Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Pourquoi la "théorie du parachutiste" va faire chuter le CAC 40 de 80 % ?

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 21 Octobre 2011, 22:01pm

Catégories : #Economie

Pourquoi la "théorie du parachutiste" va faire chuter le CAC 40 de 80 % ?


parachute.73141.jpg
Les marchés financiers fonctionnent par cycles et il semblerait que les indices cherchent tout simplement à répéter ce qui s'est produit par le passé : retrouver la valeur juste après des années de spéculation. Nous devrions donc assister très prochainement à un crash général d'au moins 43% du prix des actions américaines. Un sans précédent dans l'histoire des marchés ! Cela se produit lorsque le déséquilibre entre la valeur et le prix devient une aberration pour le marché. Il corrige simplement un déséquilibre.


"Le prix n'est rien, la valeur est Tout."    Mike Maloney
D'après le graphique ci-dessous, nous savons que le ratio Dow/Gold est à son point d'équilibre lorsque 4 onces d'or achètent une part de Dow. C'est la valeur juste hors des bulles spéculatives. Les "grandes montagnes" sont les bulles créées par les spéculateurs boursiers.

Si nous regardons le graphique du ratio Dow/Gold, nous remarquons que depuis 80 ans, le niveau des 13 onces d'or pour une part de Dow Jones est un point stratégique.

"La Théorie du Parachutiste"
Nous remarquons qu'à chaque fois que ce ratio vient toucher son niveau de 13 onces d'or pour 1 part de Dow (pointillés rouges) en 1929, 1973 et 2008, nous assistons à une accélération baissière de ce ratio lorsqu'elle a été précédée d'une bulle.

Il semblerait que ce point soit un indicateur d'accélération de tendance. Une sorte de point de non-retour.

Cela me fait penser à un parachutiste qui saute d'un avion. Lorsqu'il est encore à bord, il a encore le choix de sauter dans le vide.

Une fois passée la porte (le niveau 13 du ratio Dow/Gold), il n'a pas d'autre choix que d'arriver en bas (parachute ouvert ou non !). C'est-à-dire de retrouver la valeur juste : la terre ferme et sécurisante.

Mais plus il descend vite, plus l'arrivée au sol est brutale. Il enfoncera alors quelques centimètres sous la surface de la terre-valeur juste.

Pour notre ratio, la théorie du parachutiste fait descendre le chiffre comme ceci :
En 1929, la crise a fait chuter le parachutiste à 2 onces d'or pour 1 part de Dow Jones. 

En 1980, la bulle était plus grosse, notre parachutiste 
est donc tombé de plus haut, et 1 once suffisait à acheter 1 part de Dow Jones.
La bulle des années 2000 est encore plus grosse,  nous avons imprimé encore plus de devises pour faire plaisir aux banques comme jamais auparavant et notre parachutiste tombe d'encore plus haut. Combien de parts de Dow notre once d'or va-t-elle acheter arrivée en bas ?
Nous savons qu'aujourd'hui, l'once coûte 1'630 $ environ et le que le Dow est coté 11'500 $.
7 onces d'or sont donc nécessaires pour acheter 1 part de Dow Jones en 2011. D'après cette théorie, nous avons passé le point de non-retour et nous fonçons vers le sol encore plus vite.


2 solutions pour retrouver la valeur juste à un ratio de 4 onces pour 1 part de Dow: 
Soit l'or est sous-évalué et doit monter de 73% à 2'825 $ l'once

Soit le Dow Jones est surévalué et doit descendre de 43% à 6'520 points... 
Comment savoir ?

Il nous suffit donc de savoir si le Dow Jones est surévalué. Pour cela, il suffit de prendre l'actif concerné comme unité de mesure du dividende versé...

Intéressons-nous à la valeur des actions.

Posons-nous la question suivante avant d'en acheter :


"Combien mesure mon dividende annuel 
en nombre d'actions de la même société ?"
La valeur réelle d'une action est déterminée par le ratio entre le dividende et le prix. Plus ce ratio est bas, plus l'action est surévaluée. Le point d'équilibre se situe sur un ratio de 4,8 actions pour 1 dividende.
Je me suis procuré une analyse très intéressante de l'Université d'Orléans qui s'appuie sur une étude menée par Campbell et Shiller, professeurs d'économie au Bureau National des Etudes Economiques de l'Université de Yale (USA).

Cette étude porte notamment sur un ratio Dividende/Prix d'une action.
En d'autres termes, ce graphique permet de visualiser la valeur réelle d'une action.

Observez que ce graphique ne mène nulle part ! Sa tendance est linéaire !

Savez-vous pourquoi ?

Réponse : Puisque la valeur d'une chose est toujours égale à elle-même... c'est pourtant simple messieurs les traders... 





 

Ce graphique montre que la moyenne de ce ratio est de 4,8 sur le S&P 500 (indice des 500 plus grosses compagnies industrielles américaines). C'est à dire que depuis 1871, 1 dividende vaut 4,8 actions en moyenne.

En 1999, ce ratio était seulement de 1,17.  C'est à dire que 1 dividende valait 1,17 action.

Je me suis amusé à comparer ce graphique à celui du ratio Dow/Gold. Nous remarquons qu'à chaque  éclatement de bulles spéculatives (paroxysme des crises financières), le ratio Dividende/Prix réalise un fort plus bas. Ce qui signifie que les actions se trouvent en sur-évaluation à cet instant précis du plus fort de la crise.


Puis ce ratio remonte à son équilibre de 4,8 lorsque la crise est terminée.

Les pics à la hausse représentent les sous-évaluations extrêmes du Dow.



Dès que la crise passe et que les transferts de richesse sont terminés (les investisseurs actions se sont fait dépouiller par les vendeurs de métaux précieux), le ratio reprend son chemin à la hausse (1929, 1973, et.... ?) car les entreprises servent les meilleurs bénéfices quand plus personne n'en veut !...

Les actionnaires empochent des gains massifs pour une poignée d'or vendue au plus fort de la crise !
En 1932, une entreprise du S&P500 
versait en moyenne un dividende de 
14 fois la valeur d'une action 

Une action à 100$ rapportait 30$/an au plus fort de la crise de 1929. Puis, suite à la fuite des investisseurs dépouillés et traumatisés, les entreprises se retrouvent outrageusement bradées jusqu'en 1932.

Une action à 100$ rapportait 1'400 $/an durant cette année-là ! 

Puis, l'économie américaine se releva et la surévaluation des actions n'est jamais tombée sous la barre des 3, jusqu'en 1987 (année du "crash invisible" : l'inflation).

Et depuis 1999,  le ratio Dividende/Prix réalise sans cesse des plus bas comme jamais de toute l'Histoire et  poursuit, encore actuellement, une tendance baissière.


Petit rappel historique: La valeur d'une devise est imaginairepuisqu'elle est décrétée par un document et ne s'appuie sur aucune valeur tangible depuis le coup d’État de Nixon en 1971.
Résultat: Plus il y a de devises en circulation, plus la possibilité d'achat d'actions augmente,  
plus la valeur imaginaire des entreprises augmente...

Et c'est cela que le marché cherche à corriger...

Ceci est causé par l'abondance de devises imprimées qui ne reposent sur aucune valeur tangible. Plus le temps passe, plus les billets de banques ressemblent EXPLICITEMENT à des billets de Monopoly et ce graphique nous le montre parfaitement. 

Vous avez devant vous le graphique (ratio Dividende/Prix) qui démontre que les entreprises sont évaluées avec une valeur chiffrée imaginaire : le dollar.

Et lorsque nous mesurons, la valeur des entreprises avec de la vraie monnaie (ratio Dow/Gold), la valeur s'écroule !


Il est évident que ce ratio ne pourra jamais tomber à 0. Cela signifierait que toutes les entreprises ont choisi de ne distribuer aucun dividende...

Ce qui est impossible pour continuer à faire tourner l'économie.

Le marché a donc besoin de corriger ce déséquilibre... 

L'action BNP Paribas doit baisser de 98,5% 
pour retrouver sa valeur réelle !
A partir de cette base de travail, regardons le ratio dividende/prix sur l'action BNP Paribas avec les données du jour :
Prix action :                                          31,29 €

Dividende servi par action :                  2,22 €
Ratio dividende/action : 2,22 / 31,29 =   0,07

En se référant à la moyenne du ratio Dividende/Action de 4,8 depuis 140 ans, quelles sont les conclusions ? 


Si le dividende versé est de 2,22 €, l'action devrait être cotée 0,46 €

Pour revenir à sa juste valeur en fonction du dividende annuel payé, l'action BNP doit corriger son cours de 98,5%... à moins que la direction ne choisisse d'augmenter le dividende de 75 fois... 

Ce qui est très très peu probable...

 Amusez-vous à faire ce ratio sur toutes les entreprises de toutes les places du monde, vous allez découvrir des choses surprenantes....

Si le S&P 500 doit s'effondrer de 43%, le CAC 40 suivra la tendance avec une chute avoisinnant les 80% pour retrouver sa valeur juste... 

