Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Quelles sont les causes de la déforestation et de la dégradation des forêts ?

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 29 Août 2011, 20:22pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Quelles sont les causes de la déforestation et de la dégradation des forêts ?

 

foret300px_Lacanja_burn.jpg

 

 

La déforestation et la dégradation de la forêt dans le monde sont principalement liées à des activités humaines considérées aujourd'hui plus rentables à court terme que la préservation ou la gestion durable de la forêt.

 

La déforestation correspond au déboisement de parcelles de forêt, suite à une surexploitation de la forêt ou afin de libérer des terres pour d'autres usages. Elle résulte des actions de déboisement puis de défrichement, liées à l'extension des terres agricoles, à l'exploitation des ressources minières du sous-sol, à l'urbanisation, voire à l'exploitation excessive ou anarchique de certaines essences forestières. Elle se concentre aujourd'hui dans trois bassins forestiers situés dans des pays tropicaux : l'Amazonie (Brésil) et l'Indonésie et en Afrique centrale (République du Congo).

 

La déforestation n'est pas un phénomène récent. Du Moyen Âge au début de la révolution industrielle, le défrichage et les coupes opérés pour accroître les surfaces agricoles et fournir des bois d'oeuvre et de chauffage font passer le territoire de l'ancienne Gaule d'un taux de boisement de 90 % à moins de 15 % seulement.
La déforestation actuelle concerne essentiellement les forêts tropicales. En 2005, elle a été qualifiée d'« alarmante » par la FAO.

La destruction de la forêt serait responsable de 18 à 20% des émissions de gaz à effet de serre. C'est un des éléments importants qui causent le réchauffement climatique.


  • Quelques chiffres

Selon la FAO, environ 13 millions d'hectares de forêts disparaissent annuellement sur Terre. C'est l'équivalent de la surface de l'Angleterre, soit 1 terrain de football toutes les quinze secondes. C'est l'équivalent en surface de 86% de la forêt français qui disparaît ainsi chaque année.

 

Recul des forêts primaires : Sur la base des chiffres officiels envoyés par chaque états, le rapport FRA 2005 de la FAO conclut que suite à la déforestation ou à des coupes sélectives, les plantations artificielles d'arbres ont encore augmenté, couvrant en 2005 près de 5% des superficies boisées du monde ; les forêts primaires ou faiblement anthropisées ne constituent plus en 2005 que 36% de la superficie forestière mondiale, continuant à disparaître ou être modifié à raison de 7,3 millions d'hectares par an.


  • Devenir des terrains : Une partie des coupes sera suivie d'une régénération forestière, souvent lente ou médiocre, une autre partie sera plantée d'arbres de rentes (eucalyptus, palmier à huile, hévéa, cacaoyer, théier, caféier..) mais en Amazonie, la plus grande partie est transformée en culture de soja et ailleurs en champs (Environ 75% des pertes forestières sont dues à l'expansion agricole). En zone tropicale, ces champs se dégradent rapidement, pour évoluer vers une savane ou la désertification.
  • Perte de biodiversité : Olfield suggérait en 1998 que près de 10 % des espèces d'arbres connues, soit environ 7 000 espèces, sont menacées d'extinction à court ou moyen terme (essentiellement en zone tropicale), et pour chaque espèce, c'est une richesse génétique plus grande encore qui est perdue.

Une enquête de la FAO portant sur les ressources forestières mondiales montre que, même si la déforestation reste préoccupante, son rythme a ralenti ces dix dernières années : 5,2 millions d'hectares de surfaces boisées ont disparu entre 2000 et 2010 contre 8,3 millions entre 1990 et 2000.

 


Quelles sont les causes de la déforestation ?


* La conversion des forêts en terres agricoles, afin de nourrir les populations locales ou de mettre en place de très grandes exploitations orientées vers l'exportation, notamment pour l'alimentation animale - soja - ou pour la production d'agro-carburants - palmiers à huile, canne à sucre...). Ce phénomène, qui se produit essentiellement en Amérique du Sud, est accentué par l'accroissement démographique et le développement économique des pays en développement où se trouvent les forêts. A ces phénomènes s'ajoute l'augmentation de la demande des pays occidentaux en produits alimentaires et en bois à utiliser comme source d'énergie.

 

Dans les années 1990, près de 70 % des zones déboisées ont été transformées en terres agricoles:

La déforestation en zone tropicale est causée principalement par :


* l'élevage de bétail. En 1990, 75 % des terres déboisées, en Amazonie, était utilisées pour l'élevage.
* la culture du soja . 16 % de la forêt amazonienne a été convertie en surface de culture pour le soja;
* la culture du palmier à huile comme c'est le cas dans la région de Riau en Indonésie. Toutes ces cultures ont pour destination l'industrie agro-alimentaire.

 

*Le surpâturage est également en cause : le bétail détruit la végétation et empêche sa régénération. Les bœufs brésiliens, par exemple, empiètent de cette façon largement sur la forêt.

 


* Le reboisement constitué de monocultures d'arbres à croissance rapide, comme les palmiers à huile
en Indonésie et Malaisie. La production d'huile de palme, étant très utilisée par les fabricants d'agro-carburants et par les grands groupes de l'industrie agro-alimentaire. Au Brésil, on cultive des eucalyptus pour la production de pâte à papier bon marché. Ces nouvelles plantations ne peuvent pas assurer les mêmes fonctions sociales et environnementales que les forêts naturelles qu'elles remplacent.


* L'urbanisation ou aménagement du territoire
: la construction de bâtiments, le développement des infrastructures...


* La surexploitation ou l'exploitation illégale du bois. Malgré les règles encadrant l'exploitation des forêts dans la plupart des pays, la surexploitation, surtout dans les pays d'Afrique, n'a pas pu être évitée. Madagascar a perdu plus des 4/5èmes de sa surface forestière depuis un siècle, notamment à cause de la surexploitation et du commerce illégal du bois de rose et du bois d'ébène.

 

La dégradation des forêts, c'est la détérioration de l'état de la forêt, évaluée à travers différents critères : nombre, taille et variété des arbres, nombre et variété des plantes et des animaux, qualité du fonctionnement des sols. Dans les cas les plus graves, la dégradation des forêts peut aboutir à la déforestation.

 

Les principales causes de la dégradation de la forêt dans le monde sont :


* La gestion non durable des forêts. Dans de nombreux pays (Bassin du Congo (lien), la forêt est exploitée sans chercher à préserver ni à reconstituer la ressource. Une portion entière de forêt peut ainsi être détruite pour atteindre et exploiter une zone où se trouvent des arbres de valeur


* La surexploitation des forêts
autour des grandes agglomérations pour l'approvisionnement en bois de chauffage


* L'élevage :
pour les populations les plus pauvre, faire paître les animaux dans les forêts représente souvent un moyen de subsistance, longtemps encouragé par les pouvoirs publics, mais cela détériore la forêt, et à terme, peut la détruire.

 

Des causes « naturelles » de destruction de la forêt existent également : attaques de parasites et maladies (environ 35 millions d'hectares par an détruits par des attaques par organismes vivants), incendies....

 

  • Répartition mondiale

Évolution des surfaces de forêts depuis 1990
Même sur de fortes pentes, les cultures de thé et de café ont contribué au recul de la forêt (Malaisie)

Dans la seconde moitié du XXe siècle, les 3 grandes zones de déforestation active, par taille décroissante de surfaces concernées sont : l'Amazonie, l'Afrique équatoriale et la zone Malaisie/Indonésie en Asie.

Selon la FAO, c'est en Amérique du Sud que la perte nette de forêts a été la plus élevée de 2000 à 2005 (environ 4,3 millions d'hectares par an).

