Nucléaire: les Occidentaux avertissent l'Iran que le temps est compté


compte-a-rebours-de-film_8219.jpgNEW YORK (nations unies) - Etats-Unis, Royaume uni et France ont prévenu l'Iran jeudi que le temps était compté pour négocier un règlement à propos de son programme nucléaire controversé, au cours d'un débat au Conseil de sécurité des Nations unies.

Il reste du temps et de la marge pour la diplomatie (...) mais le temps est compté, a averti l'ambassadrice américaine Susan Rice. Son homologue britannique Marl Lyall Grant a invité Téhéran à faire rapidement des choix tandis que l'ambassadeur français Gérard Araud soulignait les centaines d'heures de discussions déjà consacrées en vain à ce dossier.

Il reste du temps et de la marge pour la diplomatie mais il revient à l'Iran de répondre de manière constructive aux propositions mises sur la table par les Occidentaux, a affirmé Mme Rice. L'Iran doit prendre des mesures significatives ou subir des pressions accrues, a-t-elle ajouté: Nous n'avons pas l'intention de poursuivre des négociations sans fin qui ne produisent pas de résultats (...). Le temps est compté.

Mark Lyall Grant a estimé que le régime iranien était à la croisée des chemins: Il peut continuer à ignorer les inquiétudes de la communauté internationale à propos de son programme nucléaire ou il peut négocier un règlement. Téhéran peut aussi soutenir un régime d'oppression en Syrie ou jouer un rôle constructif dans la région, il peut exporter le terrorisme ou se comporter en membre responsable de la communauté internationale. Mais Téhéran doit faire ces choix rapidement, a-t-il conclu.

Nous demandons à l'Iran de négocier et l'Iran ne négocie pas, a constaté Gérard Araud. Nous restons ouverts au dialogue mais depuis une dizaine d'années, nous avons mené des centaines d'heures de discussions avec l'Iran et force est de constater que ces discussions ont été menées en vain.

En conséquence et avec les pays qui y sont prêts, nous renforcerons les sanctions aussi longtemps que ce pays n'acceptera pas d'avancer vers le respect de ses obligations, a ajouté l'ambassadeur français.

Les trois pays ont aussi déploré le soutien de Téhéran au régime de Bachar al-Assad et les livraisons d'armes iraniennes à Damas. Les exportations d'armes de l'Iran à destination du régime meurtrier d'Assad en Syrie sont particulièrement inquiétantes, a affirmé Mme Rice en appelant les pays de la région à redoubler d'efforts pour bloquer, inspecter et saisir les cargaisons iraniennes illégales. L'Iran est sous le coup de sanctions de l'ONU qui lui interdisent notamment de telles exportations d'armes.

Le programme nucléaire de l'Iran, que les grandes puissances soupçonnent de chercher malgré ses dénégations à se doter de l'arme atomique, a été condamné par six résolutions de l'ONU, et a poussé les Occidentaux à mettre en place depuis deux ans un embargo financier et pétrolier contre l'Iran. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) vient d'adopter une résolution condamnant l'augmentation continue des activités d'enrichissement d'uranium de la République islamique.

Source:
Tag(s) : #Politique internationale
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog