Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les véritables raisons pour lesquelles l'Allemagne demande aux Etats-Unis la restitution de son or

Publié par wikistrike.com sur 31 Janvier 2013, 07:38am

Catégories : #Economie

Les véritables raisons pour lesquelles l'Allemagne demande aux Etats-Unis la restitution de son or


 

5172661_7718626-copie-1.jpgTraduit par JFG-QuestionsCritiques

Les Allemands demandent aux Etats-Unis qu’ils lui rendent la totalité des 374 tonnes d’or détenues par la Banque de France et 300 tonnes sur les 1500 tonnes de lingots détenues par la Banque de Réserve Fédérale de New York.

Certains disent que l’Allemagne demande le rapatriement de son or uniquement à cause de pressions politiques intérieures, et qu’aucun autre pays ne fera de même. Mais le co-directeur général de Pimco, [Mohammed] El Erian, déclare :

En premier lieu, cela pourrait traduire des pressions sur d’autres pays pour qu’ils rapatrient également une partie de leurs avoirs en or. Après tout, s’il peut stocker en toute sécurité son or chez lui – un grand si pour certains pays – aucun gouvernement ne souhaiterait être vu comme l’un des derniers à externaliser l’ensemble de cette activité auprès de banques centrales étrangères.

Voici ce que nous observions en novembre dernier :

La Roumanie a demandé pendant de nombreuses années à la Russie qu’elle lui restitue son or.

L’année dernière, le Venezuela a demandé à la Banque d’Angleterre la restitution de 90 tonnes d’or. *** Voici ce que Zero Hedge observe (citant Bloomberg) :

Le gouvernement de l’Equateur veut que les banques du pays rapatrient environ un tiers de leurs avoirs à l’étranger pour soutenir la croissance nationale, a dit le chef de l’agence fiscale de ce pays.

Carlos Carrasco, le directeur de l’agence fiscale connue sous l’acronyme SRI, a déclaré aujourd’hui que les sociétés de prêt équatoriennes pourraient rapatrier environ 1,7 milliard de dollars et quand même remplir leurs obligations vis-à-vis des clients internationaux. Carrasco s’exprimait lors d’une audition parlementaire à Quito sur une proposition du gouvernement d’augmenter les taxes sur les banques pour financer les aides financières aux pauvres de cette nation sud-américaine.

Quatre membres du parlement suisse veulent que la Suisse réclame la restitution de son or.

Certaines personnes aux Pays-Bas veulent aussi qu’ont leur rende leur or.

(Forbes observe que l’Iran et la Libye ont également rapatrié leur or récemment).

Le principal rédacteur économique du Telegraph, Ambrose Evans Pritchard, soutient que la demande allemande de rapatriement montre que nous sommes en train de passer de facto à un étalon or :

Les banques centrales dans le monde entier ont acheté plus de lingots (en volume) l’année dernière qu’à n’importe quel moment depuis près d’un demi-siècle. Elles ont accumulé 536 tonnes nettes supplémentaires en 2012 alors qu’elles diversifiaient leurs nouvelles réserves en évitant les quatre monnaies suspectes : le dollar, l’euro, la livre sterling et le yen.

L’Accord de Washington, en vertu duquel la Grande-Bretagne, l’Espagne, les Pays-Bas, l’Afrique du Sud, la Suisse, et d’autres pays ont vendu une partie de leur or chaque année, semble déjà relever d’une autre époque – qu’on pourrait appeler l’ère de Gordon Brown [l'ancien ministre des Finances puis Premier ministre britannique]. C’était la période illusoire où les investisseurs pensaient que l’euro prendrait sa place en tant que pilier jumeau d’un nouveau condominium G2 aux côtés du dollar. Cet espoir s’est évanoui. Les avoirs des banques centrales en euro bonds sont tombés à 26%, là où ils se trouvaient il y a près de 10 ans.

Ni l’euro ni le dollar ne peuvent inspirer une confiance totale, bien que pour des raisons différentes. L’UME [Union monétaire européenne] est une construction dysfonctionnelle couvrant deux économies incompatibles et encline à tanguer de crise en crise sans une trésorerie unifiée pour l’étayer. Le dollar est assis sur une pyramide de dette. Nous savons tous que cette dette se dégonflera au fil du temps – pour le meilleur ou pour le pire. Le seul véritable désagrément concerne la vitesse à laquelle cela se fera.

***

Ma supposition est que tout nouvel étalon or sera sui generis [c.-à-d. dont la singularité empêche tout classement dans une catégorie déjà répertoriée et nécessite de créer des textes spécifiques], et ce serait mieux. Qu’on laisse l’or prendre sa place de troisième devise de réserve, une devise qui ne peut être dévaluée et qui oblige les autres [devises] à rendre des comptes, mais pas trop dominante pour atteler ensemble nos destins collectifs dans les hausses inflationnistes (oui, l’or fut très inflationniste après la Conquête musulmane de l’Hispanie) et les baisses déflationnistes des réserves minières mondiales.

***

Une troisième devise de réserve est exactement ce dont a besoin l’Amérique. Ainsi que l’a soutenu le Pr Michael Pettis, de l’université de Pékin, détenir la devise de réserve mondiale est un « fardeau exorbitant » dont les Etats-Unis pourraient se passer.

Le dilemme de Triffin – avancé par l’économiste belge Robert Triffin dans les années 1960 – suggère que le détenteur de la devise suprême est confronté à une contradiction inhérente. Il doit gérer un déficit commercial structurel au cours du temps pour maintenir le système à flot, mais cela minera sa propre économie. Ce système s’autodétruit.

Un étalon or partiel – créé par le marché mondial et n’ayant de compte à rendre à personne – est le meilleur de tous les mondes. Il offre une provision de valeur (mais pas de rendement). Il joue un rôle d’équilibre. Il n’est pas assez dominant pour étouffer le système.

Ayons donc trois devises mondiales, un trépied avec une jambe dorée ! Ce trépied pourrait même être stable.

Combien d’or y a-t-il ?

Cela n’inspire pas confiance que le rédacteur en chef de CNBC, John Carney, soutienne que cela importe peu que les Etats-Unis aient ou non l’or physique qu’ils prétendent détenir.

En fait, nombreux sont ceux qui affirment que l’or est parti :

Ned Taylor-Leyland, de Cheviot Asset Management, dit que la Fed et la Banque d’Angleterre ne restitueront jamais l’or à leurs propriétaires étrangers. Jim Willie dit que l’or est parti.

***

D’autres affirment que l’or n’a pas été exactement vendu, mais qu’il a été loué ou gagé, et donc que les Etats-Unis ne le possèdent pas vraiment.

Eric Sprott, gérant d’un fonds qui pèse 10 milliards de dollars, écrit – dans un article intitulé « Do Western Central Banks Have Any Gold Left??? » [Les banques centrales occidentales ont-elles encore de l'or ???] :

Si les banques centrales occidentales louent effectivement leurs réserves physiques, elles n’auraient pas réellement l’obligation de révéler les quantités spécifiques d’or qui restent dans leurs coffres respectifs. Selon un document sur le site de la BCE [Banque Centrale Européenne] concernant le traitement statistique des réserves internationales de l’eurosystème, les directives actuelles de reporting ne requièrent pas que les banques centrales fassent la différence entre l’or détenu directement et l’or prêté ou échangé avec une partie tierce. Ce document établit que « les transactions réversibles en or n’ont aucun effet sur le niveau d’or monétaire, quel que soit le type de transaction (c-à-d. les échanges, les placements, les dépôts et les prêts en or) , en ligne avec les recommandations contenues dans les directives du FMI ». (les caractères gras sont dans le texte original). Par conséquent, selon les directives actuelles de reporting, les banques centrales sont autorisées à continuer de porter sur leurs bilans les entrées d’or physique, même si elles l’ont échangé ou prêté entièrement. On peut le voir dans la manière dont les banques centrales occidentales se réfèrent à leurs réserves d’or.

En effet, il est a présent bien documenté que la Fed a loué une grande partie de ses réserves d’or et que les grandes banques empruntent de l’or aux banques centrales et ensuite le prête à de multiples parties tierces.

Comme tel, il ne serait pas totalement surprenant que la Fed ait besoin de 7 années pour rendre à l’Allemagne ses 300 tonnes d’or [...] même si la Fed prétend détenir 6.720 tonnes dans la seule Banque de Réserve de New York.

Même le co-directeur général de Pimco, Bill Gross, déclare :

Lorsque la Fed émet chaque mois pour 85 milliards de dollars de chèques afin d’acheter des bonds du Trésor et des crédits hypothécaires, elle n’a réellement rien en « banque » pour les garantir. Ils possèdent soi-disant quelques milliards de dollars de « certificats or », une histoire à dormir debout sur la provision secrète de Fort Knox, mais il n’y a essentiellement rien d’autre là que de la confiance. Lorsqu’un opérateur de première importance comme J.P. Morgan ou Bank of America vend ses bonds du Trésor à la Fed, il obtient un « crédit » sur son compte à la Fed, connu sous le nom de « réserves ». Il peut dépenser ces réserves en échange d’autre chose, mais alors une autre banque obtient un crédit pour ses réserves, etc., etc. La Fed a dit à ses banques membres « Faites-moi confiance, nous honoreront toujours nos réserves », et donc les banques lui font confiance, et les entreprises et les particuliers font confiance aux banques, et « the beat goes on » [et ça continue] comme le chantaient Sonny & Cheer. 54 trillions de dollars de crédit dans le système financier des Etats-Unis, basé sur la confiance envers une banque centrale qui n’a rien dans ses coffres pour les garantir. Etonnant !

Et étant donné que du tungstène plaqué-or a été déniché partout dans le monde, et qu’un expert allemand de premier plan sur l’or a trouvé de faux lingots d’or gravés avec les marques officielles des Etats-Unis, les Allemands ont perdu confiance dans la fiabilité de la Fed. Voyez ce qui suit.

Cela pourrait être particulièrement vrai depuis que la Fed a refusé aux Allemands d’inspecter leurs propres réserves d’or qui y sont stockées.

Guerre des devises ?

Le rapatriement de l’or est – sans aucun doute – lié à la monnaie.

Voici ce qu’observe Forbes :

Des fonctionnaires de la Bundesbank [...] ont reconnu que cette manœuvre est « préventive » au cas où une « crise monétaire » frapperait l’Union Monétaire Européenne.

***

« Non, nous n’avons aucune intention de vendre de l’or », a déclaré au téléphone, mercredi dernier, un porte-parole de la Bundesbank, « [ce transfert] est pour le cas où il y aurait une crise monétaire. »

Reggie Middleton pense que la demande de l’Allemagne de récupérer son or fait partie d’une guerre monétaire.

Jim Rickards a dit auparavant que la Fed projetait de mettre la main sur l’or allemand :

Jim Rickards a exposé les projets possibles de la Réserve Fédérale de réquisitionner l’or souverain de l’Allemagne et de tous les autres dépositaires étrangers, qui se trouve à la Réserve Fédérale de New York, dans l’éventualité d’une crise du dollar et monétaire conduisant à des « guerres monétaires » intensifiées, et « l’option nucléaire » d’une révision à la hausse radicale du prix de l’or et un retour à un quasi-étalon or est envisagé par les banques centrales assaillies pour empêcher la déflation de la dette.

Est-ce une raison pour que l’Allemagne réclame maintenant la restitution de son or ?

La Chine devient tranquillement une superpuissance de l’or, et on dit depuis longtemps que la Chine convertirait le yuan en devise adossé à l’or.

James Delingpole du Telegraph fait remarquer:

Au milieu des années 1920, le chef de la Banque centrale allemande, [Horace] Hjalmar Schacht, s’est rendu à New York pour voir de ses yeux l’or de l’Allemagne. Cependant, les responsables de la Fed de New York furent incapables de retrouver la palette de lingots d’or allemands. Le Président de la Réserve Fédérale d’alors, Benjamin Strong, fut mortifié, mais pour mettre Strong à l’aise, Herr Schacht se tourna vers lui et lui dit : « Ne vous inquiétez pas, je vous crois lorsque vous dites que l’or est ici. Même s’il n’y est pas, vous êtes d’accord pour le remplacer ». (H/T The Real Asset Company)

Mais cela se passait alors, et là, nous parlons d’aujourd’hui. Aux yeux des Allemands – et qui peut leur donner tort ? – l’Amérique a perdu son pouvoir magique à tel point qu’on ne peut plus lui faire confiance pour honorer ses dettes, même dans l’éventualité improbable qu’elle soit financièrement capable de le faire. C’est pourquoi, marchant dans les pas du vénézuélien Hugo Chavez (qui n’est pas si bête), l’Allemagne rapatrie son or de la Réserve Fédérale américaine. Il sera désormais stocké à Francfort.

***

[Les choses] peuvent sembler calmes en surface, mais ce dernier coup de la part de la Bundesbank nous donne une assez bonne indication qu’en dessous de la surface cette institution apparemment sereine défend chèrement sa peau.

Si vous voulez une analyse complète, je recommande cet excellent résumé de Jan Skoyles. Voici la partie effrayante:

Plusieurs fois par an, il y a une discussion concernant ce que la Chine prévoit de faire avec l’or qu’elle extrait et qu’elle importe chaque année, et nombreux sont ceux qui croient que les Chinois amassent ce métal comme assurance contre les milliards de dollars en bons du Trésor, en billets et en créances qu’ils détiennent. Nombreux sont ceux qui croient qu’ils émettront à court-terme une sorte ou une autre de devise adossée à l’or et qu’ils se débarrasseront des 1.000 milliards de dollars qu’ils détiennent en titres du Trésor américain. A partir du moment où les Etats-Unis semblent considérer que leur monopole monétaire va de soi, si jamais les Chinois ou d’autres agissent ainsi, les Etats-Unis devront réagir – le plus probablement avec de l’or dont ils ne disposent pas en quantité suffisante.

Tous ceux qui pensent que cela ne va pas se produire devraient finalement lire la parabole de Peter Schiff « How An Economy Grows And Why It Crashes » [Comment croît une économie et pourquoi elle s'effondre]. Si quelque chose ne peut pas durer éternellement, elle ne durera pas.

Autrement dit, Rickards et Skoyles semblent soutenir que l’Allemagne pourrait rapatrier son or dans ce premier jeu de chaises musicales dans lequel la Chine se prépare à déployer un yuan adossé à l’or. Selon cette théorie, le reste des devises mondiales s’effondreront à moins que leurs nations puissent lutter pour mettre la main sur suffisamment d’or afin de conférer de la crédibilité à leur papier-monnaie.

Post-scriptum : Michael Rivero pense que la guerre au Mali a quelque chose à voir avec cela :

Le Mali est l’un des plus gros producteurs d’or du monde. Avec le Ghana, son voisin, ils comptent pour 7 à 8% de la production d’or mondiale. Cela en fait une riche prise de guerre pour les pays qui ont désespérément besoin d’or physique. Donc, même si l’Allemagne a commencé à réclamer la restitution de son or à la Banque de France et à la Réserve Fédérale de New York, la France (aidée par les Etats-Unis) a décidé d’envahir le Mali pour combattre les « Islamistes » travaillant pour « al-Qaïda ». Bien sûr, les « Islamistes » sont devenus l’étiquette fourre-tout pour les gens qui doivent être tués afin de les ôter du chemin vers les richesses, et les gens qui sont bombardés par la France (aidée par les Etats-Unis) ne sont pas « al-Qaïda » mais des Touaregs qui ont combattu pour leur indépendance pendant 150 ans, bien avant que la CIA ait créé « al-Qaïda ». Livrés à eux-mêmes, les Touaregs pourraient vendre l’or à qui ils voudraient au prix qu’ils demanderaient, et à ce moment précis la Chine peut surenchérir sur la France et les Etats-Unis.

 

Source: Sott / Washingtonblogs

 

 

The Real Reasons that Germany Is Demanding that the U.S. Return Its Gold


Why Is Germany Demanding 300 Tons of Gold from the U.S. and 374 Tons from France?

The German’s are demanding that the U.S. return all of the 374 tons of gold held by the Bank of France, and 300 tons of the 1500 tons of bullion held by the New York Federal Reserve.

Some say that Germany is only demanding repatriation of its gold due to internal political pressures, and that no other countries will do so.

But Pimco co-CEO El Erian says:

In the first instance, it could translate into pressures on other countries to also repatriate part of their gold holdings. After all, if you can safely store your gold at home — a big if for some countries — no government would wish to be seen as one of the last to outsource all of this activity to foreign central banks.

As we noted last November:

Romania has demanded for many years that Russia return its gold.

Last year, Venezuela demanded the return of 90 tons of gold from the Bank of England.

***

As Zero Hedge notes (quoting Bloomberg):

Ecuador’s government wants the nation’s banks to repatriate about one third of their foreign holdings to support national growth, the head of the country’s tax agency said.

Carlos Carrasco, director of the tax agency known as the SRI, said today that Ecuador’s lenders could repatriate about $1.7 billion and still fulfill obligations to international clients. Carrasco spoke at a congressional hearing in Quito on a government proposal to raise taxes on banks to finance cash subsidies to the South American nation’s poor.

Four members of the Swiss Parliament want Switzerland to reclaim its gold.

Some people in the Netherlands want their gold back as well.

(Forbes notes that Iran and Libya have recently repatriated their gold as well).

The Telegraph’s lead economics writer – Ambrose Evans Pritchard – argues that the German repatriation demand shows that we’re switching to a de facto gold standard:

Central banks around the world bought more bullion last year in terms of tonnage than at any time in almost half a century.

They added a net 536 tonnes in 2012 as they diversified fresh reserves away from the four fiat suspects: dollar, euro, sterling, and yen.

The Washington Accord, where Britain, Spain, Holland, South Africa, Switzerland, and others sold a chunk of their gold each year, already seems another era – the Gordon Brown era, you might call it.

That was the illusionary period when investors thought the euro would take its place as the twin pillar of a new G2 condominium alongside the dollar. That hope has faded. Central bank holdings of euro bonds have fallen back to 26pc, where they were almost a decade ago.

Neither the euro nor the dollar can inspire full confidence, although for different reasons. EMU is a dysfunctional construct, covering two incompatible economies, prone to lurching from crisis to crisis, without a unified treasury to back it up. The dollar stands on a pyramid of debt. We all know that this debt will be inflated away over time – for better or worse. The only real disagreement is over the speed.

***

My guess is that any new Gold Standard will be sui generis, and better for it. Let gold will take its place as a third reserve currency, one that cannot be devalued, and one that holds the others to account, but not so dominant that it hitches our collective destinies to the inflationary ups (yes, gold was highly inflationary after the Conquista) and the deflationary downs of global mine supply.

***

A third reserve currency is just what America needs. As Prof Micheal Pettis from Beijing University has argued, holding the world’s reserve currency is an “exorbitant burden” that the US could do without.

The Triffin Dilemma – advanced by the Belgian economist Robert Triffin in the 1960s – suggests that the holder of the paramount currency faces an inherent contradiction. It must run a structural trade deficit over time to keep the system afloat, but this will undermine its own economy. The system self-destructs.

A partial Gold Standard – created by the global market, and beholden to nobody – is the best of all worlds. It offers a store of value (though no yield). It acts a balancing force. It is not dominant enough to smother the system.

Let us have three world currencies, a tripod with a golden leg. It might even be stable.

How Much Gold Is There?

It’s not confidence-inspiring that CNBC’s senior editor John Carney argues that it doesn’t matterwhether or not the U.S. has the physical gold it claims to hold.

In fact, many allege that the gold is gone:

Cheviot Asset Management’s Ned Naylor-Leyland says that the Fed and Bank of England will never return gold to its foreign owners.

Jim Willie says that the gold is gone.

***

Others allege that the gold has not been sold outright, but has been leased or encumbered, so that the U.S. does not own it outright.

