « la fiction nationale des pyramides est créée pour surmonter la douleur et la souffrance, et pour guérir » (« pyramid fictional national narrative is created to overcome the pain and suffering, and to heal »).

  • 84  Marcus(Alexander), Fotini (Christia), « Walk Like an Egyptian : Identity Construction in Post-Con(...)
  • 85  Et peut-être aussi comme l’équivalent bosniaque de Medjugorje, le grand pèlerinage catholique d’He(...)
  • 86  Tricic (Lejla),Dispatches from the Bosnian Valley of the Kings or How Bosnians created a fictiona(...)
  • 87  Voir par exemple ce message de forum : http://ostraka.forum(...)
  • 88  Osmanagić(Semir), Bosanska piramida Sunca…(op.cit.), voir le chapitre I, « Anthropologie génétiq(...)
  • 89  Holtorf (Cornelius), « Meta-stories of archaeology », World Archaeology, 42 (3), 2010 - http://www(...)
  • 90 Voir en particulierKolstø (Pål), « Procjena uloge historijskih mitova u modernim društvima [Evalua(...)
  • 91  Harding (Anthony)et al., « Fictitious pasts : a danger for European archaeology ? », 14èmeconfér(...)

59Dans les faits, les adversaires du projet sont souvent assimilés à des traîtres ou des anti-musulmans ; s'il advient qu'ils soient croates (comme l'archéologue Zilka Kujundžić-Vejzagić) ou serbes (comme le ministre de la Culture Gavrilo Grahovac), leur appartenance ethnique est mise en avant pour expliquer leur opposition. L'auteur même du présent texte, bien que française, s'est vue accusée sur un forum par des partisans des “pyramides” d'être « une ancienne personnalité politique serbe » cherchant à « continuer la guerre contre les Musulmans de Bosnie » par d'autres moyens87. Semir Osmanagić lui-même, s'il n'a jamais officiellement présenté les “pyramides” comme “bosniaques” plutôt que “bosniennes”, ne fait pas mystère dans ses ouvrages de ses convictions : les Bosniaques actuels seraient les descendants d'un peuple pré-Illyrien88, bâtisseur des “pyramides”, et bénéficieraient donc d'une généalogie nettement plus prestigieuse que les Slaves, derniers arrivés dans la péninsule balkanique89. À ce titre, le projet des “pyramides” de Bosnie peut se rattacher aux diverses tentatives apparues dans les Balkans ces vingt dernières années d'ethnicisation de l'histoire et de l'archéologie (voir par exemple le recueil Historijski mitovi na Balkanu90 ou les Actes de la 14ème conférence annuelle de l’Association des Archéologues Européens à Malte en 200891) : une archéologie nationale fantasmatique, visant à faire de la Bosnie le « berceau de la civilisation européenne » (voire mondiale, la « pyramide du Soleil » étant « la mère de toutes les pyramides »), et à doter les Bosniaques d'aujourd'hui d'ancêtres prestigieux et d'une identité incomparablement plus ancienne que celle de leurs voisins et rivaux slaves.

C. La faiblesse des institutions

60À ces éléments qui peuvent permettre d'expliquer au moins partiellement le succès de l'entreprise de Semir Osmanagić en Bosnie, il faut ajouter un autre facteur favorable : la relative faiblesse des institutions issues des Accords de Dayton, et le contexte politique qu'elles entraînent. La structure hyper-fédérale de la Bosnie-Herzégovine (deux entités, dont une Fédération croato-bosniaque elle-même divisée en dix cantons dotés de pouvoirs décentralisés) explique en partie (en sus des relations politiques de son père) la facilité avec laquelle Semir Osmanagić a pu obtenir autorisations de fouilles et subventions. Les autorités fédérales (de la Fédération croato-bosniaque) ont offert au projet un soutien mitigé : de nombreux membres du gouvernement fédéral ont encouragé Semir Osmanagić, visité les fouilles de Visoko (particulièrement au début, au moment où l’euphorie suscitée par le projet était à son comble ; ces visites se sont ensuite quelque peu espacées au fur et à mesure que la presse se faisait moins présente sur le site). Mais la Fondation n'a pas réussi à obtenir du gouvernement fédéral le financement massif espéré, essentiellement du fait de l'opposition du ministre de la Culture et des Sports, Gavrilo Grahovac. Celui-ci, s'appuyant sur les avis sans appel rendus par diverses institutions (Commission pour la Protection des Monuments Nationaux92, Zemaljski Muzej de Sarajevo93, Conseil fédéral pour la Géologie94, Académie des Sciences et Arts de Bosnie-Herzégovine95), a très tôt exprimé une opinion négative sur le projet, et a réussi à limiter l'engagement financier fédéral. Mais cette position fédérale n'a pas empêché les collectivités locales (cantons de Zenica-Doboj et de Sarajevo, municipalité de Visoko) de financer la Fondation, soit directement, soit par l'intermédiaire d'investissements structurels (financement de la route menant aux “pyramides”).

