Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Ma journée en prison pour avoir lu 1984 dans le métro (Québec)

Publié par wikistrike.com sur 18 Juin 2012, 16:28pm

Catégories : #Social - Société

 

Ma journée en prison pour avoir lu 1984 dans le métro (Québec)


Vêtue d’une robe fleurie et d’un sac rempli d’objets dangereux tels qu’une pomme, une bouteille d’eau et trois livres, j’ai voulu pointer du doigt la haute présence policière et l’attitude frôlant le terrorisme du SPVM depuis le début du conflit gouvernemental en lisant calmement 1984 de George Orwell, un roman d’anticipation présentant une société prise avec un régime policier totalitaire.

Après m’être faite fouiller par un policier à mon arrivée au métro Berri-UQAM, j’ai pris place dans un wagon en direction de la station Jean-Drapeau, mon livre à la main. Lors de mon retour vers le centre-ville, j’ai lu face à un policier et une femme a lu avec moi, par-dessus mon épaule. Nous avons été prises en photographie et le policier, voyant que nous étions deux dangereux personnages, a appelé son équipe en renfort pour nous accueillir en bonne et due forme à Berri.

Avec les autres passagers du wagon, nous avons été placés face contre mur et nous avons ensuite été amenés à l’extérieur, par les sorties de secours, où on nous a dit de ne pas revenir sous peine d’être arrêtés. Aucune réponse lorsque j’ai demandé ce qu’il y avait de mal à lire dans le métro.

J’ai commis un acte irréparable de désobéissance civile en redescendant dans la station et en retournant lire dans un wagon. Lorsque les policiers m’ont vu manger ma pomme, ils m’ont crié qu’ils reconnaissaient mes tatouages et m’ont interceptée. J’ai demandé ce que j’avais fait de mal, autre que de lire pacifiquement, et j’ai eu pour réponse que j’avais désobéi à leurs ordres. J’ai reposé ma question, à savoir ce qu’il y a de mal à être dans le métro à lire, et je n’ai pas eu de réponse.

On m’a mise en état d’arrestation et les deux policiers se sont fait un chaleureux high five pour se féliciter de leur bon travail. On m’a amenée, telle une criminelle, au centre de détention du SPVM au centre-ville de Montréal, où on m’a prise en photographie sous toutes mes coutures.


emprisonnement.jpg

Après avoir enregistré tous mes effets personnels, les policiers m’ont conduite à la cellule 52 où étaient présentes trois autres femmes. J’ai passé la journée derrière les barreaux, autour d’une toilette sale, couchée sur un banc, sans savoir quand j’allais être relâchée, pour avoir lu dans un wagon de métro et pour avoir récidivé à cet acte révolutionnaire.

Vers 15h30, j’ai été libérée avec un constat d’infraction me disant que tout ce cirque avait eu lieu pour un refus de circuler.

État policier ? J’ai honte de mon Québec.

Dérive totale au Québec. On est passé de «agent de la paix» à «force de l’ordre»… 1984 = 2012

 

Un article de Marilyne Veilleux, étudiante à la maîtrise en sciences de l’information à l’Université de Montréal, publié par leveil2011

Auteur : Marilyne Veilleux

Source : leveil2011.syl20jonathan.net 

Commenter cet article

zarmagh 18/06/2012


Et ta casserole, tu l'avais oublié ? La prochaine fois, reste chez toi et étudie.

Noël Jossant 19/06/2012


Franchement cela me donne plus du tous envie de visiter ce pays, si sa deviens comme les Etats-Unis un pays parano, franchement le tourisma va partir.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog