Moody’s dégrade les filiales grecques de Société Générale et Crédit Agricole

L'agence de notation financière Moody's a annoncé mardi qu'elle baissait la note des filiales grecques des banques françaises Société Générale (Geniki) et Crédit Agricole (Emporiki) de deux crans, tout proche du défaut, en raison des risques d'une sortie du pays de la zone euro.

 

 

L’agence de notation financière Moody’s a annoncé mardi qu’elle baissait la note des filiales grecques des banques françaises Société Générale (Geniki) et Crédit Agricole (Emporiki) de deux crans, tout proche du défaut, en raison des risques d’une sortie du pays de la zone euro.

La décision de baisser la note des dettes des deux banques de B3 à Caa2, avec perspective négative, reflète les risques émanant d’une probabilité accrue d’une sortie de la Grèce de la zone euro, selon un communiqué.

La note de Caa2 est tout proche de la pire note possible, le C, synonyme de défaut.

Malgré les actions des autorités grecques et de la zone euro pour éviter une sortie du pays de la monnaie unique, le risque d’une sortie de l’euro pourrait encore augmenter après les élections législatives du 17 juin, selon l’agence.

Ce risque limite à Caa2 au maximum la note qu’il est possible d’allouer à une banque grecque, quelle que soit sa maison-mère, selon l’agence, qui estime qu’une sortie du pays de l’euro augmenterait significativement la fuite des capitaux, qui pourrait, à terme, signifier d’importantes pertes pour les déposants.

Au 31 mars 2012, l’exposition directe de Crédit Agricole SA à Emporiki était de 5,2 milliards d’euros, tandis que celle de Société Générale à Geniki était de 500 millions d’euros, a fait savoir la banque en mai.

Afp


Tag(s) : #Economie
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog