Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les ravages de la pêche en eaux profondes

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 19 Mai 2011, 10:36am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

telechargement--2-.jpgLes ravages de la pêche en eaux profondes



La pêche se pratique de plus en plus dans les profondeurs des océans. Des ONG et des scientifiques dénoncent ses effets destructeurs et son manque de rentabilité économique.

Grenadier, Sabre noir, Lingue bleue, Empereur... Ces poissons des profondeurs, hier encore inconnus des consommateurs, sont devenus courants dans les poissonneries. Ce n'est que depuis la fin des années 80 qu'ils sont capturés en Europe, à des profondeurs comprises entre 500 et 1500 mètres. 

Pour les professionnels de la pêche, ces poissons représentent une nouvelle ressource, susceptible de pallier la diminution des stocks observée depuis plusieurs décennies dans les zones de pêche plus conventionnelles. Mais pour les ONG de protection de la nature, la pêche en eaux profondes constitue surtout une menace pour les écosystèmes des fonds marins. Dans un rapport publié récemment, l'association Bloom, spécialisée dans le milieu marin, montre que cette pêche est également difficile à justifier d'un point de vue économique. 


telechargement--1-.jpgL'Empereur (Hoplostethus atlanticus) est pêché entre 400 et 1500 mètres de profondeur. Très prisé des consommateurs, il est aujourd'hui menacé par la surpêche.

Ce qui suscite l'inquiétude des associations environnementales, et de bon nombre de scientifiques, c'est la vulnérabilité des espèces ciblées par la pêche en eaux profondes. Les poissons des profondeurs ont souvent un développement lent, et n'atteignent leur maturité sexuelle qu'après plusieurs années de croissance : il faut par conséquent de nombreuses années pour que leurs stocks se reconstituent après une surexploitation. 
La technique la plus souvent utilisée pour les capturer, le chalutage, est elle aussi décriée. D'une part, parce qu'elle s'accompagne de nombreuses prises accessoires ; d'autre part, parce qu'elle entraîne la destruction des fonds marins, qui abritent des écosystèmes riches en biodiversité, comme les récifs de coraux. 

En Europe, la pêche en eaux profondes est principalement pratiquée dans l'Atlantique Nord-Est, par trois pays : l'Espagne, la France et le Portugal, qui ensemble sont responsables de près de 90% des prises. En France, seule une dizaine de bateaux sont spécialisés dans ce type de pêche. Relativement marginale économiquement, cette pêche est pourtant lourdement subventionnée par la France et par l’Union Européenne, comme le montre le rapport de Bloom, intitulé « Le profil écologique et socio-économique des pêches profondes ». En France, les deux principales flottes pratiquant la pêche au chalut de fond auraient touché chacune plusieurs millions d’euros de subventions publiques au cours de ces dernières années, d’après les calculs de l’association. Sa présidente, Claire Nouvian, juge « éthiquement problématique que ces subventions soutiennent une pêche qui anéantit des écosystèmes et des espèces vulnérables ».

Sous la pression des chercheurs et des associations, l’Assemblée générale de l’ONU a déjà plusieurs fois débattu de la nécessité de limiter la pêche en eaux profondes. En septembre prochain, de nouvelles négociations débuteront, qui pourraient permettre de mieux encadrer cette activité.

Archives

Articles récents