Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Plus de 3,6 millions de mal logés selon la Fondation Abbé Pierre

Publié par wikistrike.com sur 1 Février 2012, 10:29am

Catégories : #Social - Société

Plus de 3,6 millions de mal logés selon la Fondation Abbé Pierre

 

malloges.jpg

Dans son 17e rapport annuel, publié mercredi 1er février, la Fondation

AbbéPierre évalue à plus de 3,6 millions le nombre de personnes mal logées ou sans abri, et plus largement à 8 millions celles concernées par la crise du logement. Le mal-logement s'est "profondément enraciné" en France, dénonce la Fondation Abbé Pierre, demandant aux candidats à la présidentielle un "véritable changement d'orientation des politiques""Le logement est devenu une vraie machine à exclure et à produire des inégalités", résume Christophe Robert, délégué général adjoint de la Fondation.

Début janvier, un coup d'éclat d'Eric Cantona, qui s'est lancé dans la course aux 500 signatures pour la présidentielle, avait pour but de placer le sujet au cœur du débat électoral. Le pari semble bien engagé, puisque quatre candidats ont annoncé leur présence : François BayrouFrançois HollandeEva Joly et Jean-Luc Mélenchon.

Selon la Fondation, les difficultés concernent plus que les 700 000 personnes dépourvues de logement personnel (dont 133 000 sans domicile fixe selon l'Insee) : "3,6 millions de personnes [sont] non ou très mal logées, et plus de 5 millions de personnes supplémentaires [sont] en situation de réelle fragilité de logement à court ou moyen terme." La crise a joué un rôle d'accélérateur, avec"la fragilisation des ressources des ménages", doublée de "l'augmentation considérable du coût du logement".

PLUS DE 4 MILLIONS DE MÉNAGES VIVENT AVEC MOINS DE 500 EUROS MENSUELS

Trouver un logement, en changer ou le garder devient "source de préoccupation majeure" pour les plus démunis, mais également pour les revenus modestes (salariés pauvres, familles monoparentales, etc.). Pour Christophe Robert, "les frontières de l'inacceptable sont dépassées", certains trouvant refuge dans des cabanes, des bidonvilles, des caves, des campings, les autres acceptant des logements plus petits, plus loin, plus détériorés.

Le logement accentue ainsi la précarité : selon une étude menée à partir d'une enquête Insee (2006), plus de 4,2 millions de ménages vivraient avec moins de 500 euros mensuels, une fois le logement payé. Les ménages s'adaptent au prix de "renoncements importants" et en recourant à des mécanismes de solidarité qui "ne tiendront qu'un temps", souligne Christophe Robert.

La Fondation constate l'enracinement du mal-logement et la diversification de ses visages, avec de plus en plus de personnes touchées jusque dans les classes moyennes. Elle impute ce phénomène à la flambée des prix de l'immobilier et des loyers, aux effets de la crise, mais aussi à une politique du logement jugée"excessivement faible" et parfois "injuste". "La ligne générale des politiques a été de soutenir de façon inconsidérée les marchés immobiliers", explique Patrick Doutreligne, délégué général de la Fondation, selon qui "il manque entre 700 000 et 800 000 logements en France".

 

Source: Le Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents