Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Poutine esquisse son programme 2012 pour la Russie

Publié par wikistrike.com sur 5 Mars 2012, 05:30am

Catégories : #Politique internationale

Poutine esquisse son programme 2012 pour la Russie


poutine0.jpgLe président russe Dmitri Medvedev a trouvé un terrain d’entente avec Washington concernant l’expédition de fournitures militaires en Afghanistan et un arrêt des ventes de missiles antiaériens à l’Iran. Dans la perspective du prochain retour de V. Poutine au Kremlin, probablement jusqu’en 2018, les analystes s’interrogent : est-ce que la politique étrangère de la Russie va radicalement changer ? Le futur président de la Russie vient de publier un essai, justement sur la politique étrangère de son pays, dans lequel il dit que les Russes doivent se serrer les coudes dans un monde qui devient dangereux et où les vues de Moscou doivent être prises en compte, même si cela se traduit par un front du refus aux Occidentaux.

 

Poutine écrit : « La Russie n’est traitée avec respect que lorsqu’elle est forte et reste ferme sur ses deux pieds ». Et la seule manière de créer un monde sécuritaire pour les Etats-Unis, c’est de le faire avec la Russie, certainement pas en cherchant à l’affaiblir géopolitiquement, ou tenter de nuire de quelque manière à son potentiel de défense.

 

De l’avis de Viktor Kremeniouk, directeur adjoint de l’Institut d’études canadiennes et américaines, la coopération du Kremlin avec l’Occident devrait se faire au cas par cas. Selon lui, les Russes ont maintenant de sérieux doutes sur les bonnes volontés de l’Occident à l’égard de la Russie. D’ailleurs, Poutine vient de mettre (encore) en cause la politique étrangère et agressive des Etats-Unis qui, systématiquement, empiètent sur des régions considérées jusqu’alors chasse gardée de la Russie. Poutine dit que cette agressivité survient comme par hasard dans un contexte électoral russe important. Poutine interprète le printemps arabe comme une tentative occidentale d’influencer une région où la Russie détient de sérieuses parts de  marché. Ce qui s’est produit avec la Libye est une gifle pour la Russie. C’est bien pourquoi la Russie ne bougera pas d’un iota sur la Syrie.

 

Poutine en profite pour accuser ces nombreuses ONG qui sévissent en Russie, sont financées par les Occidentaux, et sont utilisées pour le déstabiliser personnellement. Fort de l’expérience acquise durant ses nombreuses années de services comme officier du KGB, il dit bien connaître ces réseaux de financement extérieurs. Poutine affirme que le but des financiers de ces pseudo-ONG est de l’empêcher de bien gérer le destin des citoyens russes, de fragiliser la Grande Russie.

 

Poutine met également en lumière les relations fructueuses existant entre la Russie et la Chine. Il fait l’éloge de l’expansion économique de la Chine et du modèle de Pékin que la Russie doit imiter. Selon Alexander Lukin, directeur d’East Asian Studies à l’Université de Moscou, la Russie va considérablement développer ses relations commerciales et ses investissements avec la Chine.

 

Pour conclure, Poutine annonce que le monde va assister au grand retour de la Russie sur la scène internationale. La Russie de Poutine sera incontournable dans les gros dossiers régionaux et la résolution des bouleversements géopolitiques majeurs qui se préparent au Proche-Orient. En privé, Poutine confie que l’avenir de l’Europe occidentale est “extrêmement sombre”… Il faut interpréter cela à la lumière de la rencontre quasi-secrète qui a récemment eu lieu entre lui-même et Henry Kissinger, et où les deux blocs ouest/Russie se sont entendus sur certains partages. La teneur de ces accords explique ce que nous avons récemment écrit sur A. Merkel, l’ancien agent communiste de RDA.

 

Source: Liesi

Archives

Articles récents