Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

"Libérez Gbagbo!", scandent les Ivoiriens devant la CPI à La Haye

Publié par wikistrike.com sur 10 Décembre 2011, 21:50pm

Catégories : #Politique internationale

"Libérez Gbagbo!", scandent les Ivoiriens devant la CPI à La Haye 





L-ex-president-ivoirien-Gbagbo-pour-la-premiere-fois-devant.jpg"Libérez Gbagbo, libérez Gbagbo!" : venus de plusieurs pays d'Europe, des centaines d'Ivoiriens ont manifesté samedi à La Haye devant la Cour pénale internationale (CPI) qui soupçonne leur ancien président de crimes contre l'humanité commis lors des violences post-électorales de fin 2010-début 2011. 

Au nombre de 600 selon la police néerlandaise, 2.000 selon les organisateurs, les partisans de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo étaient rassemblés devant un podium installé dans la rue longeant la Cour, un imposant bâtiment blanc d'une douzaine d'étages dans la banlieue de La Haye. "Nous sommes ici pour manifester notre soutien au président Gbagbo", explique à l'AFP l'un des organisateurs du rassemblement, 

Seri Zokou, avocat à Bruxelles et membre de l'équipe de défense de l'ex-chef d'Etat. "Nous demandons à la Cour pénale internationale de faire venir ici les vrais responsables des massacres en Côte d'Ivoire, MM. Alassane Ouattara, 

Soro et les chefs militaires", poursuit-il. Les manifestants étaient venus principalement de France mais aussi de Belgique et de Suisse, à l'appel du Comité de pilotage des actions de la diaspora (CPAD), une plate-forme de mouvements patriotiques pro-Gbagbo et panafricains, selon M. Zokou. "Laurent Gbagbo sortira de ce bâtiment libre, 

Laurent Gbagbo n'est pas seul, le peuple africain est avec Laurent Gbagbo", lance depuis le podium le Togolais Gaétan Zoumaro, coordinateur du Cercle de réflecion et d'initiative pour un Togo démocratique. "On se sent solidaire du peuple ivoirien", dit-il pour justifier sa présence à La Haye. Premier ex-chef d'Etat remis à la CPI, entrée en fonction en 2002, Laurent Gbagbo, 66 ans, est écroué à La Haye depuis le 30 novembre. Il était auparavant détenu dans le nord de la Côte d'Ivoire. 

L'ancien chef d'Etat avait participé lundi à une première audience, de comparution initiale, au cours de laquelle il avait notamment dénoncé les conditions de son arrestation "sous les bombes françaises" le 11 avril à Abidjan. Parmi les manifestants, dont beaucoup portaient des bonnets et des écharpes oranges, blancs et verts, les couleurs du drapeau ivoiriens, l'ancien "Monsieur Afrique" du parti socialiste français, Guy Labertit, venu de Paris. 

"C'est la première fois qu'il y a ici un rassemblement de soutien pour un prévenu de la CPI", souligne-t-il. "Je me devais de venir ici en tant qu'ami et politique", continue le socialiste. Il avait hébergé Laurent Gabgbo durant son exil en France dans les années 80 et espère lui rendre visite bientôt en prison. 

L'ancien président ivoirien est soupçonné par la CPI d'être "coauteur indirect" de crimes contre l'humanité lors des violences post-électorales de 2010-2011, à savoir meurtre, viol, actes inhumains et persécution commis par ses forces entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011. Son refus de céder le pouvoir à son rival et actuel président Alassane Ouattara avait plongé le pays dans une crise meurtrière qui avait fait 3.000 morts. Des élections législatives sont prévues dimanche en Côte d'Ivoire.

http://www.letempsdz.com//content/view/67145/1/
"Free Gbagbo", chanted the Ivorians at the ICC in The Hague
 
"Free Gbagbo, free Gbagbo!" : From several European countries, hundreds of Ivorians have demonstrated Saturday in The Hague before the International Criminal Court (ICC) who suspects that their former president for crimes against humanity committed during the post-election violence in late 2010 - early 2011. 

Among 600 according to the Dutch police, 2,000 according to organizers, supporters of former President Laurent Gbagbo had gathered in front of a podium set up in the street along the Court, an imposing white building with a dozen floors in the outskirts of The Hague. "We are here to show our support for President Gbagbo," told AFP one of the organizers of the rally, 

Zokou Seri, a lawyer in Brussels and a member of the defense team of former head of state. "We ask the International Criminal Court to bring here the real culprits of the massacres in Ivory Coast, MM. Alassane Ouattara, 

Soro and military leaders, "he says. The protesters were mainly from France but also Belgium and Switzerland, the call of the Steering Committee of the shares of the Diaspora (CPAD), a platform of patriotic movements Pan-African and pro-Gbagbo, according to Zokou. "Laurent Gbagbo out of the building free, 

Laurent Gbagbo is not alone, the African people is with Laurent Gbagbo, "joked from the podium the Togolese Gaétan Zoumaro, coordinator of the Circle réflecion and Togo for a Democratic initiative." We feel solidarity with the Ivorian people " he says to justify his presence in The Hague. Premier former head of state surrendered to the ICC, took office in 2002, Laurent Gbagbo, 66, is imprisoned in The Hague in November 30. He was previously detained in northern Ivory Coast. 

The former head of state took part Monday in a first hearing, the initial appearance, during which he denounced the particular circumstances of his arrest "under the French bombs" on April 11 in Abidjan. Among the demonstrators, many wearing hats and scarves orange, white and green colors of the flag Ivory Coast, the former "Mr. Africa" ​​the French Socialist Party, Guy Laberte, from Paris. 

"For the first time there is here a rally of support for an accused to the ICC," said he. "I had to come here as a friend and political," continues the socialist. He hosted Gabgbo Laurent during his exile in France in the 80's and hopes to visit him in prison soon. 

Former Ivorian President is suspected by the ICC of being "co indirect" crimes against humanity during the post-election violence of 2010-2011, namely murder, rape, inhumane acts and persecution committed by his forces between the December 16, 2010 and April 12, 2011. His refusal to cede power to his rival and current president Alassane Ouattara had plunged the country into a deadly crisis which had 3,000 people. Legislative elections are planned Sunday in Ivory Coast. 

http://www.letempsdz.com//content/view/67145/1/
Sarkozy qui arrête Gbagbo a marié Ouattara à Neuilly/Seine
Rien que cela suffit pour comprendre que son arrestation et son transfert à la cour pénale internationale a été orchestrée. 
Les amis d'abord !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents