Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Mystère en Gévaudan : le retour de la « bête » ?

Publié par wikistrike.com sur 18 Septembre 2012, 06:33am

Catégories : #Insolite - étrange et bêtise humaine

Mystère en Gévaudan : le retour de la « bête » ?

gevau.jpgLa première fois, le 4 août, il l'a gardé pour lui. Mais lorsque, le 4 septembre, il a une seconde fois aperçu cet étrange félin, cet habitant de Bonneval s'en est ouvert aux gendarmes. 

Depuis près d'un an, la rumeur de la possible présence en Haute-Loire d'un puma, animal très discret par nature, avait fait grand bruit. 

En juillet, une éleveuse de Connangles était persuadée que son cheval « Nuage » avait été attaqué et tué par « un animal sauvage ». « Ses blessures les plus importantes se situaient à la tête et à l'encolure. Il n'avait plus d'œil, plus d'oreille... », avait-elle détaillé. 

Pour les gendarmes et le personnel de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), il ne s'agissait que d'une attaque commise par un chien errant. 

Près d'un ans plus tôt, en septembre 2011, « un grand félin de couleur fauve » avait été aperçu à La Besseyre-Saint-Mary, dans le Gévaudan, à la frontière avec le Cantal. Des prélèvements de poils avaient été effectués. Et les analyses avaient conclu à des poils de chien. Par contre, le moulage de l'empreinte retrouvée semblait bien être celle d'un félin, sans que cet élément puisse suffire à prouver la présence d'un tel animal dans le secteur. 

Mais l'observateur de Bonneval est persuadé que l'animal qu'il a pu apercevoir à deux reprisesest bien un fauve. Il en a parlé aux gendarmes. Cette fois encore, les militaires se sont rendus sur place mardi. Mais, selon l'ONCFS, qui a été consulté, les empreintes relevées à cet endroit ne font aucun doute : il s'agit de celles d'un chien. Encore une fois. 

Depuis l'affaire du cheval qui a été tué au mois de juillet à Connangles, aucune attaque sur des troupeaux n'a été enregistrée en Haute-Loire. 
Source: La Montagne 
Une mystérieuse « bête grise » recherchée près de Cholet après la découverte de brebis égorgées
 Et pourtant, ce n'est pas dans le Gévaudan. La sous-préfecture de Cholet (Maine-et-Loire) a annoncé vendredi des mesures pour capturer un animal "de couleur grise et haut sur pattes", tenu responsable d'une vingtaine d'attaques de troupeaux de brebis, tout en excluant à ce stade qu'il s'agisse d'un loup.


90 bêtes tuées

Depuis avril,90 bêtes issues d'une dizaine d'élevages ont été tuéesou ont dû être euthanasiées à la suite de ces attaques, commises systématiquement de nuit dans cinq villages des Mauges, a rappelé le sous-préfet, Jean-Marie Nicolas.

"Quand on voit l'inquiétude et les difficultés dans lesquelles sont plongés les éleveurs, on ne peut plus prendre l'affaire à la légère", a-t-il déclaré à l'AFP au lendemain d'une réunion de crise à Saint-Quentin-en-Mauges, l'un des villages concernés.

Tout un éventail de pièges

Le dispositif détaillé vendredi prévoit la mise en place de collets, de pièges à appâts, d'une caméra infra-rouge, de rondes à VTT des gendarmes et un arrêté destiné à faciliter l'organisation de battues au cas où la bête serait repérée. Les attaques ont frappé la région entre le 15 avril et le 13 juin, puis ont repris depuis le 15 août.

Paradoxalement,aucun des éleveurs touchés n'a vu l'animal. Mais une dizaine de témoignages font état d'une"bête grise à tête de loup et haute sur pattes", selon le sous-préfet. "On peut penser à un berger malinois ou à un chien de cette famille, abandonné ou qui quitte son enclos régulièrement", précise M. Nicolas, écartant l'idée d'un loup.

"Un vrai prédateur"

Pour l'éleveur Charles-Henri Besnard, qui a perdu onze brebis et un agneau en trois attaques au printemps, l'hypothèse d'un loup "paraît complètement farfelue, oui, mais peut-on complètement l'exclure ?" "À voir comment les animaux sont tués, on pense à un vrai comportement de prédateur. L'animal attaque au cou et vient aussi pour se nourrir, toujours de nuit. C'est très perturbant", témoigne-t-il.

La Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a annoncé un dispositif d'évaluation du préjudice. Il pourrait atteindre plusieurs dizaines de milliers d'euros pour l'éleveur le plus touché, qui a perdu une cinquantaine de brebis. Mais aucune prise en charge n'est possible sans identification de l'animal et de son propriétaire éventuel.
RTL.fr

Brebis égorgées dans les Mauges : ils crient au loup-garou

Des brebis se font égorger par une mystérieuse bête, dans les Mauges (sud-ouest de l’actuel département du Maine-et-Loire et de l’ancienne province d’Anjou). Les éleveurs sont désespérés face aux attaques. Un chien errant, un loup ? Désormais, certains osent même parler de… loup-garou !

 

La bête du Gévaudan « version maugeoise » suscite, le temps passant, les fantasmes… Lundi, deux jeunes « spécialistes » de la lycanthropie (transformation de l’homme en loup), venus de Paris, sont arrivés pour trois jours dans les Mauges.

 

86 ovins tués par une mystérieuse « bête »

 

Persuadés de l’existence d’une bête « biologiquement exceptionnelle », ils veulent « sauver le loup-garou », objet du courroux des éleveurs maugeois, après une vague d’attaques qui a causé la mort de 86 ovins, au printemps et à la fin de l’été. Une bête qui tiendrait« à la fois du loup et de l’homme, rusée, qui sait déjouer tous les pièges tendus par les humains ». Dès lors, il serait dommage, selon eux, de ne pouvoir l’étudier vivant.

 

Après avoir distribué des tracts devant un lycée de Cholet, lundi midi, ils sont allés à la rencontre des éleveurs hier et aujourd’hui. Cet après-midi,leur page Facebook, intitulée Sauvons les loups-garous français, comptait plus de 6 500 amis !

 

Source: Ouest-France

Commenter cet article

aterinfo 18/09/2012 10:56


Le Chupacabra est arrivé chez nous ?

Archives

Articles récents