 

Les deux premiers pays destructeurs de forêts pour 2000-2005 sont:

1. Le Brésil, avec 3,1 millions ha/an détruits (0,6 % de déforestation)
2. L'Indonésie, avec 1,8 million ha/an détruit (2 % de déforestation)

 

Près des deux tiers des forêts du monde sont concernées par une forte déforestation depuis deux siècles (le siècle étant un « pas de temps » court pour la reconstitution d'un écosystème forestier qui s'effectue sur plusieurs siècles, voire plus de 1000 ans sur les sols les plus difficiles), avec une aggravation du phénomène principalement dans 8 pays : Australie, Brésil, Chine, Inde, Indonésie, Fédération de Russie, Pérou, République démocratique du Congo. Les États-Unis et le Canada ont stabilisé la déforestation, mais la forêt y a souvent été très artificialisée. Ailleurs, comme en Europe et au Japon, la forêt est stable ou gagne de la surface (en France notamment), mais elle perd de sa qualité en termes de biodiversité et surtout d'intégrité écologique, en particulier à cause de la fragmentation écologique par les routes et des plantations d'essences de rentes. Par ailleurs, ces derniers pays contribuent à la déforestation en étant parmi les premiers importateurs de bois tropicaux et de soja (cultivé à la place de forêts tropicales détruites)


  • Conséquences sur le sol, les milieux et la biodiversité
  • Les sols

La déforestation expose quelquefois les sols aux rigueurs du climat : lessivage par les pluies non-freinées par la végétation emporte l'humus et découvrant la roche-mère.

  • La biodiversité

La déforestation cause la destruction d'habitats de milliers d'espèces animales et végétales, souvent condamnées à disparaître. Elle est aussi un facteur de fragmentation écopaysagère qui diminue la résilience écologique des forêts. Une évaluation porte à 3 le nombre d'espèces disparaissant ainsi chaque heure (soit 72/jour et 26 280/an).


La forêt est en effet le milieu terrestre qui abrite et nourrit le plus d'êtres vivants.

 

Une distinction est à faire entre la déforestation brute, où les plantations ne sont pas prises en compte, et la déforestation nette où celles-ci sont prises en compte. Un mécanisme de contrôle ne portant que sur la déforestation nette aura tendance à privilégier la fonction de stockage de carbone, et à négliger la perte de biodiversité liée aux destructions des forêts naturelles.

 

Cependant, il convient de rester prudent sur les effets de la déforestation car l'extension des surfaces forestières comme celle de la déforestation ne sont pas des données scientifiquement établies et indiscutables.


  • Le cycle de l'eau

Les forêts ont une action importante sur le cycle de l'eau, notamment avec l'évapotranspiration.

 

  • Hygrométrie

Les arbres contribuent plus que le reste de la flore au phénomène d'évapotranspiration et ce qui influence la pluviométrie. Ils créent une hygrométrie locale importante en zone tropicale. Leurs racines vont chercher l'eau jusqu'à plusieurs dizaines de mètres de profondeur, ou de distance.

  • Le ruissellement

Elles retiennent la majorité de l'eau de pluie qu'elles interceptent ou l'infiltrent en rechargeant la nappe phréatique (dix fois plus environ qu'une pâture ; elle même beaucoup plus efficace qu'un champ labouré).

Le recul des forêts (surtout sur les pentes) favorise les glissements de terrains, avalanches et coulées de boues, en augmentant la turbidité et la pollution des cours d'eau, au détriment de la flore aquatique, et de la faune piscicole, jusqu'à l'estuaire et au-delà.

 

L'humus fixe dans ses complexes argilo-humiques de nombreux métaux lourds et polluants (dont eutrophisants naturels). Il limite le ruissellement et l'érosion, tout en favorisant l'infiltration vers les nappes. Sa disparition aggrave les problèmes d'inondations, de sécheresse, et de pollution de l'eau.


L'eau filtrée par les forêts alluviales est épurée : 30 mètres de forêt riveraine retiennent la quasi totalité des nitrates agricoles. La déforestation augmente encore les problèmes de manque d'eau potable.
C'est pourquoi de nombreuses législations ont créées des forêts dites « de protection », théoriquement intouchables.

 

La déforestation entraîne inexorablement des crues, inondations et coulées de boue de plus en plus coûteuses et dévastatrices. Les sédiments emportés et pollués lors de leur transport par l'eau doivent être coûteusement curés et posent des problèmes de gestion jusque dans les estuaires et en mer où elles exacerbent les phénomènes de zones mortes.


