Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Opération "Crimson Mist" :Abattage électronique au Rwanda

Publié par wikistrike.com sur 26 Avril 2012, 14:08pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

OPÉRATION "CRIMSON MIST" - ABATTAGE ÉLECTRONIQUE AU RWANDA

 


KM-04

LES SPECTRES EMPLOIENT MAINTENANT À BAGDAD LA TECHNOLOGIE
QUI A ÉTÉ "TESTÉE" SUR LES UN MILLION D'AFRICAINS MORTS AU RWANDA<



En fin d'après-midi du 6 avril 1994, une pluie d'obus de canon a déchiré le fuselage d'un avion de ligne survolant le centre du Rwanda. Plusieurs secondes plus tard, l'avion en feu a explosé à son impact avec le sol, tuant le Président Habyarimana du Rwanda, le Président Ntaryamira du Burundi, et la plupart de leurs hauts fonctionnaires. En cette funeste milliseconde de temps, toute la structure de commandement politique de l'Afrique centrale a été décapitée, laissant la voie ouverte à l'opération «Crimson Mist", la plus obscène expérience de contrôle de l'esprit extrême jamais montée par les États-Unis d'Amérique contre une nation souveraine. Que "Crimson Mist" ait été utilisée encore récemment à plus petite échelle en Irak, est maintenant hors de doute. 

Tandis que Habyarimana et ses collègues faisaient leur plongeon mortel, un petit groupe d'hommes et de femmes américains attendaient dans une grande hutte au bord d'une discrète piste d'atterrissage en gravier à quelques milles de la capitale rwandaise Kigali, abri provisoire pour leurs trois avions de transport Hercule C-130 banalisés. Tous les membres de l' équipage portaient de fausses identités les présentant comme « chercheurs atmosphériques » employés par une agence civile américaine authentique, mais c'était seulement pour l'identification de secours si un des avions aviat été forcé d'effectuer un atterrissage imprévu sur le territoire inhospitalier. Dans un but de sécurité totale, ni eux ni leurs trois porteurs n'avaient jamais été en Afrique.

Quand les nouvelles de l'accident présidentiel furent couvertes par la radio, un des avions Hercules a été rapidement préparé pour le décollage. L'ingénieur de vol a vérifié la fixation des paquets de RATO [Rocket Assisted Takeoff], alors que les scientifiques faisaient des ajustements finaux à une grande antenne parabolique à micro-ondes montée sur la rampe de chargement arrière des avions. Ce fut cette pèce d'équipement étrange et ésotérique à elle toute seule qui contribuera directement aux décès de plus d'un million de civils africains pendant les cent jours qui ont suivi. Bien que complètement silencieux en opération, l'unique antenne parabolique à micro-ondes a eu plus de potentiel de massacre qu'un escadron entier Spectres AC-130 de combat armés de cinquante canons Gatling.



Décidés à perpétrer un génocide


Bien qu'officiellement étiqueté «expérience», aucun des participants n'a eu aucun doute que ce fût simplement un maquillage pour l'horrible opération à venir. Chaque membre avait été soigneusement contrôlé et puis recontrôlé par l'US Intelligence pour s'assurer qu'il ait «ce qu'il faut», et soit philosophiquement dévoué à deux objectifs. 

Premièrement, à la nécessité pour l'évolution de contrôler ou d'éliminer la dissidence politique par des moyens extérieurs dans la perspective du 21ème siècle, et en second lieu, à la nécessité d' enrayer ou d' inverser l' augmentation massive des populations dans le monde, qui menaçait de submerger les ressources naturelles, particulièrement l'eau et la nourriture existantes. Intrinsèquement, ceci a exigé une volonté de commettre le génocide, et chaque participant avait passé ce test crucial avec mention.