  • 92  Voir http://irna.lautre.n, courrier de la Commission pour la Protection des Monuments Nationaux au(...)
  • 93  Voir http://irna.lautre.n, courrier du Zemaljski Muzej au ministre Grahovac, 25 avril 2007(...)
  • 94  http://irna.lautre.n, courrier du Conseil Fédéral pour la Géologie au ministre Grahovac, 20 avril(...)
  • 95  http://irna.lautre.n, courrier de l'Académie des Sciences et Arts de Bosnie-Herzégovine au ministr(...)
  • 96  http://irna.lautre.n, courrier du ministre Gavrilo Grahovac au gouvernement de la Fédération, 9 ma(...)
  • 97  Décisions de la Commission pour la Protection des Monuments Nationaux n°05.2-2-1047/03-12 du 15 ma(...)
  • 98  Center for Investigative ReportingBiH archeological treasure neglected through lack of will and(...)
  • 99  « Ignominies », Le site d'Irna, 12 août 2008 - http://irna.lautre.n(...)

61La même incohérence entre position fédérale et positions locales se retrouve en ce qui concerne les autorisations de fouilles. Au niveau fédéral, le ministre de la Culture considère que la Fondation n'offre pas les garanties scientifiques suffisantes pour pouvoir être considérée comme habilitée à procéder à des fouilles archéologiques96 ; pis, même, la Commission pour la Protection des Monuments nationaux estime que l'amateurisme du travail de la Fondation met en danger des sites archéologiques réels. C'est ce qui explique que Semir Osmanagić n'a jamais pu obtenir l'autorisation qu'il souhaitait de pratiquer des fouilles au sommet de Visočica, à proximité de la forteresse de Visoki classée Monument National ; et que les fouilles commencées en 2006 sur les pentes supérieures de la colline ont dû être abandonnées en 2007, suite à l'extension de la protection sur une zone beaucoup plus importante décidée par la Commission97. Par contre, ailleurs, en l'absence de monument classé, les autorisations de fouilles sont du ressort des autorités cantonales, qui les ont accordées année après année sur les collines de Plješevica et de Vratnica, malgré les mises en garde de la Commission et du ministre Grahovac, et l'absence de documentation scientifique sérieuse produite par la Fondation. À cela s'ajoutent fréquemment des rivalités entre échelons de décision différents, ainsi entre le Musée local de Visoko, qui a soutenu dans un premier temps Semir Osmanagić, et le Musée national de Sarajevo, dont les archéologues ont fermement condamné depuis le début ce qu'ils considéraient comme un projet pseudo-scientifique. Les dirigeants et spécialistes des deux musées, qui s'étaient déjà opposés par le passé autour du site d'Okolište98, et qui se sont heurtés à nouveau lors de la restauration de la forteresse de Visoki99, se sont affrontés à propos des “pyramides”, entraînant avec eux les autorités dont ils dépendent, les uns reprochant au musée local son absence de compétence scientifique, les autres reprochant aux autorités fédérales et aux spécialistes de Sarajevo une ingérence dans les affaires du canton et de la municipalité.

  • 100  Lettre ouverte de la communauté scientifique bosnienne à M. Christian Schwarz-Schilling, Haut Repr(...)
  • 101  Wallon(Emmanuel), « Portrait de l’artiste en témoin - Les guerres yougoslaves de la page à l’écra(...)
  • 102  Conseil de l'EuropeProgramme régional pour le patrimoine culturel et naturel du Sud-Est de l'Eur(...)
  • 103  Bačanović(Vuk), « Državne institucije podržavaju Osmanagićevu sektu » [Les institutions d'Etat sou(...)
  • 104  Sadiković (Mirna), « Sedam bh. institucija kulture pred zatvaranjem » [Sept institutions culturell(...)
  • 105  Arte, Vidéo : La Bibliothèque de Sarajevo, mai 2011 - http://www.arte.tv/f(...)

