Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Petit guide sur le tsunami qui affecte les monnaies des économies émergentes

Publié par wikistrike.com sur 28 Janvier 2014, 07:11am

Catégories : #Economie

Petit guide sur le tsunami qui affecte les monnaies des économies émergentes

 

 

 

20_dollar_bills.jpgLes marchés mondiaux des devises ont été très agités la semaine dernière et les monnaies de plusieurs pays émergents ont subi une avalanche de dépréciations. Le rouble est tombé à son niveau le plus bas depuis 5 ans, et le peso argentin a perdu 15%.

Les marchés des changes commencent à réagir à l’arrêt progressif de la politique monétaire américaine de rachat des bons du Trésor, mais aussi au ralentissement de la croissance chinoise.

Mais on assiste également à un changement de méthode. Par le passé, les marchés financiers raisonnaient de façon globale, lorsqu’ils considéraient les pays émergents, les envisageant comme un tout. Mais ce n’est plus le cas, explique Izabella Kaminska du Fiancial Times. Désormais, ils les individualisent de plus en plus pour établir leurs décisions d’investissement.

Au Venezuela, en Argentine et en Ukraine, ce sont les problèmes causés par une gestion critiquable des autorités qui menacent la stabilité économique. Les deux premiers pays sont confrontés à une inflation massive et des relations dysfonctionnelles avec les marchés mondiaux. S’ils échouent à mener des réformes importantes, ils risquent d’entrer dans de très graves difficultés. En Ukraine, beaucoup de choses vont dépendre de la façon dont la crise actuelle évolue.

La Turquie, l’Afrique du Sud, le Pérou, le Chili, l'Indonésie et la Thaïlande font partie du groupe de pays qui ont vécu au-dessus de leurs moyens, grâce à l'afflux massif de capitaux et les prêts accordés par les investisseurs qui recherchaient des gains en dehors des économies occidentales. Ces pays sont les plus vulnérables au changement de la politique monétaire américaine.

La Hongrie, la Roumanie, la Croatie, sont des pays qui subissent encore le fardeau des excès liés à leur essor rapide récent : les suites de l’éclatement d’une bulle de crédit, impliquant un secteur bancaire fragile. Ces pays redoutent le retour d’une nouvelle période de stress financier au sein de la zone euro.

Le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine ont un meilleur contrôle sur leur propre destin, mais ils font face à des problèmes structurels domestiques. Leur évolution dépend plus de la capacité de leurs gouvernants à entreprendre des réformes économiques, plutôt que d’évènements extérieurs.

Cependant, la Corée du Sud, les Philippines et le Mexique, par exemple, font partie des pays avec des perspectives optimistes. La Corée du Sud a conclu de nombreux accords commerciaux signés ces derniers mois ; le Mexique a reçu plus de plus de sept milliards de dollars de promesses d'investissements étrangers lors du Forum économique mondial de Davos, signe de la confiance dans le pays après les réformes récentes mises en œuvre par le président Enrique Peña Nieto .

Enfin, certaines monnaies profitent de cette situation, notamment la livre britannique, le yen japonais, le dollar et l'euro. Bien que l'Europe génère toujours une croissance économique faible, et malgré la faiblesse des taux d’intérêt, l'euro semble être redevenu une monnaie refuge.

 

 

 

http://www.express.be/business/fr/economy/petit-guide-sur-le-tsunami-qui-affecte-les-monnaies-des-pays-emergents/201531.htm

Commenter cet article

poLoq 28/01/2014 09:24


Le propre des monnaies est de s'équilibrer entres elles par des taux de change qui tiennent compte de l'état du pays, c'est les dirigeants du pays qui ont la tâche de gérer ça. Alors si le pays
est aux mains de banques et d'investisseurs...
Il y a bien des règles, mais il faut véritablement porter une méditation, une réflection phylosophique sur le fonctionnement de la monnaie pour arriver à comprendre comment ça va.
Toutes les monnaies, sont soumises aux mêmes règles d'augmentation de la masse monétaire par l'activité économique. Cette masse monétaire doit être régulée au mieux par le gouvernement sinon, ça
conduit régulièrement épisodiquement à des ré-évaluations, des dévaluations...
Pour les utilisateurs de la monnaie, nous, elle représente une richesse, un résultat de travail, ou économique, un avoir, une dette... mais pour le gestionnaire propriétaire de cette monnaie,
absolument pas, elle représente une image du totale du travail des utilisateurs, de la richesse des autres.
Malheureusement le gestionnaire de monnaie se garde toujours bien d'expliquer ça au peuple, et il enfume tout le monde en assimilant sa production de monnaie comme une richesse. Et comme il la
met à la disposition du peuple, c'est en plus sous forme de fausse dette.
Encore, l'augmentation de la masse monétaire induite par l'activité économique fait une évolution naturelle que les riches sont toujours plus riches, et les pauvres plus pauvres ; c'est une loi
naturelle incontournable du fonctionnement monétaire.
Il y aurait encore beaucoup à détailler...
Celui qui comprend bien le fonctionnement de la monnaie comprend facilement qu'il ne doit garder aucun placement financier, même rentable, mais consommer, investir en activité réelle famillale,
convertir tous ses comptes en environnement physique, terrain, maison, stock, outils de vie... D'où tous ces impôts nouveaux de plus en plus massifs qui individualisent la vie et ponctionnent,
pompent toutes les possessions non financières.

caro 28/01/2014 08:30


Les Brics bénéficient également du nouveau fond d'assistance financière lancé par la Chine en Octobre 2013 , dans la zone libre de Shangai .. fond d'assistance  destiné à contrer les
attaques des majors financiers américains pour déstabiliser une monnaie . 


 


Car la guerre des monnaies bat son plein . 


 

Archives

Articles récents