Pornographie préhistorique : les toutes premières représentations d’organes sexuels dessinées par l’homme

sex-preh

De multiples images, gravées et peintes, d’organes sexuels féminin et masculin, d’animaux et de figures géométriques ont été découvertes dans le sud de la France et sont considérées comme la première forme d’art pariétal (œuvres d’art préhistorique sur les murs de grotte) connue.

La datation des gravures au radiocarbone révèle qu’elles ont été créées il y a 37 000 ans. Ce qui les rend légèrement plus anciennes que les plus récentes traces d’art rupestre précédemment découvert dans la grotte Chauvet dans le sud-est de la France.

Les représentations, récemment découvertes, se trouvaient dans l’abri Castanet dans le sud de la France, qui est très proche de la grotte Chauvet, il est ainsi probable que les artistes dans les deux cas provenaient de ce qui est connu sous le nom de culture aurignacienne, qui a existé jusqu’à, il y a environ 28 000 ans.

Ci-dessous : une partie des œuvres récupérées lors des fouilles effectuées dans l’abri Castanet (clic pour agrandir) : (A) gravure de vulve. (B) Juxtaposition d’une gravure de “phallus” et un "anneau" creusée sur la surface du bloc. (C) peinture bichrome indéterminée. (D) Gravure de vulve et cupules.

image

D’après l’auteur principal de l’étude (lien plus bas), Randall White, l’abri Castanet a longtemps été reconnu comme l’un des plus anciens sites en Eurasie, avec des preuves du symbolisme humain sous la forme de certains d’ornements personnels tels que des dents d’animaux percées, des coquillages percés, des perles d’ivoire et de stéatite, des gravures et des peintures sur des dalles de calcaire.

Randall White, professeur d’anthropologie à l’université de New York, a ajouté que les œuvres d’art sont associées avec les membres de quelques-unes des premières populations humaines modernes qui ont quitté l’Afrique et se sont dispersés en Eurasie.

White et son équipe internationale ont analysé les gravures, qui ont été faites avec de l’ocre sur un bloc de 1500 kg de calcaire trouvé dans un abri sous roche occupés par un groupe de chasseurs de rennes Aurignacien. Les chercheurs pensent que le calcaire était le plafond de l’abri qui, plus tard, s’est effondré.

Ci-dessous : L’abri Castanet, site préhistorique sur la commune de Sergeac, dans le vallon de Castel Merle, Dordogne, France. (Wikipédia)

abri Castanet

Les gravures comprennent des représentations de «la fin d’un dos de cheval», selon les chercheurs, ainsi que plusieurs images de vulve féminine. D’autres gravures "zoomorphes’ et “géométrique” sont incluses, ainsi que des images supplémentaires d’organes sexuels féminins.

Contrairement aux peintures et gravures de Chauvet, qui sont profondément sous terre et loin des zones de vie, les gravures et les peintures à Castanet sont directement associées à la vie quotidienne, compte tenu de la proximité d’outils, de cheminées, d’os et de la production d’outils en bois de cervidé.

La découverte, à bien des égards, conduit à plus de questions que de réponses, au vu du sujet de l’œuvre. Bien qu’il existe des figures d’animaux, le motif dominant est celui considéré comme représentants des formes abstraites de vulves féminines, affirme White, mentionnant que d’autres interprétations pourraient être possibles.

D’autres œuvres d’art aurignacien, cependant, représentent clairement des organes sexuelsVenusHohlefels2 féminins. La Vénus de Hohle Fels (ci-contre), par exemple, est une figurine en ivoire datant d’au moins 35 000 à 40 000 ans, selon Nicholas Conard, un paléoanthropologue de l’université de Tübingen qui la découverte.

La figurine, trouvée dans une grotte au sud-ouest de l’Allemagne, représente une femme avec une poitrine opulente et dressée, une vulve prononcée et des grandes lèvres, visibles entre les jambes ouvertes de la femme.

D’autres soi-disant "figurines de Vénus" de la période du gravettien ont été trouvées, il peut donc y avoir été une tradition culturelle commune. Toutes mettent l’accent sur les attributs sexuels avec une absence marquées des jambes, des bras, du visage et la tête, d’autant plus notable dans le cas de la Vénus de Hohle Fels où la tête à été remplacé par un orifice servant à passer une ficelle pour s’en servir comme pendentif.

Les vulves abstraites représentés à l’abris Castanet semblent suivre ce style. On ne sait pas si les hommes ou les femmes ont créé les représentations ou si elles ont été utilisées à des fins rituelles.

White a conclu que la découverte, de concert avec les riches enregistrements, d’approximativement la même période, dans sud de l’Allemagne, l’Italie du Nord et le sud-est de la France, soulève à nouveau la question de la signification évolutive et adaptative de la représentation graphique et de son rôle dans la dispersion réussit des populations modernes humaines sur l’Afrique en Eurasie occidentale et au-delà.

L’étude publiée sur PNAS  : Context and dating of Aurignacian vulvar representations from Abri Castanet, France, à partir du New-York Time (et image d’entête) : A Precursor to Playboy: Graphic Images in Rock.

 

Source:Gurumed

Tag(s) : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog