Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Ne vous étonnez plus des nouveaux videurs à l’entrée des boites de nuit : les guêpes n’oublient jamais un “visage”.

Publié par wikistrike.com sur 10 Décembre 2011, 08:46am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

 

Ne vous étonnez plus des nouveaux videurs à l’entrée des boites de nuit : les guêpes n’oublient jamais un “visage”.

 

polistes_thumb1.jpg

 

Certaines guêpes, ont une remarquable capacité à reconnaitre les visages des autres guêpes. Et tout comme les humains, ces insectes piqueurs sont plus sensibles à ces visages qu’ils ne le sont à toute autre forme, y compris les chenilles qu’elles mangent, selon une nouvelle étude.

Les résultats, qui s’ajoutent à la liste des étonnantes capacités que détiennent les insectes sociaux, offrent un aperçu dans la façon dont les animaux/insectes deviennent performants dans des tâches spécialisées. L’étude porte également sur un débat qui fait rage : comment et pourquoi les humains sont si sensibles aux yeux, au nez et à la bouche ? 

“Les guêpes sont incroyablement meilleures dans l’apprentissage des visages de leur congénère, que dans toute autre chose que nous avons testée", a dit Michael Sheehan, un étudiant diplômé en biologie évolutive à l’Université du Michigan à Ann Arbor. “Comme nous, leur façon d’appréhender les visages est différente de la façon dont ils apprennent d’autres images."

Pour un humain non entrainé, toutes les guêpes peuvent se ressembler. Mais, si vous êtes prêt à vous approchez suffisamment d’une variété de guêpes appelée  Polistes fuscatus, il y a des différences évidentes dans les couleurs et les motifs qui recouvrent leurs visages.

Des études antérieures ont montré que ces guêpes peuvent à la fois reconnaître les visages et s’en rappeler au moins pendant une semaine. Parce que cette espèce vit dans des communautés avec des reines multiples qui doivent suivre une hiérarchie stricte, la théorie est qu’elles ont développé des compétences dans la reconnaissance faciale afin de mieux connaitre leur place.

Pour savoir à quel point les guêpes sont douées dans la reconnaissance faciale, par rapport à d’autres objets, Sheehan et sa collègue Elizabeth Tibbetts ont recruté une dizaine de guêpes femelles sauvages afin de les placer dans un simple labyrinthe en forme de T.

Individuellement, chacune des guêpes a volé à partir du bas du T jusqu’à la fourche, où elles pouvaient voir une image de chaque côté avant d’en toucher une. L’une des deux images provoquait un léger choc désagréable. Pour chaque paire d’images, les guêpes ont eu 40 tentatives afin de connaitre celle qui était sans danger.

Lorsqu’il a été présenté aux guêpes deux faces distinctes de guêpe, cela leur a seulement pris environ 10 essais avant d’avoir appris à toujours choisir la bonne. Pour les 30 essais suivants, elles ont choisi la bonne dans environ 75 à 80 % des cas.


face-gupe_thumb1.jpg

 

Les insectes ont été aussi performants lorsqu’on leur a montré deux différentes formes noires sur un fond blanc, mais il leur a fallu beaucoup plus de temps. Il a fallu attendre près de la fin des 40 essais avant qu’elles n’obtiennent le même taux de réussite. Lorsqu’on leur a demandé de faire la distinction entre des chenilles, les guêpes étaient nulles.

Pour examiner plus en profondeur ce qu’ils leur importaient sur les visages, les chercheurs ont testé les guêpes sur des visages dont les antennes étaient absentes ou en brouillant des parties de sorte que, par exemple, les yeux étaient sur la mauvaise partie de la tête. Dans les deux cas, les guêpes ont eu du mal à faire la distinction entre les images.

Une espèce différente de guêpe poliste, avec une structure sociale qui ne favorise pas l’apprentissage de la reconnaissance faciale a complètement échoué aux tests.

Pour les chercheurs, les résultats suggèrent que les guêpes s’orientent dans leur apprentissage des visages d’une façon qui est différente de la façon dont ils apprennent d’autres formes.

Beaucoup d’études ont montré une affinité pour ce genre de reconnaissance faciale chez les moutons, les primates non humains et chez les humains, a déclaré Fred Dyer, un zoologiste à l’Université du Michigan. Les chercheurs continuent à débattre de ce que cela signifie.

Une des plus grandes questions subsiste, à savoir si nos cerveaux se sont spécialisés sur les visages d’une manière uniques à travers l’évolution. Alternativement, il est possible que nous soyons nés avec une capacité plus générale pour faire la distinction entre les formes et que nous ayons appris dès le début que le visage est une forme importante.

En montrant que ces insectes ont développé des compétences similaires à l’homme, l’étude suggère que la nécessité de distinguer différents visages a favorisé l’évolution des deux groupes.

D’autre part, M. Dyer a fait remarquer, qu’il y a toujours la possibilité que les guêpes sauvages, utilisées dans l’étude, aient déjà développé une expertise des visages dans leurs expériences de vie, ce qui pourrait avoir augmenté leur performance. Les humains peuvent aussi et heureusement faire la différence entre différents objets qui ont la même forme et ce genre d’évidence implique que notre sens de la reconnaissance faciale est appris plutôt qu’inné.

Source : gurumed

 

Wasps Can Recognize Faces

Social species relies on recognition to keep the peace, study suggests.

Brian Handwerk

for National Geographic News

Published December 2, 2011

Are you one of those people who never forgets a face? You've got some company in the animal kingdom—the wasp.

Scientists have discovered that Polistes fuscatus paper wasps can recognize and remember each other's faces with sharp accuracy, a new study suggests.

In general, an individual in a species recognizes its kin by many different means. But faces are extremely important to species such as humans, said study co-author Michael Sheehan, a Ph.D. candidate at the University of Michigan in Ann Arbor.

"Studies show that when you look at a face, your brain treats it in a totally different way than it does other images," he said.

"It's just the way the brain processes the image of a face, and it turns out that these paper wasps do the same thing."

(Related: "A 'Competent' Face Helps Win Elections, Study Suggests.")

Wasp Face-Learning Reaps Rewards

For the study, Sheehan and adviser Elizabeth Tibbetts put wasps of P. fuscatusand P. metricus—a closely related species with a much less complex social structure—in the long stem of a T-shaped maze.

Each wasp in the maze was shown two images of faces of other wasps in the same species—one image to the wasp's left and another to its right.

The images "acted like signposts, telling [the subjects] which way to go to get their reward, which in this case was a safety zone," said Sheehan, whose study appears tomorrow in the journal Science.

Though images and safety-zone locations were constantly changed, "one particular image—face A versus face B—was [always] associated with the safety zone," Sheehan explained.

"So they learned, If I go to this face, that's good, but the other face does nothing good for me."

Repeating the maze experiments using simple shapes or other images instead of faces showed that the wasps learned far more slowly and not as well when faces weren't involved—emphasizing the insects' special response to face recognition.

(See "Sheep Are Highly Adept at Recognizing Faces, Study Shows.")

Wasp Face Recognition Helps Keep the Peace

The unique, distinct faces of P. fuscatus wasps, as well as the wasps' ability to recognize and remember each others' faces, are likely tied to the insects' multicolony social structure, Sheehan added.

"They have multiple queens and they all want to reproduce—they all want to be the most dominant. So being able to recognize each other helps them understand who's already beaten who, who has higher ranking in the hierarchy, and this helps to keep the peace.

"When they aren't able to recognize each other, [as] we've shown before, there was more aggression."

(Also see "Alien Wasps Abduct, Drop Ants to Get Food.")

P. metricus wasps, on the other hand, live in single-queen colonies and "don't need to be able to tell each other apart," he said.

Not surprisingly, P. metricus wasps look alike and do not show the same ability for face-learning, Sheehan said.

Human-Wasp Parallels?

Next, Sheehan hopes to find out how human face perception compares with the ability in wasps.

Mammals and wasps have very different eyes, for one thing, and wasp brains are also much smaller and boast far fewer specialized regions.

"We'll be investigating the parallels between primates and wasps," he said.

"There are thousands of research papers on face learning in people, but we're really only beginning to learn about the wasps."

source :

national geographic news


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents