Lundi 16 juillet 2012 1 16 /07 /Juil /2012 09:39

 

Mort, son fantôme joue à la balançoire

 

balancoire_bresil.jpg Depuis 2007, le Brésil est en émoi devant une balançoire qui bouge toute seule. Dans le village de Firmat, la population oscille entre crainte et bonheur. Crainte de voir un fantôme perturber leur paisible existence et bonheur de voir le flot ininterrompu des touristes de l'étrange leur apporter devises et notoriété. 

L'histoire contée et racontée par de nombreux médias commence, en fait, bien avant 2007. Quelques années plus tôt lorsqu'un petit garçon traverse la place du village et se fait renverser par une voiture. Il est tué sur le coup et l'automobiliste, pris de panique, s'enfuit sans plus s'inquiéter de l'enfant. 

Durant quelques mois, les parents du petit garçon viendront déposer des fleurs à l'endroit même où le chauffard a ôté la vie à la chair de leur chair, mais le traumatisme est trop fort. 

Un matin d'été, la maman se suicide dans sa maison, toute proche du lieu du drame. Le papa, comme s'il s'agissait d'un geste de survie, quitte le village et cherche depuis à être le plus discret possible. D'aucuns y voient l'origine de ce phénomène étrange, le petit Emilio ne supportant pas de voir ses parents s'éloigner de lui... Parce qu'Emilio n'aurait jamais quitté les lieux de l'accident. 

Certains kinésistes estiment que des âmes sont incapables de se détacher de l'attraction terrestre. Elles attendraient l'acceptation des proches qui font leur deuil plus ou moins rapidement. Pour Emilio, la tâche s'avère impossible, sa maman ayant choisi de ne jamais accepter l'inacceptable et son papa étant parti sans laisser la moindre adresse. 

Alors, lorsque le maire de Firmat décide d'installer une balançoire sur la place où a eu lieu le drame, personne ne s'attend à ce qui va se passer. Le lendemain de l'inauguration des lieux, là où le maire indiquait quelques heures auparavant qu'il était temps de redonner un sentiment de vie à un endroit marqué à jamais par la mort, la balançoire s'est mise à bouger... toute seule. 

Phénomène éolien ? Supercherie menée par une région en mal de tourisme ? Les plus grandes universités du pays, mais aussi du monde, n'hésitent pas un instant. Dans la lignée de la recherche scientifique, il faut couper l'herbe sous le pied aux phénomènes paranormaux et vite. 

Malheureusement, dès que les chercheurs approchent avec leurs instruments de mesure, la balançoire cesse ses va-et-vient, annihilant toute chance de donner une explication cartésienne à ce qui se passe. 

Au contraire, dès que les équipes repartent, la balançoire reprend de plus belle, respectant même des horaires fixes. Les autorités locales appellent alors les dignitaires religieux du pays à la rescousse. 

Si, dans un premier temps, l'afflux de touristes était positif pour le village, celui-ci devient le théâtre de scènes d'hystérie, de bagarres pour s'asseoir sur ladite balançoire. C'est qu'une personne sans doute mal intentionnée a laissé se répandre la rumeur selon laquelle la balançoire aurait des vertus thérapeutiques. Il n'en faut pas plus pour attirer à soi les chasseurs de miracles et proposer à la vente t-shirts et autres tasses représentant le curieux jeu d'enfants. 

Le plus surprenant dans cette histoire, c'est le nombre de témoins qui se comptent par centaines, s'amassant le long de la clôture posée par les autorités locales. Des vidéos sont tournées, des journalistes expliquent, en direct durant des journaux télévisés, qu'ils vivent un événement paranormal de grande ampleur. 

Sauf qu'un beau jour de 2008, tout s'est arrêté. 

Malgré des vents parfois violents, la balançoire n'a plus bougé d'un millimètre. Les badauds sont partis, la commune a retiré ses barrières. Un employé communal indique alors que, durant un an, personne n'a entretenu la plaine de jeux. Jusqu'au jour où quelqu'un a demandé l'autorisation d'aller tondre la pelouse parsemée de mauvaises herbes. Autorisation accordée. 

Le lendemain, la balançoire s'est remise à bouger. Pour les personnes qui croient, aujourd'hui encore, que le petit Emilio est la cause de ces mouvements, la conclusion est claire : le petit garçon n'aime pas jouer dans un environnement sauvage. 

Certains sont même repartis à la recherche du père afin de savoir si, de son vivant, le fils de la famille avait des attitudes quelque peu maniaques. 

En attendant, les barrières ont retrouvé leur place et les marchands du temple vendent désormais des fioles contenant quelques brins d'herbe. Quant aux vraies raisons de ce phénomène, plus personne ne cherche vraiment.

 

Source: rtl.be

 


Par wikistrike.com - Publié dans : Insolite, étrange et bêtise humaine
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés