Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les recommandations officielles conduisent-elles au diabète et au surpoids ?

Publié par wikistrike.com sur 10 Avril 2013, 15:13pm

Catégories : #Santé - psychologie

Les recommandations officielles conduisent-elles au diabète et au surpoids ?


 

 

m_pnns.jpgDepuis 12 ans, les pouvoirs publics encouragent à manger plus de féculents. Pour quels bénéfices ? 

Cela fait douze ans en France que la parole nutritionnelle divine descend sur nous sous la forme des préceptes alimentaires du Programme national nutrition santé (PNNS). Déjà 10 ans, et on n'est toujours pas au bout : il y a eu un PNNS 1, un PNNS 2 et un PNNS 3. 

Mais si les chiffres changent, au moins on n'est pas dépaysé. Depuis 10 ans, ce sont les mêmes slogans. Mangez moins gras. Mangez des féculents à chaque repas. Mangez des laitages à chaque repas. 

Que valent ces recommandations ? Par essence, elles se veulent incontestables. L'objectif du PNNS est en effet de « proposer des recommandations fiables et scientifiquement validées, pour aider la population et les professionnels du secteur à décrypter les informations parfois contradictoires que l'on entend tous les jours sur la nutrition. » 

En bons iconoclastes, nous avons déjà eu, à LaNutrition.fr le loisir de torpiller certaines de ces recommandations. Soyons honnêtes, il y a de bonnes choses dans le PNNS : la réduction des sucres, l'accent mis sur les fruits et légumes. Mais si l'on en est à dépenser des dizaines de millions d'euros pour expliquer aux Français ce que leur mère leur a toujours dit, à savoir qu'ils doivent manger des fruits et des légumes, moins de sucre et de sel, qu'attend le gouvernement pour financer des campagnes nous sur la nécessité de boire chaque jour, se brosser les dents, se laver, s'habiller chaudement en hiver et moins chaudement en été, traverser au feu vert, appuyer sur la pédale de frein pour s'arrêter, se moucher quand le nez coule, prendre un parapluie en cas de pluie, ne pas circuler sur l'autoroute à contre-sens ou souffler sur la soupe quand elle est trop chaude ? 

Les avis les plus douteux du PNNS ont cette caractéristique de se situer à la croisée des intérêts de l'industrie agroalimentaire - qui par parenthèse a été associée à l'élaboration de ce programme. 

Prenez les féculents, une gloire de la production agricole et de l'industrie agro-alimentaire. Pour le PNNS, évidemment, on n'en mange pas assez. Selon le PNNS, en effet, les féculents « nous apportent ce qu'on appelle des « glucides complexes » qui contrairement aux glucides simples des aliments sucrés (sucre, boissons sucrées, confiseries, pâtisseries, desserts lactés, etc.) fournissent une énergie que le corps est capable d'utiliser progressivement. » 

Le premier étudiant en diététique venu peut vérifier lui-même (pour peu qu'il le veuille) que c'est un mensonge. La majorité des féculents sont digérés rapidement. Ils ont, comme on le dit en nutrition, un « index glycémique (IG) élevé ». C'est vrai pour la plupart des pains proposés à la vente, la majorité des céréales du petit déjeuner, la plupart des plats de pommes de terre, le riz blanc... Même le pain complet, s'il est à base de blé et de levure, a un IG élevé. 

A la question délicate de savoir si les féculents font grossir, le PNNS répond : « Non, contrairement à ce qu'on pense souvent, les féculents ne font pas grossir. C'est par contre ce qu'on a l'habitude de mettre avec qui enrichit considérablement les plats. D'ailleurs, les féculents sont une bonne manière d'éviter la prise de poids, puisqu'ils permettent de tenir entre les repas et évitent ainsi le grignotage à tout moment de la journée. » Là aussi, on peut voir le nez du PNNS s'allonger. Il ne fait aucun doute que les régimes riches en féculents, tels que rêvés par le PNNS, font grossir, tout simplement parce que le corps sait convertir de manière très efficace en graisses les glucides qu'ils apportent. A la manœuvre, une hormone sécrétée par le pancréas pour permettre aux cellules d'utiliser cette énergie disponible. 

Récemment, plusieurs équipes de chercheurs ont montré que ces aliments - et l'insuline qu'ils stimulent - sont aussi à l'origine d'une épidémie de stéatose hépatique, c'est-à-dire une épidémie de foie gras. Le processus est exactement similaire, toutes proportions gardées, à celui qui permet la fabrication du foie gras par gavage de maïs grain et de maïs doux. Près de la moitié de la population américaine souffrirait de stéatose hépatique 

Deux petites études récentes ont testé sur cette épidémie de foie gras les effets de modèles alimentaires diamétralement opposés aux recommandations officielles. 

L'une des études réduisait les glucides, entendez les féculents. Dans l'autre étude, les chercheurs ont évalué un régime de type Paléo, qui exclut par définition deux familles d'aliments conseillés par le PNNS : les féculents et les laitages. 

Ces deux petites études nous disent qu'un régime pauvre en féculents est un moyen simple et efficace d'inverser le cours de cette nouvelle épidémie puisque dans les deux cas la teneur en graisses du foie est divisée peu ou prou par deux. 

Et maintenant, la question à plusieurs milliards d'euros : les recommandations officielles sur les féculents et les céréales ne font-elles pas le lit du surpoids et du diabète ? Beaucoup de chercheurs répondent par l'affirmative. Selon David Ludwig, de l'hôpital pour enfants de Boston, l'un des meilleurs connaisseurs des glucides, les recommandations nutritionnelles visant à se détourner des corps gras ont conduit les gens à consommer plus de glucides et de féculents avec pour conséquences une augmentation de l'adiposité, jusque dans le foie. 

Lire : Les glucides, pas les graisses, responsables du surpoids 

Certes, ces recommandations officielles ne sont pas nécessairement suivies au pied de la lettre. Mais elles orientent la communication des industriels et la perception favorable qu'en a le public. Les produits céréaliers, même transformés et affectés d'un index glycémique épouvantable sont présentés par les fabricants comme « bons pour la santé ». Le label « céréales complètes » revêt même un caractère quasi-magique, alors que l'intérêt nutritionnel de ces aliments industriels est le plus souvent minime, quand il n'est pas nul. 

Lire : Les céréales complètes sont-elles meilleures que les céréales raffinées ? 

Peut-être sera-t-il tenu compte de ces données dans le PNNS 20 ou 21 ? En attendant, continuez de rester à l'écoute de la voix non officielle de la nutrition.

Source: La Nutrition

Commenter cet article

Nano 10/04/2013 18:23


Je confirme j ai decouvert "4 groupes sanguin 4 regime different"LE LIVRE


impressionnant pour ma part groupe O en surpoid plutot sportif(a rien y comprendre! puis j ai supprimer les gluten (pain ble etc) et laitage  bah je perd du poid sans etre au regime
,digestion facile, meilleur santé etc . quand on y pense agroalimentaire ce fait du fric puis vous etes plus facilement malade ensuite big pharma prend le relais puis vous crever d un cancer en
debut de retraite pour une vie a cotiser! oui nous sommes des esclaves avec l illusion d etre en liberté ce qui nous rends plus productif!

Laurent Franssen 10/04/2013 17:22


Le probleme des " conseils " normalises , c est bien qu'il le sont.

La nore , n existe que sur le papier ou elle est ecrite et ne s applique qu a un nombre infimes de cas particuliers comparer aux disparites qui compose un groupe humains +- consequent. 

Archives

Articles récents