Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Pour la majorité des Brésiliens, "une femme peu vêtue mérite d'être violée"

Publié par wikistrike.com sur 30 Mars 2014, 10:25am

Catégories : #Social - Société

Pour la majorité des Brésiliens, "une femme peu vêtue mérite d'être violée"
rio.jpgUn sondage gouvernemental a révélé que plus de 50% des Brésiliens étaient d'accord avec l'affirmation qu'« une femme portant des vêtements provocants mérite d'être violée ». La parution du sondage a provoqué une levée de boucliers sur les réseaux sociaux dans un pays qui oscille entre culte du corps et catholiscime conservateur. 

Polémique au Brésil : l'IPEA, Institut d'Enquête Economique du gouvernement brésilien, a publié cette semaine un sondage dans lequel 65,1% des 3810 citoyens Brésiliens interrogés étaient d'accord avec l'affirmation que « les femmes portant des vêtements provocants qui laissent voir leur corps méritent d'être violées ». Ils étaient également 58,5 à cautionner le fait que « si les femmes se comportaient mieux, il y aurait moins de viols ». 

La publication du sondage a provoqué une levée de boucliers sur les réseaux sociaux. La journaliste et militante Nana Queiroz a lancé une page Facebook, imitée par de multiples autres, intitulée « Je ne mérite pas d'être violée ». Des milliers de femmes ont répondu à son appel, postant des photos d'elles peu vêtues voire topless et arborant le slogan sur leur corps : plus de 22.000 photos et affiches ont afflué sur le réseau social. 

women, rap
© Capture d'écran Facebook © Radio France
L'une des affiches réalisées contre la banalisation du
viol au Brésil
Conservatisme et culte du corps 

La présidente brésilienne Dilma Roussef a également témoigné de son indignation dans un tweet rappelant que « la société brésilienne [avait] encore beaucoup de progrès à faire ».
pesquisa do @ipeaonline mostrou q a sociedade brasileira ainda tem muito o q avançar no combate à violência contra a mulher#Respeito 

- Dilma Rousseff (@dilmabr) 28 Mars 2014
Ce sondage s'inscrit dans un pays au climat particulier : le Brésil balance entre conservatisme catholique et culte du corps. « Le plus surprenant est qu'il est permis de se dévêtir pendant le carnaval mais pas dans la vie réelle », a souligné la créatrice de la page Facebook. 

Un paradoxe avec lequel la présidente Dilma Roussef a été contrainte de composer sur le dossier de la protection des victimes de violences sexuelles. L'Eglise catholique y voyait un premier pas vers la légalisation de l'avortement, qui est pour l'heure uniquement autorisé en cas de viol ou lorsque la vie de la mère est en danger.
http://www.franceinfo.fr/monde/pour-la-majorite-des-bresiliens-une-femme-court-vetue-merite-d-etre-viol-1367795-2014-03-29
Commenter cet article

Archives

Articles récents