$10 billion dollar fund manager Eric Sprott writes – in an article entitled “Do Western Central Banks Have Any Gold Left???“:

If the Western central banks are indeed leasing out their physical reserves, they would not actually have to disclose the specific amounts of gold that leave their respective vaults. According to a document on the European Central Bank’s (ECB) website regarding the statistical treatment of the Eurosystem’s International Reserves, current reporting guidelines do not require central banks to differentiate between gold owned outright versus gold lent out or swapped with another party. The document states that, “reversible transactions in gold do not have any effect on the level of monetary gold regardless of the type of transaction (i.e. gold swaps, repos, deposits or loans), in line with the recommendations contained in the IMF guidelines.”6(Emphasis theirs). Under current reporting guidelines, therefore, central banks are permitted to continue carrying the entry of physical gold on their balance sheet even if they’ve swapped it or lent it out entirely. You can see this in the way Western central banks refer to their gold reserves.

Indeed, it is now well-documented that the Fed has leased out a large chunk of its gold reserves, and that big banks borrow gold from central banks and then to multiple parties.

As such, it might not entirely surprising that the Fed needs 7 years to give Germany back its 300 tons of gold … even though the Fed claims to hold 6,720 tons at the New York Federal Reserve Bank alone:

German%20Gold%20vs%20Total%20Fed%20gold The Real Reasons that Germany Is Demanding that the U.S. Return Its GoldEven Pimco co-CEO Bill Gross says:

When the Fed now writes $85 billion of checks to buy Treasuries and mortgages every month, they really have nothing in the “bank” to back them. Supposedly they own a few billion dollars of “gold certificates” that represent a fairy-tale claim on Ft. Knox’s secret stash, but there’s essentially nothing there but trust..  When a primary dealer such as J.P. Morgan or Bank of America sells its Treasuries to the Fed, it gets a “credit” in its account with the Fed, known as “reserves.” It can spend those reserves for something else, but then another bank gets a credit for its reserves and so on and so on. The Fed has told its member banks “Trust me, we will always honor your reserves,” and so the banks do, and corporations and ordinary citizens trust the banks, and “the beat goes on,” as Sonny and Cher sang. $54 trillion of credit in the U.S. financial system based upon trusting a central bank with nothing in the vault to back it up. Amazing!

And given that gold-plated tungsten has turned up all over the world, and that a top German gold expert found fake gold bars imprinted with official U.S. markings, Germans may have lost confidence in the trustworthiness of the Fed.  See thisthisthis and this.

This may especially be true since the Fed refused to allow Germans to inspect their own gold stored at the Fed.

Currency War?

The gold repatriation is – without doubt- related to currency.

As Forbes notes:

Officials at the Bundesbank … acknowledged the move is “preemptive” in case a “currency crisis” hits the European Monetary Union.

***

“No, we have no intention to sell gold,” a Bundesbank spokesman said on the phone Wednesday, “[the relocation] is in case of a currency crisis.”

Reggie Middleton thinks that Germany’s demand for its gold is part of a currency war.

Jim Rickards has previously said that the Fed had plans to grab Germany gold:

Jim Rickards has outlined possible plans by the Federal Reserve to commandeer Germany’s and all foreign depositors of sovereign gold at the New York Federal Reserve in the event of a dollar and monetary crisis leading to intensified “currency wars” and the ‘nuclear option’ of a drastic upward revision of the price of gold and a return to a quasi gold standard is contemplated by embattled central banks to prevent debt deflation.

Is that one reason that Germany is demanding its gold back now?

China is quietly becoming a gold superpower, and China has long been rumored to be converting the Yuan to a gold-backed currency.

The Telegraph’s James Delingpole points out:

Back in the mid-1920s, the head of the German Central Bank, Herr Hjalmar Schacht, went to New York to see Germany’s gold. However the NY Fed officials were unable to find the palette of Germany’s gold bullion. The Chairman of the Federal Reserve, Benjamin Strong was mortified, but to put him at ease Herr Schacht turned to him and said ‘Never mind, I believe you when you when you say the gold is there. Even if it weren’t you are good for its replacement.’ (H/T The Real Asset Company)

But that was then and this is now. In the eyes of the Germans – and who can blame them? – America has lost its mojo to such a degree that it can no longer be trusted honour its debts, even in the unlikely event that it were financially capable of doing so. Which is why, following in the footsteps of Venezuela’s Hugo Chavez (who may be an idiot but is definitely no fool), Germany is repatriatriating its gold from the US federal reserve.  It will now be stored in Frankfurt.

***

[Things] may look calm on the surface, but this latest move by the Bundesbank gives us a pretty good indication that beneath the surface that serene-seeming swan is paddling for dear life.

If you want a full analysis I recommend this excellent summary by Jan Skoyles. The scary part is this bit:

Every few months there is a discussion regarding what China are planning on doing with the gold they both mine and import every year, with many believing they are hoarding the metal as an insurance against the billions of US Treasury bonds, notes and bills they hold. Many believe they will issue some kind of gold-backed currency in the short-term and dump its one trillion dollars’ worth of US Treasury securities. Whilst, at the moment the US seem to take their monopoly currency for granted, should the Chinese or anyone else behave in such a manner, the US will need to respond – most likely with gold, which on its own it does not have enough of.

Anyone who thinks this isn’t going to happen eventually should read Peter Schiff’s parable How An Economy Grows And Why It Crashes. If something can’t go on forever, it won’t.

In other words, Rickards and Skoyles appear to argue that Germany may be repatriating gold in the first round of musical chairs in which China is preparing to roll out a gold-backed Yuan.   Under this theory, the rest of the world’s currencies will sink unless their nations’ can scramble to get their hands on enough gold to lend credibility to their paper.

Postscript: Michael Rivero thinks that the war in Mali is connected:

Mali is one of the world’s largest gold producers. Together with neighboring Ghana they account for 7-8% of world gold output. That makes them a rich prize for nations desperate for real physical gold. So, even as Germany started demanding their gold back from the Bank of France and the New York Federal Reserve, France (aided by the US) decided to invade Mali to fight “Islamists” working for “Al Qaeda.” Of course, “Islamists” has become the catch-all label for people that need to be killed to get them out of the way of the path to riches, and the people being bombed by France (aided by the US) are not “Al Qaeda” but Tawariqs, who have been fighting for their independence for 150 years, long before the CIA created “Al Qaeda”. Left to themselves, the Tawariqs could sell gold to whoever they want for whatever they want, and right now China can outbid the US and France.

Commenter cet article

orenbarre 31/01/2013 19:34


En gros que se passe-t-il ? on nous donne une pièce d'or de 5g, on nous dit cette pièce vaut 50€, vous pourrez acheter 10g d'or avec !


Vraiment ? avec 5g d'or je peux acheter 10g d'or ? comment est-ce possible ?


C'est parce que je vous la certifie de plus haute valeur dise la banques.


Mais ne pourriez-vous pas me certifier une pièce d'or de 10g je serais plus rassuré...


Non, nous n'avons pas assez d'or pour tout le monde après ça et je peux vous dire : estimez-vous heureux car nous allons maintenant fournir des pièces en chocolat certifiée valant 10g d'or pour
pouvoir donner encore plus d'argent au monde entier !


Mais je ne vais jamais pouvoir acheter 10g d'or avec une pièce en chocolat certifiée ?


Si. Tant que le vendeur d'or me fait confiance, s'il veut 10g d'or en échange, je récupère le chocolat certifié dit la banque.


Mais si tout le monde veut acheter votre or avec son chocolat certifié ?


Alors je vendrait mon or plus cher dit la banque.


Donc si vous vendez votre or plus cher, avec ma pièce en chocolat, je ne pourrait plus acheter 10g d'or ?


Exactement, vous avez tout compris. C'est pourquoi nous ne vendons pas l'or, nous le stockons en cas de problème de confiance car si tout le chocolat se mettait à fondre, nous pourrions alors
creer de nouveaux bons et relancer l'economie.


Un conseil donc, gardez votre or ;)


Mais un autre problème pourrait arriver : Si le prix de l'or augmente, il coutera moins cher à le fabriquer car nous savons le fabriquer selon certains scientifiques. Seulement, ça ne vaut pas le
coup encore. Si l'or devenait facile à produire il faudrait trouver un matériaux tout aussi rare voir plus et le stocker. Les idées ne manqueraient pas mais celà augmenterait le prix du high-tech
qui a besoin de matériaux toujours plus rares pour atteindre de plus hautes performances. Tout comme la dernière famine était due à un stockage du riz (l'or blanc), on pourrait imaginer un
stockage du pétrole et bien d'autres matériaux pour les rendres aussi rares que l'or, voir plus. Autrement dit, une entreprise indispensable telle celle de la nourriture pourrait creer ses
propres bons et concurrencer les bons des trésoriers allemands ou autres. Aujourd'hui je pense que ces entreprises sont plus puissantes que les banques en celà que l'or n'est pas vital pour
l'homme contrairement à la nourriture. Ce qui importe c'est donc principalement les terres et le cuivre qui permet de conduire l'energie qui fait la photosynthèse des plantes au cas ou ils nous
confisqueraient même le soleil ! (voir nuage sattelite anti-UV)


On peut donc penser que même sans or, les plus hauts pouvoirs ne sont pas si puissants. Le savoir-faire est de bien plus grande valeur.


A moins que... Mais là je vais plutôt dans l'esothérique, l'or aurait plus de valeur que la nourriture car il serait l'ingredient principal d'un elixir de longévité. Alors dans ce cas là, il
garderait plus d'importance que la nourriture et les terres. Mais ça, nous le saurons que lorsque les riches vondront échanger leur or contre de la nourriture ou des terres car le paysan moyen
n'en aura rien à carer de l'or. Sauf si il sait qu'il pourra vivre plus longtemps et en bonne santé ;)


Cette idée m'est inspirée de l'elixir du général la motte qui est peut etre encore vivant ? lol

orenbarre 31/01/2013 18:43


Bien entendu, avec de l'argent en pièces d'or on ne peut plus faire de la création monnétaire sur de l'argent qui n'existe pas. Celà résoudrait le problème de la dette. Vous voulez faire un
emprunt ? voilà 10kg d'or de l'un de nos épargnant. Et là l'epargnant vient juste après : Je voudrait retirer mes 10kg d'or. Désolé monsieur il faudra attendre 25 ans, nous n'avons plus votre or
mais il devrait revenir petit à petit ! Ce fut l'un des principaux problème des banques, avoir suffisament d'or à eux pour avancer l'argent. Aujourd'hui ce n'est plus un problème il suffit de
s'endetter en donnant des bons (billets en papier sécurisé ou base de donnée). Mais comme disait Cantona, si tous les epargnants retiraient l'argent des banques, les banques devraient creer
encore plus de bons et la valeur de des bons diminuerait car il y en aurait trop en circulation. Autrement dit, il est plus rassurant d'avoir de l'or que des bons. Il est donc normal que les pays
cherchent à augmenter leur or car en cas de pépin, celà redeviendra une monnaie d'échange contrairement aux bons. Les allemands on déjà connu le problème de la brouette de papier pour aller
chercher du pain, il est donc logique qu'ils cherchent à matérialiser leurs richesses. Les nombreux rachats d'or de ces dernières années peut même nous amener à penser qu'il y a comme un
sentiment général de douce panique collective.

taepila 31/01/2013 13:58


Voici l'explication la plus simple, et la plus probable : Les voleurs d'or, aux plus hauts niveaux des mondialistes, des élitistes, des crapules en bandes très bien organisées qui disposent des
polices, des armées, des justices, de tout.
Ces gens ont bien compris que dans un gouvernement mondial, les pays non plus besoin de biens souverains, ni d'or, tout ça est à repartager dans leurs poches.
Les banques centrales, dont l'européenne, pourront toujours bien se fouiller pour récuper l'or des pays, il aura disparu bien avant. Les cas de disparition d'or, et de reventes à la Sarkozy sont
nombreux. Les banques nationales, et centrales devenant privées, elles n'ont plus vocation à engranger ni l'or, ni les biens souverains, mais uniquement les dettes des pays et des peuples.
Ces bandes de voleurs ne veulent pas uniquement les robinets du pétrol, ils veulent tout, dont tout les stocks d'or qui traînent.
Puisque les banques souveraines sont en train de disparaitre, les profiteurs sont là.
Il faut maintenant plutôt rechercher dans toute cette organisation de crapules, quelles sont Les nouvelles entités "légalisée se substituent aux banques ordinaires, et qui hébergeront bientôt
l'or. Il faut commencer à tracer la destination des lingots pour voir qui est en train de les voler.

Archives

Articles récents