Traduit de l'anglais par Les Chroniques de Rorscharch 

Depuis quelques années le soleil se comporte anormalement. Quand la NASA fait semblant de ne pas savoir pourquoi , ça donne ce papier où la désinformation tourne à fond. 

ISES Solar Cycle Sunspot Number progression_janvier_2013
© NDAA/SWPC Boulder, CO, USA
Progression du nombre de tâches solaires en janvier 2013
Quelque chose d'inattendu est en train d'arriver au soleil. 2013 est censée être l'année du Maximum Solaire, le pic du cycle de 11 ans des taches solaires. Pourtant, 2013 est arrivée et l'activité solaire est relativement faible. Le nombre des taches solaires est bien en dessous de sa valeur en 2011, et les fortes éruptions solaires sont rares depuis de nombreux mois. 

Le calme a conduit certains observateurs à se demander si les prévisionnistes ont raté le coche. Le physicien Dean Pesnell du Goddard Space Flight Center a une explication différente : 

« C'est bien le maximum solaire », affirme t-il. « Mais il semble différent de ce que nous attendions, car il comporte un double pic ». 

La sagesse conventionnelle veut que les fluctuations de l'activité solaire vont et viennent à la manière d'un simple pendule. À une extrémité du cycle, il y a un temps calme avec quelques taches et des éruptions. À l'autre extrémité, le Solar Max apporte un grand nombre de taches solaires et des tempêtes solaires. C'est un rythme régulier qui se répète tous les 11 ans. 

Or, la réalité est plus complexe. Les astronomes ont compté les taches solaires depuis des siècles, et ils ont vu que le cycle solaire n'était pas parfaitement régulier. D'une part, l'oscillation dans la numération des taches solaires peut durer de 10 à 13 ans avant de s'achever. Ainsi, l'amplitude du cycle varie. Certains maxima solaires sont très faibles, d'autres très forts. 

Pesnell note encore une autre complication : « Les deux derniers maximas solaires, autour de 1989 et 2001 comportaient non pas un mais deux pics. L'activité solaire a augmenté, s'est arrêtée puis a repris, en effectuant un mini-cycle qui a duré environ deux ans. » 

La même chose pourrait se produire maintenant. Le nombre des taches solaires a bondi en 2011, plongé en 2012, et Pesnell attend d'eux qu'ils se redressent à nouveau en 2013 : « Je suis à l'aise en disant qu'un autre pic se produira en 2013 et peut-être un dernier en 2014 », a t-il prédit. 

L'autre fait curieux dans le cycle solaire actuel, c'est que les deux hémisphères du soleil ne culminent pas toujours en même temps. Dans le cycle actuel, le sud a été à la traîne du nord. Le second pic, s'il se produit, mettra probablement en vedette l'hémisphère sud dans une séance de rattrapage, avec une hausse de l'activité au sud de l'équateur solaire. 

Pesnell est un membre éminent de l'équipe NOAA / NASA de prévision du cycle solaire, un groupe d'élite de physiciens du soleil qui se sont réunis en 2006 et 2008 pour prévoir le prochain maximum solaire. À l'époque, le soleil connaissait son plus profond minimum depuis près de cent ans. Le nombre des taches solaires indexées était proche de zéro et pendant des mois d'affilé, c'était le calme plat au niveau des émissions de rayons X. Sachant que les minimas profonds sont souvent suivis par de faibles maximas, et ayant rassemblé de nombreuses autres données prédictives, le groupe a publié la déclaration suivante :
« L'équipe de prévision du cycle solaire 24 a atteint un consensus. Le comité a décidé que le prochain cycle solaire (cycle 24) serait inférieur à la moyenne de l'intensité, avec un nombre maximum de taches solaires égal à 90. Compte tenu de la date du minimum solaire et du maximum d'intensité attendu, il est maintenant prévu que le Solar Max survienne en mai 2013. Remarque : il ne s'agit pas d'une décision unanime, mais une majorité qualifiée de ce comité l'a approuvée. »
Compte tenu de l'état tiède de l'activité solaire en février 2013, un maximum en mai semble aujourd'hui improbable. 

« Nous assistons peut-être à ce qui se passe lorsque vous prédisez une amplitude simple et que le Soleil répond par un double pic », commente Pesnell. 

Par ailleurs, Pesnell note une similitude entre le cycle solaire 24, actuellement en cours, et le cycle solaire 14, qui a eu un double pic au cours de la première décennie du 20e siècle. « Si les deux cycles sont similaires, cela signifierait un pic fin 2013 et un autre en 2015 ». 

Personne ne sait avec certitude ce que le soleil va faire. Il semble cependant probable que la fin de l'année 2013 pourrait être beaucoup plus animée que le début.