Cette eau qui ruisselle emporte avec elle le sol, qui se retrouve dans le lit et l'embouchure des rivières. Le Rhône a ainsi perdu deux mètres de profondeur en amont de Lyon à cause de la déforestation des alpages de montagne et du labour excessif de son bassin versant.


La rivière encombrée étend donc son lit, aggravant encore les inondations et provoquant des coulées de boue meurtrières, comme ce fut le cas en Chine qui a compris à ses dépens l'utilité des forêts. La déforestation en Chine est stoppée et des dizaines de milliers d'hectares sont reboisés, mais le problème a été simplement déplacé car la Chine est devenue un des plus grands importateurs de bois tropicaux et européens.La désertification menace 900 millions de personnes (dont 450 000 paysans dans le sud-ouest de Chine) et touche 3,5 milliards d'hectares, soit le quart des terres émergées.

 

  • Conséquences climatiques

La déforestation provoque une modification du climat à l'échelle mondiale aussi bien qu'à l'échelle locale.

  • Conséquences sur les climats locaux

La forêt absorbe la lumière, là où le sol nu renvoie l'énergie du soleil vers l'atmosphère (albédo). La température ambiante moyenne peut localement augmenter de plus de 10 °C après une déforestation en zone tropicale. Ce réchauffement local modifie la pression atmosphérique, qui elle-même influe sur le déplacement des masses d'air et des cellules de tempêtes. Les cycles pluviométriques sont donc modifiés à l'échelle mondiale, provoquant sécheresse et inondations anormales.

La déforestation diminue l'évapotranspiration, ce qui pourrait diminuer les précipitions en Amazonie.

 

  • Le réchauffement climatique global

la biomasse forestière emmagasinait de 1990 à 2005 environ 283 Gigatonnes (Gt) de carbone, mais avec une diminution enregistrée à l'échelle mondiale de 1,1 Gt par an. La somme des stocks de carbone de la biomasse forestière, du bois-mort, de litière et de l'humus et du sol est supérieur de 50 % au carbone présent dans toute l'atmosphère.

 

Si les forêts représentent 40% de la quantité de carbone de la biomasse sur Terre, on comprend que leur dégradation puissent faire doubler le taux de CO2 de l'atmosphère. Bien que les arbres absorbent jusqu'à 20 % de CO2 en plus du fait même de l'augmentation du taux de CO2 atmosphérique, la déforestation rejette 1,1 Gt de carbone chaque année. L'effet sur le réchauffement climatique est donc considérable.

  • Conséquences pour les activités humaines

 

* Une étude scientifique rapporte que la déforestation n'améliore l'IDH des populations que temporairement, elle entraîne un déclin de productivité des activités économiques à cause, par exemple, de l'épuisement des ressources en bois ou la dégradation des pâturages.


* En Amérique du Sud, notamment au Brésil, les populations locales sont menacées par la déforestation dans leur mode de vie traditionnel. Disparition de patrimoines culturels liés à la forêt, et souvent la mort des populations autochtones : au vingtième siècle, au moins 90 tribus dépendantes de la forêt ont disparu avec leur langue, leur savoir et leur culture.


* L'économie forestière, mais aussi rurale sont détruites là où la désertification ou les plantations industrielles suivent la déforestation. La déforestation au profit des cultures industrielles de soja ou de palmier à huile entraîne, outre un effondrement de la biodiversité, de graves problèmes sociaux et culturels. Dans les pays où le tourisme est la principale source de revenus le recul de la forêt peut le compromettre.

 

* Dégradation du cadre de vie et des fonctions aménitaires du paysage.

 

 

Sources:

Wikipedia > http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9forestation

http://www.developpement-durable.gouv.fr/-La-foret-a-l-international-.html

 

et mili-terre.com

Commenter cet article

XAAL 29/08/2011



SURPOPULATION.



Machété 30/08/2011



Surexploitation


 



promotion mutuelle 25/03/2013


Bonjour, 


Les être vivants comme les végétaux et les animaux sont concernés par les victimes de ce déforestation. Comment on fait pour y remédier?

Blog archives

Recent posts