Tandis les moteurs des Hercule démarraient dans un rugissement, les agents américains à Kigali travaillaient aux côtés de fonctionnaires et de membres locaux du service de sécurité rwandais, augmentant la suspicion publique au sujet d'un acte criminel du crash aérien du Président. Incitée par l'administration corrompue, des membres de la tribu hutu commençèrent à manifester contre des membres de la tribu tutsi et à jeter quelques pierre sur eux. Plutôt innocent au début, hormis quelques méchantes entailles à la machette ici et là. Mais le Hercule C-130 a alors fait un passage soigneusement calculé directement au-dessus des Hutus en tête, et ils sont soudainement devenus enragés. L'oeil vitreux, l'humeur de la foule hutu est passée de la colère simple à la fureur incontrôlable, et en quelques minutes, des centaines de diverses parties de corps tutsis volaient dans l'air. Création de la fureur électronique
Il est important de noter ici que le piège mortel répété des centaines de fois par le Hercule C-130 au Rwanda entre avril et juillet 1994, n'était pas du «contrôle de l'esprit classique» dans le sens où l'entend la «conspiration finale», c.-à-d. où les gens prétendent entendre les messages complexes à l'intérieur de leur tête, ou où ce qu'on craint que le NSA [ou ses semblables] prévoient pour transformer chacun en zombi impuissant en implantant des puces électroniques dans leur bras ou cou. Ce à quoi s'est livré en fait l'équipage du C-130 c'est «d'accroître électromagnétiquement» un état préexistant. Rappelez-vous que les agents et le personnel de service de sécurité ont dû d'abord diriger les membres de la tribu hutu dans la direction du Tutsi, induire une colère raisonnable, et s'assurer qu'ils étaient convenablement armés. Ce n'est qu' alors qu'a pu aller agir le C-130 avec l'onde de contrôle cérébral précise de la «fureur», intensifiant et transformant ainsi le comportement de la foule, de manifestants en colère en fous génocidaires incontrôlables. Bien que pas le «classique», ceci a incontestablement été et est du contrôle mental pour la simple raison que des moyens externes ont été utilisés pour imposer un changement irrésistible de comportement.

Pour ceux qui veulent vraiment savoir quels gouvernements ou quelles agences modifient le comportement public par folie, l'explication n'est pas trop compliquée, cependant obtenir des détails des fréquences classifiées du contrôle de l'esprit est presqu'impossible. Divers universitaires ont réellement démontré certains de ces effets quasi-publiquement au cours des années, qui prouvent la dure réalité pour les sceptiques.

Une des références dans ce domaine est le Dr. Elizabeth Rauscher-Bise, qui était une scientifique et une chercheuse nucléaire au laboratoire national de Lawrence Berkeley et à l'institut de recherche de Stanford, professeur de la physique à l'Université de Californie de John F. Kennedy, consultante en matière de recherches à la NASA et à l'U.S. Navy, membre d'IEEE, APS, AAAS, MAA, ANA, AAMI. Elizabeth Rauscher-Bise a identifié des effets spécifiques de fréquence pour induire la nausée, le bonheur et beaucoup d'autres états comportementaux, il y a des décennies. Manifestement, le Dr. Rauscher-Bise est une passionnée : « Donnez-moi l'argent et trois mois », se vante-t-elle , « et je pourrai affecter le comportement de 80 pour cent des personnes en cette ville à leur insu. Les rendre heureuses - ou du moins, elles penseront qu'elles sont heureuses. Ou agressives. »

À la différence de beaucoup de chercheurs dans ce domaine, Elizabeth Rauscher-Bise tend à être ouverte au sujet de son travail; elle a démontré de nombreuses fois les effets dans des forums quasi-publics, et prétend les expérimenter seulement sur les personnes parfaitement au courant. Il y a de nombreuses années, pendant une démonstration mémorable en Californie, elle a tourné une onde cérébrale spécifique vers tous les étudiants situés du côté gauche de la salle, suite à quoi, ils se sont mis à claquer des dents collectivement et de manière incontrôlable. Quand les étudiants non touchés du côté droit de la salle ont suggéré que ceci pourrait être une certaine sorte de tour, Elizabeth Rauscher-Bise a tranquillement tourné l'onde cérébrale spécifique sur eux à la place. Le côté de doite a alors subit exactement le même sort, observé par les étudiants stupéfaits, mais les étudiants du côté gauche ne furent plus affectés.

 

Source: Rusty James News

Archives

Articles récents