62L'extrême division des pouvoirs et des compétences en Bosnie-Herzégovine, l'absence d'une autorité de régulation dans le domaine de l'archéologie, ont donc permis à Semir Osmanagić de tirer profit des failles du système d'un pays qui n'est toujours pas signataire de la Convention de La Valette de 1992100 (Convention Européenne pour la Protection du Patrimoine Archéologique), et de bénéficier d'une tolérance, voire d'un encouragement, des autorités, qui seraient difficilement imaginables dans un autre pays d'Europe. Ce phénomène est d'autant plus dommageable, pour les archéologues et défenseurs du patrimoine bosnien, que ce dernier a fait l'objet d'un véritable culturocide pendant le conflit de 1992-1995101, avec la destruction systématique d'éléments patrimoniaux qui accompagnait la politique d'épuration ethnique. Si quelques-uns des éléments les plus emblématiques de ce patrimoine ont pu être sauvés et restaurés, voire, à l'instar du pont de Mostar, reconstruits, on ne compte plus les monuments disparus ou menacés de disparition à court terme, et dont le délabrement s'accentue d'année en année, par manque de moyens – et parfois aussi, il faut bien le dire, par manque de volonté politique, sous l'influence de la corruption ou de choix discutables de développement économique102. Que le projet pseudo-archéologique de Semir Osmanagić reçoive des financements publics, alors même que le Musée de Sarajevo a vu par deux fois le toit d'une de ses ailes s'effondrer103 sur les collections archéologiques par manque d'argent pour des réparations urgentes104, ou que les manuscrits survivants de l'incendie de la Bibliothèque de Sarajevo attendent toujours leur restauration dans une caserne désaffectée105, a bien de quoi scandaliser.

Conclusion

63L'aventure des “pyramides” de Bosnie, sous ses dehors parfois amusants de projet pseudo-archéologique à mettre au même niveau qu'une affaire de Rennes-le-Château ou une énième découverte de l'Atlantide, est également ainsi un révélateur de certains dysfonctionnements profonds de la société bosnienne : fractures nationales, inefficacité politique, pauvreté… auxquelles il faudrait ajouter les failles du système éducatif, la corruption, l’impuissance ou l’incompétence d’une partie des intellectuels. À la désespérance de la société bosnienne, les « pyramides » peuvent-elles offrir plus qu’une réponse illusoire ? Ne sont-elles pas qu’un faux-semblant, dont quelques possibles retombées positives ne compenseront pas les retombées négatives probables : fausse histoire nationale aux implications dangereuses, haine populaire appelée sur les scientifiques d'un pays qui peine déjà à conserver ses diplômés, négation ou détournement d'un patrimoine réel déjà menacé, diffusion massive du charlatanisme sous diverses formes. Que les “pyramides” de Bosnie, après six années de fouilles sans aucun résultat scientifique, continuent d'être visitées et financées par les autorités, et montrées aux enfants des écoles de Bosnie comme un élément de leur patrimoine, ne peut qu’interpeller et préoccuper, au-delà des scientifiques, tous les amoureux de ce magnifique pays.

Notes

1 Où se trouverait un mythique trésor templier.

2 Un des plus célèbres faux de l'histoire de l'archéologie, qui a donné lieu à de nombreuses controverses, y compris judiciaires, depuis 1924, et qui est un des thèmes favoris des pseudo-archéologues.

3 Stonehenge est bien sûr un site archéologique parfaitement légitime, mais il est un de ceux qui ont donné lieu au plus grand nombre d'interprétations farfelues, tant sur sa fonction que sur les méthodes de sa construction.

4 Cet impressionnant site pré-colombien de l'Illinois a, comme Stonehenge, fait l'objet de nombreuses interprétations discutables.

5 Cette formation rocheuse sous-marine au large de l'île japonaise de Yonaguni (archipel de Ryukyu) est souvent présentée par les pseudo-archéologues comme un « monument ».

6 Un cas qui aurait pu être quelque peu similaire est celui des “pyramides” de Montevecchia, là aussi des collines présentées par plusieurs auteurs italiens comme des pyramides préhistoriques, voir par exemple Di Gregorio (Vincenzo), Il mistero delle piramidi lombarde [Le mystère des pyramides lombardes], Fermento, 2009 ; mais aucun de ces auteurs n'a encore réussi à faire accepter ses idées par les autorités italiennes, ni à faire financer une campagne de fouilles.

7 Emrić (Amel), « Experts Find Evidence of Bosnia Pyramid », The Associated Press, jeudi 20 avril 2006 - http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/04/20/AR2006042001800.html 

8 Woodard (Colin), « The Mystery of Bosnia's Ancient Pyramids »,Smithsonian Magazine, décembre 2009 -http://www.smithsonianmag.com/history-archaeology/The-Mystery-of-Bosnias-Ancient-Pyramids.html?c=y&page=1 

9 Nukić (Nadija)Report on a geological survey of Visočica elevation in Visoko, Bosnia and Herzegovina, Sarajevo, novembre 2005 -http://www.bosnianpyramid.com/PDFS/egeoloskiVisočicaokt2005.pdf 

10 Osmanagić (Semir), Bosanska piramida Sunca : Otkriće prve evropske piramide [La pyramide bosnienne du Soleil : découverte de la première pyramide européenne], Sarajevo : Klepsidra, 2005 -http://www.alternativnahistorija.com/AH8main.htm 

11 Avant même le début des fouilles, un âge très avancé pour les « pyramides » est affirmé par Semir Osmanagić : plusieurs milliers d’années, voire, dans son ouvrage Bosanska Piramida Sunca de 2005, 12 000 ans.

12 Exclusive interview with Semir Osmanagić, BosnianPyramids.org -http://www.bosnianpyramids.org/index.php?id=6&lang=en 

13 Markey (Sean), « Pyramid in Bosnia - Huge Hoax or Colossal Find ? »,National Geographic News, 12 mai 2006 -http://news.nationalgeographic.com/news/2006/05/pyramid-bosnia-1.html 

14 Voir le site de la Fondation créée par Semir Osmanagić :http://piramidasunca.ba/ 

15 Rose (Mark), « The Bosnia-Atlantis Connection », Archaeology Online, 27 avril 2006 -http://www.archaeology.org/online/features/Osmanagić/index.html 

16 Harding (Anthony), « That Bosnian pyramid ! », The European Archaeologist,(25), été 2006 - http://www.e-a-a.org/TEA25.pdf 

17 Site personnel de Semir Osmanagić, où ses livres sont disponibles en ligne : http://www.alternativnahistorija.com/ 

18 Courrier de Grace Fegan,http://allaboutbosnianpyram.blogger.ba/arhiva/2006/05/09#241665 

19 Bačanović (Vuk), « U potrazi za izgubljenim izvještajima [A la recherche des rapports perdus] », BH Dani, (552), 11 janvier 2008 –http://www.bhdani.com/default.asp?kat=txt&broj_id=552&tekst_rb=12 . Traduction disponible ici : http://irna.lautre.net/A-la-recherche-des-rapports-perdus.html 

20 Harding (Anthony), « The great Bosnian pyramid scheme », British Archaeology, (92), janvier-février 2007 -http://www.britarch.ac.uk/ba/ba92/feat3.shtml 

21 Cité dans Rose (Mark), art.cit..

22 « Bosnian pyramids » : A pseudoarchaeological myth and a threat to the existing cultural and historical heritage of Bosnia-Herzegovina, lettre au Directeur général de l'UNESCO Koichiro Matsuura, 12 juin 2006 -http://www.archaeology.org/online/features/Osmanagić/UNESCO.pdf 

23 Vrabac (Sejfudin),et al.Izvještaj o geološkim istraživanjima Visočice kod Visokog [Rapport sur la géologie de Visočica près de Visoko], Rudarsko-geološko-građevinski Fakultet Univerziteta u Tuzli, 17 avril 2006 -http://irna.lautre.net/IMG/pdf/Output-2.pdf 

24 Bačanović (Vuk), art.cit.

25 Paul Heinrich's geological postings on the « Bosnian Pyramid » sur le forum de discussion « Hall of Maat » -http://www.hallofmaat.com/modules.php?name=Articles&file=article&sid=103 

26 Schoch (Robert M.), « The Bosnian Pyramid Phenomenon », The New Archaeology Review, 1 (8), septembre 2006 -http://www.robertschoch.net/Bosnian%20Geology%20Robert%20Schoch%20%20Pyramids%20Colette%20Dowell.htm 

27 Osmanagić (Semir)op.cit.

28 « MRAV » : Međunarodna Radna Akcija Volontera [Chantier international de volontaires]

29 Par exemple le forum de David Icke :http://forum.davidicke.com/index.php 

30 La Fondation a d'ailleurs fréquemment tendance à enjoliver le CV des participants aux fouilles ; par exemple, un jeune Italien titulaire d'une licence en archéologie est régulièrement présenté comme « le Docteur X, archéologue » ; il est vrai que le titre de « Dottore » est beaucoup plus largement attribué en Italie que dans les autres pays d'Europe.

31 http://www.bosnic.com/ 

32 Un exemple : « Mekki Torabi posjetio bosanske piramide [Mekki Torabi a visité les pyramides de Bosnie] », Metro Portal, 9 novembre 2010 –http://metro-portal.hr/mekki-torabi-posjetio-bosanske-piramide/50966 . Mekki Torabi est un guérisseur marocain.

33 « Semir Osmanagić a Damanhur [Semir Osmanagić à Damanhur] », La Voce del Canavese, 16 avril 2007 -http://www.damanhur.info/attachments/1628_mag000450001.pdf 

34 Voir « De la transparence et de l'intégrité scientifique », Le site d'Irna, 11 octobre 2008 - http://irna.lautre.net/De-la-transparence-et-de-l.html 

35 Bačanović (Vuk), « Osmanagić je otjerao stručnjake iz projekta » [Osmanagić a chassé les scientifiques du projet], BH Dani, (546), 30 novembre 2007 - http://www.bhdani.com/default.asp?kat=txt&broj_id=546&tekst_rb=25 

36 Voir par exemple cette explication fournie par un volontaire sur le forum de David Icke : http://forum.davidicke.com/showpost.php?p=1060063674&postcount=65 

37  Page consacrée à Okolište sur le site du Deutsche Archäologische Institut http://www.dainst.org/de/node/24076?ft=all 

38 Anđelić (Pavao)Visoko i okolina kroz historiju [Visoko et ses environs à travers l'histoire], Visoko, 1984

39 Old Visoki fort, the historic site, sur le site de la Commission pour la Protection des Monuments Nationaux : http://www.kons.gov.ba/main.php?id_struct=50&lang=4&action=view&id=2409 

40 Osmanagić (Semir)Otvoreno pismo prof. Enveru Imamoviću [Lettre ouverte au professeur Enver Imamović], 8 mai 2006 -http://www.piramidasunca.ba/ba/index.php/20060508233/index.php?option=com_content&view=article&id=233:semir-Osmanagić-otvoreno-pismo-prof-enveru-imamovicu-koji-u-niz-navrata-uporno-iznosi-neistine-o-p&catid=1:najnovije&Itemid=126 

41 Voir « La forteresse qui n'existait pas », Le site d'Irna, 21 juillet 2008 :http://irna.lautre.net/La-forteresse-qui-n-existait-pas.html 

42 Voir en particulier Bešlagić (Šefik)Stećci, kultura i umjetnost [Stećci, culture et art], Sarajevo, 1979.

43 Bačanović (Vuk), « Osmanagić je otjerao stručnjake iz projekta » (art.cit.).

44 Djurdjevic (Nenad)In the name of the Sun, and the Moon, and the Stars, 25 octobre 2009 - http://www.bosnian-pyramid.com/journal/2009/10/25/in-the-name-of-the-sun-and-the-moon-and-the-stars.html 

45 Vrbančić (Davorin)Bosanske piramide na stećcima [Les pyramides de Bosnie sur les stećci], 27 février 2008 -http://www.piramidasunca.ba/ba/index.php?option=com_content&view=article&id=1640:bosanske-piramide-na-steima&catid=1:najnovije&Itemid=126 

46 Bohannon (John), « Mad About Pyramids », Science, 313, 22 septembre 2006 - http://www.johnbohannon.org/NewFiles/bosnia.pdf 

47 Djurdjevic (Nenad)Archaeologists Unearth Votive Pyramid in Visoko! , 29 septembre 2008 -http://bpblognews.blogspot.com/2008/09/archaeologists-unearth-votive-pyramid.html  

48 Voir le communiqué de presse de l'Université de Kiel où l'artefact est actuellement en cours d'étude : http://www.uni-kiel.de/aktuell/pm/2008/2008-093-tonobjekt.shtml 

49 Voir « Le bout du tunnel ? », Le site d'Irna, 16 août 2011 -http://irna.lautre.net/Le-bout-du-tunnel.html 

50 Osmanagić (Semir) et al.Projekt istraživanja i konzervacije Starog grada Visoki [Projet de recherche et conservation de la Vieille Ville de Visoko], Sarajevo, avril 2007 - http://piramidasunca.ba/en/index.php?option=com_content&task=view&id=747&Itemid=26 

51 L'expression a été utilisée pour la première fois par le géologue américain Paul Heinrich dans ce post : http://www.hallofmaat.com/read.php?1,405378,405510,sv=1#msg-405510 

52 Schoch (Robert M.), « Politics, Money and Science », Atlantis Rising, (85), janvier 2011 -http://www.innoventek.com/PoliticsMoneyAndScience_AtlantisRisingNbr85Jan2011.pdf 

53 Osmanagić (Semir) et al.Izvještaj o Programu istraživanja Fondacije AP BPS za 2006. godinu [Rapport sur le programme de fouilles de la Fondation AP BPS pour l'année 2006], Sarajevo, février 2007 -http://www.piramidasunca.ba/ba/index.php?option=com_content&view=article&id=651:izvjetaj-o-programu-istraivanja-za-2006-godinu&catid=23:izvjetaji&Itemid=61 

54 Osmanagić (Semir)Netehnološka Civilizacija Maja naspram Modernih tehnoloških Civilizacija [La civilisation non technologique des Mayas par rapport aux civilisations technologiques modernes], thèse de sociologie soutenue auprès de la Faculté des Sciences Politiques de l'Université de Sarajevo, mai 2009 - http://www.semirOsmanagić.com/ba/Maje_-_doktorska_disertacija_jun_2009.doc 

55 http://piramidasunca.ba/bs/aktuelnosti/icbp/icbp-2011/itemlist/category/14-icbp-2008.html 

56 http://piramidasunca.ba/bs/aktuelnosti/icbp/icbp-2011 

57 Program of the First International Scientific Conference Bosnian Valley of the Pyramids, Sarajevo, 25 au 30 août 2008 -http://www.bosnianpyramid.com/PDFS/ICBP%20-%20Program%20July%2016th%202008.pdf 

58 La « hiérolinguistique » est la « science des langues sacrées ». Toutefois, la seule mention de cette science sur Internet apparaît sur des pages de M. Stekel, ou consacrées à cet auteur…

59 Barakat (Aly A.)Geological and Geo-archaeological Observations on the Bosnian Pyramids in Visoko, Le Caire, juin 2006 -http://www.piramidasunca.ba/en/en/news/1004-the-geological-and-geo-archaeological-observations-on-the-bosnian-pyramids-in-visoko.html 

60 Swelim (Nabil), The Pyramid Hills : Visočica and Plješevica Hrašće – Observations, and Analyses, septembre 2007 -http://www.nabilswelim.com/downloads/Pyr_Hills.pdf.pdf 

61 Swelim (Nabil)Visočica on the balance, 2010 -http://www.nabilswelim.com/downloads/vic_10.pdf 

62 Swelim (Nabil)Originalno pismo dr. Nabila Swelima dr. Blagoju Govedarici [Lettre originale du Dr. Nabil Swelim au Dr. Blagoje Govedarica], 7 mai 2009 - http://www.piramidasunca.ba/ba/index.php?option=com_content&view=article&id=2321:swelim-govedarici-vi-ste-arogantni-i-nemate-nauih-kvalifikacija-da-govorite-o-piramidama&catid=1:najnovije&Itemid=126 

63 Nikolić (Domagoj), Razgovori s piramidom [Discussions avec une pyramide], 6 septembre 2011 - http://piramidasunca.ba/bs/iz-mog-ugla/item/83-razgovori-s-piramidom.html 

64 http://www.salviamoci2012.it/ 

65 http://www.sbresearchgroup.eu/ 

66 Robins (Don)Circles of Silence, Souvenir Press, 1985.

67 Fil de discussion Piramidi in Europa sur le forum archéologique Ostraka,http://ostraka.forumfree.it/?t=53186252  

68 Pruitt (Tera C.), Authority and Archaeology: An Analysis of the Role of Authority in the Production of Archaeological Accounts of the Past (titre provisoire), thèse de doctorat de l'Université de Cambridge, à paraître.

69 Italijanski Institut potvrðuje postojanje vještačkog betona na Bosanskoj Piramidi Sunca [Un Institut italien confirme l'existence de béton artificiel sur la Pyramide bosnienne du Soleil], 21 décembre 2009 -http://www.piramidasunca.ba/ba/index.php?option=com_content&view=article&id=2594:italijanski-institut-potvrje-postojanje-vjetaog-betona-na-bosanskoj-piramidi-sunca&catid=1:najnovije&Itemid=126 

70 Građevinski institut TuzlaPreliminarni rezultati ispitivanja uzoraka materijala uzetih sa Piramide Sunca i Piramide mjeseca [Résultats préliminaires de l'examen d'échantillons de matériaux prélevés sur la Pyramide du Soleil et la Pyramide de la Lune], 12 janvier 2007 -http://piramidasunca.ba/bs/projekat/Izvještaji/179-preliminarni-rezultati-ispitivanja-uzoraka-materijala-uzetih-sa-piramide-sunca-i-piramide-mjeseca-2.html 

71 Pašić (Muhamed)Rezultati ispitivanja uzoraka Bosanske piramide Sunca [Résultats de l'examen d'échantillons de la Pyramide bosnienne du Soleil], 26 janvier 2009 -http://www.piramidasunca.ba/ba/index.php/200901262159/index.php?option=com_content&view=article&id=2159:analiza-betonskog-materijala-s-piramida&catid=1:najnovije&Itemid=126 

72 « Tunnels, bois fossile et carbone 14 », Le site d'Irna, 21 septembre 2008 - http://irna.lautre.net/Tunnels-bois-fossile-et-carbone-14.html 

73 Le « culte du cargo », ou « cargo cult », renvoie à des comportements développés dans les sociétés pré-industrielles du Pacifique durant et après la deuxième guerre mondiale, reposant sur des pratiques de mimétisme ; le physicien Richard Feynman a repris l'expression de « Cargo Cult Science » pour désigner toutes les variantes de science approximative et de pseudoscience.

74 Coppens (Philip), « The New Pyramid Age - Unearthing Europe’s Oldest Pyramid Complex », Nexus Magazine, 17 (1), décembre 2008-janvier 2009 -http://www.philipcoppens.com/nap_art4.html 

75 Osmanagić (Semir), « How did “Pharaoh” Dr. Zahi Hawass try to stop Bosnian Pyramids project », The New Era Times, mars 2011 -http://www.tnetimes.com/article/244-verge-fall-dictator-among-egyptologists-zahi-hawass-edgar-cayce-pyramid-sphinx-bosnia-semir-dr-sam-Osmanagić-Osmanagićh-corruption-egypt-mubarak-antiquities-regime-suzanne-national-geographic-history-channel-bouval-hancock/ 

76 Osmanagić (Semir)Od masona do mentalnih projekcija [Des francs maçons aux projections mentales], non publié – Disponible en ligne sur le site de l'auteur : http://www.alternativnahistorija.com/AH1.htm 

77 Bohannon (John), art.cit.

78 Par exemple le fait que la longueur des arêtes de Visočica serait de 365 mètres exactement, fait auquel on donne une signification astronomique :Lazović (T.), « Sjeverna strana piramide Sunca je jednakostranični trougao [La face Nord de la pyramide du Soleil est un triangle équilatéral]»,Dnevni Avaz, 17 avril 2006

79 Exemple : le « Polycontrast Interference Photography » de Harry Oldfield, voir « Vérifications pseudo-scientifiques », Le site d'Irna, 2 mai 2007 -http://irna.lautre.net/Verifications-pseudo-scientifiques.html 

80 Ce parc d'attraction, consacré aux mystères archéologiques et aux extraterrestres, et fondé par l'écrivain von Däniken en Suisse, a fermé ses portes en novembre 2006.

81 Ainsi, une conférence de presse annonçant une validation des théories de Semir Osmanagić par le Dr Swelim et ses collègues égyptiens dès le lendemain de leur arrivée à Sarajevo en septembre 2007 ne donne lieu qu'à une seule question des journalistes présents, portant sur la durée du séjour des scientifiques égyptiens.

82 Harding (Anthony), art.cit.

83 Foer (Joshua), « Love Triangles », Outside online, 24 avril 2007 -http://outsideonline.com/outside/destinations/200705/bosnia-herzegovina-1.html 

84 Marcus (Alexander), Fotini (Christia), « Walk Like an Egyptian : Identity Construction in Post-Conflict Bosnia-Herzegovina », Comparative Politics (à paraître).

85 Et peut-être aussi comme l’équivalent bosniaque de Medjugorje, le grand pèlerinage catholique d’Herzégovine, qui attire bon an mal an deux millions de pèlerins dans cette petite ville ?

86 Tricic (Lejla)Dispatches from the Bosnian Valley of the Kings or How Bosnians created a fictionalized national History, thèse de Master, California State University, Fresno, décembre 2007 -http://ecollections.lib.csufresno.edu/specialcollections/document.php?CISOROOT=/thes&CISOPTR=19840&CISOSHOW=19713 

87 Voir par exemple ce message de forum : http://ostraka.forumfree.it/?t=53186252&st=30#entry453062181  

88 Osmanagić (Semir), Bosanska piramida Sunca… (op.cit.), voir le chapitre I, « Anthropologie génétique ».

89 Holtorf (Cornelius), « Meta-stories of archaeology », World Archaeology, 42 (3), 2010 -http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/00438243.2010.497382 

