Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Néandertal utilisait-il des plumes comme parure ?

Publié par wikistrike.com sur 22 Septembre 2012, 13:15pm

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

 

 

Néandertal utilisait-il des plumes comme parure ?

 

 

selon-cette-nouvelle-etude-l-homme-de-neandertal-utilisait-.jpgSelon une étude anglo-espagnole, de nombreux sites néandertaliens d’Europe recèlent des restes d’oiseaux dont les ailes ont été coupées : nos lointains cousins confectionnaient-ils des parures avec leurs plumes ?

C'est une découverte inattendue sur nos ancêtres que viennent de révéler des chercheurs anglais et espagnoles. Selon une étude qu'ils viennent tout juste de dévoiler, les hommes de Néandertal étaient peut-être bien plus coquets qu'on ne pensait jusqu'ici. En effet, Jordi Rosell, de l'Université de Tarragone, accompagné de Clive Finlayson et Kimberly Brown, tous deux du Muséum de Gibraltar ont étudié les os d’oiseaux trouvés sur les sites européens occupés jadis par l'homme de Néandertal.

Ils ont alors constaté que les ailes, porteuses de grandes plumes (les rémiges), avaient été régulièrement coupées et manipulées. Chose qui n'avait jusqu'ici pas été remarquée. "Nous avons vu des marques de découpe sur des os d’oiseaux dans une [première] grotte, puis nous avons commencé à en voir dans d'autres grottes… Je pense que c'est un aspect commun aux cavernes du rocher", explique Jordi Rosell. Or, l’explication la plus plausible de cette observation, selon ces chercheurs, serait que Néandertal prélevait en fait ces plumes, sans doute pour en faire des parures...

Mais les observations ne s'arrêtent pas là puisque Rosell et ses collègues ont également noté que les Néandertals avaient semble t-il, une préférence pour certaines plumes : les plus sombres, celles de corneilles et de corbeaux étant souvent ciblés. "Les ailes représentent moins de 20% du poids du corps de ces oiseaux. Il n'y a pas de viande dans les ailes, ce n’était pas pour les manger. La seule explication restante est l'utilisation de ces longues plumes", souligne Juan José Negro, directeur de la station biologique de Doñana à Séville, co-auteur de l’étude.

 

Source: Maxisciences

Commenter cet article

Archives

Articles récents