Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Noël et jour de l'An : Israël tente d'interdire les fêtes non juives

Publié par wikistrike.com sur 26 Décembre 2012, 17:07pm

Catégories : #Religion - pensées

 

Noël et jour de l'An : Israël tente d'interdire les fêtes non juives

 

 

 

rafah-borber-crossing-closed.jpgLe Pape Benoît XVI s'en prend à la Chine mais ne dénonce pas le nettoyage ethnique des Chrétiens du Moyen Orient notamment ceux de Palestine occupée. Le régime colonial juif sioniste rêve d'une Palestine vidée de TOUS ses habitants palestiniens non juifs. Tout est bon y compris interdire les arbres de Noël à Nazareth et ailleurs menacer les hôteliers de perdre leur certificat de Casherout s'ils hébergent les Fêtes du Nouvel An Non Juif comme le révèle le journaliste Jonathan Cook. 


La majorité juive parle souvent de l'importante minorité palestinienne comme étant une menace. Le taux de natalité des Palestiniens constitue pour elle une « bombe démographique » tandis que leur principal programme politique - transformer Israël en « état pour tous ses citoyens » - est la preuve pour la plupart des Juifs israéliens que leurs compatriotes sont vraiment une « cinquième colonne ». 

Mais qui s'imaginerait que les Juifs israéliens pourraient avoir peur d'un arbre de Noël inoffensif ? 

Il y a deux ans déjà ce fait a été porté à l'attention du public quand on a appris que le maire de Nazareth Haute, Shimon Gapso, avait interdit qu'il y ait des arbres de Nöel dans les bâtiments publics dans sa ville au Nord D'Israël. 

« Nazareth Haute est une ville juive et tous ses symboles sont juifs » a dit Gapso. 

« Tant que je serais en poste aucun symbole non juif ne sera présent dans la ville ». 

La décision était pour partie le reflet de son inquiétude que Nazareth Haute construite dans les années 50 comme l'exemple de la politique du gouvernement israélien de « Judaïsation de la Galilée » était entrain d'échouer dans sa mission. 

Loin « d'avaler » la ville historique palestinienne de Nazareth à côté comme les dirigeants l'avaient voulu, Nazareth Haute au fil du temps a attiré des habitants de Nazareth s'étant enrichis et qui ne pouvaient plus construire sur leur propre commune car presque tout l'espace constructible disponible avait été confisqué au profit de Nazareth Haute. 

C'est ainsi que des habitants de Nazareth, la plupart Chrétiens palestiniens, ont acheté des maisons à Nazareth Haute à des immigrants de l'ex Union Soviétique souhaitant vivement quitter la Galilée majoritairement arabe pour se rapprocher le plus possible du centre prés de Tel Aviv. 

L'exode des Juifs et l'arrivée de Palestiniens a conduit le gouvernement à qualifier la ville de Nazareth Haute comme étant une « ville mixte » au grand dam de Gapso. Le maire est un allié inconditionnel du politicien d'extrême droite Avigdor Lieberman et exprime régulièrement de façon virulente ses points de vue anti arabes, dont celui récent d'avoir dit des habitants de Nazareth qu'ils étaient « des habitants haïssant Israël dont la place est à Gaza » et que leur ville est « un nid de terrorisme au coeur de la Galilée ». 

Bien que ni Gapso ni le gouvernement n'ait publié de chiffres pour préciser l'actuel répartition démographique on estime à environ 1/5 le nombre de Palestiniens habitants de Nazareth Haute. Le Conseil Municipal de la ville comprend aussi des élus palestiniens. 

Mais Gapso n'est pas le seul à manifester une opposition tranchante à tout geste de reconnaissance multiculturelle. Le rabbin de la ville, Isaiah Herzl, a refusé la présence d'un seul arbre de Noël à Nazareth Haute considérant que ce serait « offenser les yeux des Juifs ». 

Il semble que ce point de vue reflète la position officielle du rabbinat du pays car lorsqu'ils le peuvent les rabbins cherchent à interdire les fêtes chrétiennes dans les lieux publics inclus des centaines d'hôtels dans le pays. 

Un article récent publié dans le journal Haaretz portant sur un Juif israélien qui cultive des sapins de Noël pour le commerce rapporte en passant que « des hôtels - sous la menace de perdre leur certificat de Casherout - ont l'interdiction émise par le rabbinat de décorer leurs entrées de guirlandes ou - malheur- de mettre même le plus petit sapin de Noël scintillant dans un coin de leur entrée ». 

En d'autres termes le rabbinat a terrorisé en douce les propriétaires d'hôtels israéliens les obligeant à ignorer Noël en les menaçant d'utiliser leur pouvoir pour les ruiner. Ne pas délivrer de certificat de Casherout à un hôtel c'est lui faire perdre sa clientèle juive israélienne et étrangère. 

Peu de maires et de rabbins se trouvent dans la position inconfortable d'avouer en public leurs points de vue sur les dangers représentés par les décorations de Noël. En Israël la ségrégation entre Juifs et Palestiniens est presque totale. Même la plupart des villes mixtes sont en fait des villes juives avec des ghettos- taudis de Palestiniens vivant à la périphérie. 

Mis à part Nazareth Haute le seul autre endroit « mixte » où on trouve un nombre important de Palestiniens Chrétiens c'est Haïfa la troisième plus grande ville d'Israël. On parle souvent de Haïfa comme une ville muticulturelle et tolérante un titre pour lequel il y a peu de compétition. 

Mais l'image cache une sale réalité. Une lettre récente du rabbinat de Haïfa rendue publique faisait état du rappel fait aux hôtels et salles de réception qu'ils ne devaient pas héberger des célébrations de la Nouvelle Année à la fin du mois ( La nouvelle année juive tombe à une autre date). Les hôtels et salles de réception ont été mis en garde qu'ils perdraient leur certificat de Casherout s'ils le faisaient. 

La lettre stipule que « c'est sérieusement interdit d'accueillir tout évènement à la fin de l'année en lien ou qui montre quoi que ce soit des festivités non juives ». 

Après la publication sur Facebook de la lettre le maire de Haïfa, Yona Yahav, a agi pour limiter les dégâts annulant l'édit du conseil rabbinique de la ville Dimanche et insistant sur le fait que les festivités auraient lieu. Ce n'est pas sûr pour l'instant que Yohav ait le pouvoir de faire appliquer sa décision compte tenue des positions indépendantes bien connues des autorités rabbiniques. 

Mais ce qui est clair c'est qu'il y a beaucoup d'intolérance religieuse frôlant la haine s'exerçant discrètement contre les Non Juifs la plupart du temps en coulisses de façon à ne pas ternir l'image « Juive et Démocratique » d'Israël ou offenser les millions de touristes et pèlerins chrétiens qui viennent en Israël chaque année. 

Jonathan Cook a reçu le prix spécial du journalisme Martha Gellhorn. Ses derniers livres : « Israel and the Clash of Civilisations: Iraq, Iran and the Plan to Remake the Middle East » (Pluto Press) et « Disappearing Palestine: Israel's Experiments in Human Despair » (Zed Books).

 

Source: Global research

Archives

Articles récents