Les traders connaissent cette méthode de calcul et ils semblent anticiper un crash important avant la fin 2011 (à lire ici)...
Gold-Up
Commenter cet article

rau 22/10/2011



Je ne comprends pas le raisonnement pour les actions.


Il nous est parlé du ratio dividende/prix. Je pense qu'il s'agit plutôt d'un pourcentage de rendement. Qu'une entreprise puisse verser "un dividende de 14 fois la valeur d'une action" me semble
tout à fait impossible ! C'est plutôt 14%. Un dividende est toujours inférieur à la valeur de l'action.


Donc pour la BNP aujourd'hui on serait à 0,07 soit 7%, ce qui est tout à fait correct !!



Maverick 22/10/2011



Cet article illustre bien à quel point les chiffres ne veulent rien dire en eux-même. L'âge du capitaine ne dit rien sur l'état du navire ... Je vais (essayer de) faire simple,
j'espère que mes collègues financiers me pardonneront de shématiser.


1 ) Cette histoire de ratio Dow/Gold, c'est du flan. le graphique indique d'ailleurs une valeur plancher inférieure à 4, et cette histoire de 13 comme valeur critique, c'est comme de pas être 13
à table ... Et vous noterez que comme par hasard nous sommes en ce moment à une valeur de 13.


2 ) A la base, une action est un titre de propriété. Si on a 51 % des actions, on est actionnaire majoritaire (et on fait la loi), et si on a 33 %, on a une "minorité de blocage" (comme un droit
de Veto à l'ONU). La totalité des actions constitue le Capital Social. Comptablement, c'est la source de financement la plus durable de l'entreprise, puisqu'elle appartient à ses propriétaires.


3 ) Le Prix et la Valeur d'une action sont effectivement deux choses différentes, si le Prix est sa cotation sur les marchés (son cours), et sa Valeur est le montant qui apparaît dans les comptes de la société. La valeur est marquée dessus. Une action de valeur comptable 100 Euros peut s'échanger à un prix
supérieur ou inférieur. Mais le Prix de l'action n'a pas d'influence sur son Bilan Comptable (du moins pas sur cette ligne-là, mais restons simple et ne parlons pas d'émissions ou de divisions
d'actions avec les boni et mali qui peuvent aller avec).


4 ) Le ratio Prix / Dividende (aussi appelé Price Earnings Ratio, P.E.R.) indique que si vous achetez une action 50 Euros et qu'elle
vous rapporte un dividende de 2 Euros, vous avez fait un placement à 4 % de rendement. Même si la valeur comptable de l'action est de 100 Euros, ou 10 Euros, ou 1 Euro. C'est
complétement déconnecté.


pour plus d'infos sur le PER :


http://fr.wikipedia.org/wiki/Price_Earning_Ratio


Après, plus l'action de l'entreprise est demandée sur les marchés, plus le Prix de ses actions sera élevé, et plus facilement elle pourra vendre de nouvelles actions pour augmenter son capital
(financement). Enfin, c'est la théorie. Parce qu'il y a la spéculation; certains acteurs des marchés anticipent de plus ou moins bons résultats, une O.P.A, une émission d'actions ... Mais à la
base, une action est un titre de propriété, une participation au capital d'une entreprise.


J'espère avoir été clair... Merci de votre attention



Maverick 22/10/2011



@ rau : Le PER est un indicateur de cotation. Vous avez bien saisi la différence entre le rendement et la cotation. Si vous vous intéressez au rendement économique réel de
l'entreprise, il faut faire des ratios à partir du bilan et du compte de résultat, et ignorer la bourse. Le R.O.S. (Return On Sales) indique le taux de marge, le R.O.E. (Return On Equity) indique
combien de résultat le Capital de l'Entreprise génère.



Maverick 22/10/2011



Je voudrais rajouter un dernier truc. Si les marchés sont dans la situation actuelle, c'est parce qu'ils ont essayé de piloter l'économie "en force" à partir des indicateurs et des ratios, au
lieu de tenir compte de la réalité économique et de s'adapter à celle-ci. C'est aux marchés de financer les entreprises, et non l'inverse.


Et le dispositif des "Stock Options" a joué un rôle non négligeable dans la prise de contrôle des entreprises par les marchés. (A mon avis, il faut tout simplement le supprimer, et le remplacer
par un système de primes selon divers critères de performance : Croissance, Position, Performance économique, Valorisation de l'action).Mais c'est un autre sujet.



Blog archives

Recent posts