90Voir en particulier Kolstø (Pål), « Procjena uloge historijskih mitova u modernim društvima [Evaluation du rôle des mythes historiques dans les sociétés modernes] », in Historijski mitovi na Balkanu, Sarajevo : Institut za Istoriju, 2003 -http://www.iis.unsa.ba/izdavacka_djelatnost/posebna_izdanja/mitovi/mitovi.html 

91 Harding (Anthony) et al., « Fictitious pasts : a danger for European archaeology ? », 14ème conférence annuelle de l’Association des Archéologues Européens, Malte, 2008 - http://events.um.edu.mt/eaa2008/harding.pdf 

92 Voir http://irna.lautre.net/Ce-que-les-institutions,107.html , courrier de la Commission pour la Protection des Monuments Nationaux au ministre Grahovac, 17 avril 2007

93 Voir http://irna.lautre.net/Ce-que-les-institutions.html , courrier du Zemaljski Muzej au ministre Grahovac, 25 avril 2007

94 http://irna.lautre.net/Ce-que-les-institutions.html , courrier du Conseil Fédéral pour la Géologie au ministre Grahovac, 20 avril 2007

95 http://irna.lautre.net/Ce-que-les-institutions.html , courrier de l'Académie des Sciences et Arts de Bosnie-Herzégovine au ministre Grahovac, 23 avril 2007

96 http://irna.lautre.net/Ce-que-les-institutions,107.html , courrier du ministre Gavrilo Grahovac au gouvernement de la Fédération, 9 mai 2007

97 Décisions de la Commission pour la Protection des Monuments Nationaux n°05.2-2-1047/03-12 du 15 mars 2006, et n°05.1-02-106/09-2 du 10 mars 2009 - http://www.kons.gov.ba/main.php?id_struct=50&lang=1&action=view&id=2409 

98 Center for Investigative ReportingBiH archeological treasure neglected through lack of will and leadership, publication en ligne du CIN (Centar za istraživačko novinarstvo), Sarajevo, 2004 -http://www.cin.ba/Stories/P2_Culture/?cid=400,1,1 

99 « Ignominies », Le site d'Irna, 12 août 2008 -http://irna.lautre.net/Ignominies.html 

100 Lettre ouverte de la communauté scientifique bosnienne à M. Christian Schwarz-Schilling, Haut Représentant de l’ONU en Bosnie-Herzégovine, Sarajevo, 14 mars 2007 - http://irna.lautre.net/IMG/pdf/lettre_schwarz01.pdf et version anglaise : http://irna.lautre.net/IMG/pdf/letter-ohr-final02.pdf 

101 Wallon (Emmanuel), « Portrait de l’artiste en témoin - Les guerres yougoslaves de la page à l’écran », in Lescot (David), Véray (Laurent), éds.,  Les mises en scène de la guerre au XXe siècle, Théâtre et cinémaParis : Nouveau Monde, 2011 - http://e.wallon.free.fr/IMG/pdf/Artiste-temoin.pdf 

102 Conseil de l'EuropeProgramme régional pour le patrimoine culturel et naturel du Sud-Est de l'Europe : Bosnie-Herzégovine, 2010 -http://www.coe.int/t/dg4/cultureheritage/cooperation/see/countries/bosnia_FR.asp ?

103 Bačanović(Vuk), « Državne institucije podržavaju Osmanagićevu sektu » [Les institutions d'Etat soutiennent la secte d'Osmanagić], interview publiée dans BH Dani, (496), 15 décembre 2006 -http://www.bhdani.com/default.asp?kat=txt&broj_id=496&tekst_rb=19 

104 Sadiković (Mirna), « Sedam bh. institucija kulture pred zatvaranjem » [Sept institutions culturelles bosniennes menacées de fermeture], Tuzlanski Info Portal, 1 juillet 2011 - http://www.tip.ba/2011/07/01/sedam-bh-institucija-kulture-pred-zatvaranjem/ 

105 Arte, Vidéo : La Bibliothèque de Sarajevo, mai 2011 -http://www.arte.tv/fr/2151166,CmC=2946150.html 

Pour citer cet article

Référence électronique

Irna* , « Les « pyramides » de Bosnie-Herzégovine: une affaire de pseudo-archéologie dans le contexte bosnien », Balkanologie , Vol. XIII, n° 1-2 | décembre 2011 , [En ligne], mis en ligne le 20 décembre 2011. URL : http://balkanologie.revues.org/index2298.html. Consulté le 05 janvier 2012.

Auteur

Irna*

 

Droits

© Tous droits réservés

 

Source: Balkanologie

 

 

Par wikistrike.com - Publié dans : archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés